Le développement de l'odorat chez l'enfant

Le développement de l'odorat chez l'enfant

Comment le sens de l’odorat se développe-t-il chez l’enfant?

C’est à l’aide de ses sens (l’odorat, l’ouïe, la vue, le toucher, le goût) que l’enfant découvre le monde et réalise des apprentissages fondamentaux qui lui permettront de se développer.

Dès la naissance, l’enfant dispose déjà de plusieurs capacités sensorielles de base qui vont se perfectionner tout au long de son enfance.

Par la suite, la croissance rapide de son système nerveux, c’est-à-dire de son cerveau et de son système perceptif, lui permettra d’acquérir une maîtrise plus assurée et plus fine de ses sens.



Avant la naissance

Le système olfactif du foetus fait partie des premiers sens à se mettre en place. Les récepteurs des odeurs et la zone du cerveau qui reçoit cette information sont présents entre la 8e et la 11e semaine de grossesse. C’est aussi le cas des cellules nerveuses qui lui permettront d’analyser ces sensations.

Les narines du bébé demeurent toutefois bouchées jusqu’au 4e à 6e mois de grossesse. Une fois le passage dégagé, le liquide amniotique et les molécules qu’il contient peuvent circuler dans le nez du bébé.

Dès le 7e mois, les substances odorantes transportées par le liquide amniotique lui donnent ainsi une première expérience olfactive qui influencera ses préférences après la naissance. Ces substances proviennent de l’alimentation de la mère. Elles passent dans le sang, traversent le placenta et parviennent dans le liquide amniotique. Il peut s’agir, par exemple, des substances contenues dans l’ail, le cumin, le fenouil, le cari, la carotte, le fromage, le café, l’anis, etc.

L’odorat chez le nourrisson

Dès sa naissance, un enfant a une capacité d’apprentissage phénoménale. Voyez comment!

L’odorat est bien en place à la naissance, et la sensibilité aux odeurs augmente dans les premiers jours. Le nouveau-né distingue d’ailleurs l’odeur de sa mère (principalement les odeurs du cou et des seins) de celles des autres femmes. Il reconnaît aussi l’odeur du lait de sa mère. Pour lui, cette odeur est sécurisante et réconfortante, car elle assure sa survie. L’odorat pourrait ainsi jouer un rôle dans l’attachement.

Le bébé peut détecter plusieurs autres odeurs. Il les distingue même les unes des autres et montre certaines préférences. Par exemple, il se lèche les lèvres lorsqu’on passe sous son nez un coton-tige imbibé d’un parfum de vanille ou de banane. En revanche, il grimace s’il est exposé à une odeur de crevette, d’oeuf pourri ou d’ammoniac. Rapidement, il reconnaît aussi les odeurs associées à sa famille, par exemple celles de la cuisine, celles de certains végétaux qui se trouvent dans son environnement (cèdres, sapins), etc.

L’odorat continuera à se développer pendant l’enfance. La sensibilité aux odeurs et la capacité à les différencier sont bien développées autour de 5 ans. Cependant, contrairement aux autres sens, la sensibilité de l’odorat peut également diminuer avec le temps. En effet, la zone du cerveau associée à l’odorat a besoin de stimulation pour se développer. Toutefois, notre mode de vie actuel ne sollicite pas ce sens de façon aussi importante que les autres. Plus la vue prend de l’importance, moins l’odorat est stimulé.

Un sens culturel

Les nourrissons semblent pouvoir supporter les mauvaises odeurs mieux que les enfants plus vieux. Si une odeur désagréable ne se dissipe pas, au bout d’un moment, les nourrissons n’ont plus de réaction de dégoût. C’est ce que l’on appelle l’accoutumance.

De plus, les bébés ne seraient pas incommodés par les odeurs corporelles fortes comme la sueur. Selon les chercheurs, la réaction de dégoût associée à la transpiration viendrait plus tard, c’est-à-dire lorsque l’enfant assimile l’idée que la transpiration est synonyme de mauvaise odeur.

D’ailleurs, en grandissant, la réaction de l’enfant devant les odeurs change. En effet, contrairement au goût qui est similaire chez tous les enfants, l’olfaction est le résultat d’un apprentissage. Ce sont les adultes qui apprennent aux enfants quelles odeurs sont agréables et lesquelles ne le sont pas.

En vieillissant, l’enfant apprend ainsi à classifier les senteurs. Par exemple, les odeurs très fortes ou épicées peuvent plaire à certaines familles, mais non à d’autres. Cette attitude aura un impact sur l’enfant. Vers 3 ans, celui-ci sera capable d’émettre une opinion sur ses préférences. Autour de 6 ou 7 ans, ses goûts en la matière seront nettement plus élaborés de même que son vocabulaire.

Les rôles de l’odorat

Bien que l’odorat soit un sens beaucoup moins essentiel chez l’humain que chez les animaux, il a aussi son utilité. L’odorat permet de détecter les dangers potentiels. Par exemple, l’odeur de la fumée nous rend plus vigilants.

L’odorat joue aussi un rôle pour déterminer si la nourriture est toujours bonne. Ce sens est d’ailleurs responsable en partie de la détection des saveurs.

Les odeurs sont également fortement liées aux émotions, positives ou négatives. Dès 3 ans, les enfants peuvent ressentir du plaisir lorsqu’ils sont exposés à certaines odeurs.

Il existe en effet un lien important entre les odeurs et les souvenirs. Certaines odeurs évoquent l’enfance : le lilas du jardin, les tartes de grand-maman, la lotion après-rasage de papa, etc.

Ce lien s’explique par le fait que le système olfactif est localisé dans une partie du cerveau qui est également responsable de générer des émotions et des souvenirs. Ce lien n’est toutefois pas à sens unique. Les émotions influencent la perception des odeurs. Par exemple, une odeur désagréable est détectée plus rapidement qu’une odeur plaisante.

Pour développer son odorat
  • Avant de placer le drap-housse sur le matelas du lit de bébé, dormez quelques nuits avec le drap-housse. Imprégné de votre odeur, il aura un effet apaisant sur votre enfant.
  • Évitez de changer de parfum, de savon ou de lotion hydratante durant les premiers mois. Ce changement d’odeur risque de perturber votre bébé.
  • Ne lavez pas trop souvent sa doudou : les odeurs familières dont elle est imprégnée rassurent l’enfant.
  • Au moment de l’introduction des aliments complémentaires et lors d’activités quotidiennes (promenades, jeux), amenez votre enfant à utiliser son odorat et à apprécier les odeurs des aliments, des végétaux ou des fleurs, d’éléments présents dans son environnement (le savon utilisé lors du bain, l’odeur du gazon fraîchement coupé, le parfum de la mer, etc.).
  • Lorsque vous cuisinez, profitez-en pour cultiver l’odorat de votre enfant en lui faisant humer le parfum des fraises fraîches ou l’arôme du basilic, en lui faisant remarquer l’odeur des muffins qui cuisent ou encore le fumet du potage qui mijote.
  • Certains jouets (livres, crayons, etc.) dégagent des odeurs. Ils peuvent aider bébé à associer des objets et des odeurs.
  • Jouez à « J’aime, j’aime pas! ». Demandez à votre enfant de vous énumérer ou de décrire quelques odeurs qu’il aime ou qu’il n’aime pas. Vous pouvez aussi lui suggérer des odeurs et lui demander dans quelles catégories il les classe.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Johannes Frasnelli, professeur et titulaire de la Chaire de recherche en neuroanatomie chimiosensorielle de l’UQTR
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Septembre 2017

 

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • CLOUTIER, Richard et al. Psychologie de l’enfant. 2e éd., Montréal, Gaëtan Morin éditeur, 2005.
  • DOCTISSIMO. « Le développement de l’odorat ». www.doctissimo.fr
  • LA RECHERCHE. « L’odorat ». www.larecherche.fr
  • WALLICZEK-DWORSCHAK, Ute et Thomas HUMMEL. “The Human Sense of Olfaction”, Facial Plastic Surgery, vol. 33, no 4, 2017, p. 396-404.
  • WARD PLATT, Martin. Le guide essentiel pour le développement de votre enfant : de 0 à 5 ans. Éditions Broquet, 2009.
  • WERNER, Lynne A. et Ilene L. BERNSTEIN. “Development of the Auditory, Gustatory, Olfactory, Somatosensory Systems”, dans GOLDSTEIN, E. Bruce, Blackwell Handbook of Sensation and Perception, Blackwell Publishing, 2005.
  • WURMAN, Richard Saul. Understanding Children: The Guidebook for Children 0 to 3. Top Civitas, 2002.

À lire aussi