L'adaptation à la garderie

L'adaptation à la garderie

Votre enfant commence bientôt la garderie? Ce sera pour lui une nouvelle expérience qui apportera bien des changements dans son quotidien. Il passera d’un endroit sécurisant, sa maison, à un milieu inconnu. Il devra aussi s’habituer à ce que d’autres personnes que vous prennent soin de lui en plus d’apprendre à vivre avec d’autres enfants.

Il est donc normal que votre tout-petit vive une période d’adaptation au début. Celle-ci dure généralement de deux à quatre semaines, selon son âge et son tempérament. La transition se passera généralement bien si votre enfant a un lien d’attachement solide avec vous. Voici quelques stratégies qui aideront votre tout-petit à bien vivre cette intégration.

Les étapes d’adaptation à la garderie

Chaque enfant étant unique, les manières de réagir pendant la période d’adaptation à la garderie peuvent être différentes. On peut néanmoins observer quatre étapes dans les réactions des jeunes enfants.

Si votre enfant voit que vous avez confiance en son éducatrice et que vous n’êtes pas inquiet de le laisser à la garderie, il s’adaptera plus facilement.
  • La découverte de la nouveauté
    Au début, ils sont fascinés par ce nouvel environnement stimulant, plein de jouets et d’autres enfants. Ils peuvent même être excités à leur arrivée le matin et ne pas trop réagir lorsque leurs parents partent.
  • Le choc de la réalité
    Après environ une semaine, l’attrait de la nouveauté disparaît. Les enfants constatent qu’ils vont revenir tous les jours. Ils réagissent parfois fortement : ils pleurent ou s’opposent. Durant la journée, ils jouent peu avec les autres et s’intéressent moins aux jeux et aux activités. Le choc de la réalité dure d’une à deux semaines.
Maman Joëlle raconte les premiers jours de son petit Edmond à la garderie.
  • La peur de l’abandon
    Après le choc de la réalité, les enfants se demandent si leurs parents vont revenir. Certains peuvent pleurer lorsqu’ils voient leurs parents partir. Ils peuvent ressentir de l’insécurité et sembler tristes. D’autres refusent de dormir ou de manger et peuvent même régresser (ex. : ils redemandent la suce). Cette étape peut durer d’une à trois semaines.
  • L’acceptation
    Les tout-petits développent un lien d’attachement avec l’éducatrice. Ils sont enfin en confiance avec elle. Ils peuvent maintenant participer avec entrain aux jeux et interagir avec les autres enfants. L’adaptation est terminée.
La garderie et l’anxiété de séparation
Les réactions d’un enfant peuvent aussi varier selon son âge. Pendant certains stades de son développement, de 8 à 12 mois entre autres, le bébé peut réagir plus intensément lorsqu’il est séparé de ses parents. À cet âge, il croit que son parent a disparu pour toujours lorsqu’il est hors de son champ de vision. On comprend donc facilement à quel point cela peut être angoissant pour lui. Si votre enfant commence la garderie durant cette période, vous aurez probablement besoin de le rassurer davantage. Le jeu du coucou peut aussi être très utile pour aider votre enfant à réaliser que même s’il ne vous voit plus, vous êtes toujours là.

Pour aider votre enfant

  • Visitez la garderie avec votre tout-petit avant qu’il commence à y aller. Il pourra ainsi apprivoiser l’endroit avec vous. De retour à la maison, expliquez-lui comment se passeront ses journées là-bas.
  • Parlez avec son éducatrice des habitudes de votre enfant : les jeux qui l’intéressent, ce qu’il aime manger, ses habitudes de sommeil, etc. Elle pourra ainsi mieux s’en occuper.
  • Commencez, si possible, par laisser votre enfant pendant de courtes périodes que vous pouvez allonger au fur et à mesure.
  • Réconfortez et rassurez votre enfant. Même s’il est tout petit, mettez des mots sur la situation qu’il vit et nommez ses sentiments : « Tu as de la peine. Tu as hâte que je revienne. » Votre enfant se sentira également plus en sécurité si vous l’aidez à prévoir ce qui va se passer : « Virginie sera là ce matin, vous pourrez jouer au coin magasin, comme hier. »
Comment aider votre enfant à se sentir bien quand vous le laissez à la garderie?

  • Précisez à quel moment vous viendrez le chercher avec des mots et des indices qu’il comprend pour qu’il sache que vous reviendrez. Dites-lui par exemple : « Je viendrai te chercher après ta collation d’après-midi. »
  • Plusieurs enfants trouvent la séparation plus facile lorsqu’ils ont le sentiment de contrôler la situation. Par exemple, l’éducatrice peut offrir à votre enfant de vous regarder partir depuis l’une des fenêtres de la garderie afin de vous saluer. Vous pouvez aussi répéter tous les matins les mêmes gestes pour dire au revoir à votre enfant (ex. : deux becs, un gros câlin et vous partez). Ces rituels deviennent des points de repère qui facilitent l’adaptation parce qu’ils sont prévisibles pour l’enfant.
  • Les objets de transition (doudou, peluche) sont également d’une grande utilité, car leur odeur familière est rassurante. Certaines garderies, avec l’aide des parents, mettent à la disposition des enfants de petits albums individuels contenant des photos de famille. L’enfant peut les feuilleter quand il s’ennuie.
  • Si votre tout-petit pleure lorsqu’il vous revoit à la fin de sa journée, dites-lui que vous le comprenez et mettez de nouveau des mots sur ses émotions. « Tu étais triste de voir que je n’étais plus là, mais tu vois, je suis de retour. »
  • Parlez de la garderie lorsque vous êtes à la maison. Affichez ses bricolages et autres réalisations, ou des photos de lui avec son éducatrice. Cela l’aidera à apprivoiser peu à peu ce nouveau milieu de vie.
  • Prenez du temps avec votre enfant au retour à la maison en jouant avec lui un court moment avant de préparer le souper. Quand vous lui donnez de l’attention, votre enfant se sent aimé et rassuré.

Pour choisir les meilleurs moyens, n’hésitez pas à en parler avec l’éducatrice de votre enfant.

Une chose à la fois!
Durant la période d’adaptation de votre enfant, sa routine est importante. Évitez de le sevrer du biberon, de la suce ou de l’allaitement à ce moment. L’allaitement pourrait se poursuivre soir et matin, par exemple. Ce n’est pas non plus le bon moment de commencer l’apprentissage à la propreté ou de le faire passer du lit de bébé au lit d’enfant.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Février 2016

 

Photo : iStock.com/jonas unruh

 

Références et ressources

Il existe au Québec plusieurs types de services de garde (CPE, garderies privées subventionnées ou non, garde en milieu familial et halte-garderie). Dans le but d’alléger le texte, nous avons choisi de privilégier les termes « garderie » et « service de garde » pour représenter les différents milieux de garde québécois.
__________________

  • Guichet unique d’accès aux places subventionnées en services de garde www.laplace0-5.com
  • MARTIN, Jocelyne, POULIN, Céline et Isabelle FALARDEAU. Le bébé en services éducatifs. Québec, Presses de l’Université du Québec (PUQ), 2008, 498 p.

Pour les enfants :

  • DAXHELET, François. À la garderie. Boomerang Jeunesse, coll. « Cajoline », 2005, 24 p.

À lire aussi