Le manque de temps

Le manque de temps

Employez-vous votre temps de la bonne façon? Est-ce que vous vous en mettez trop sur les épaules?

Les heures de vos journées sont-elles vraiment employées de la bonne façon? Correspondent-elles à l’idéal de vie que vous vous êtes fixé? Répondent-elles à vos besoins?

Conciliation travail-famille

Le travail est la première chose à remettre en question lorsqu’on s’attaque à la conciliation travail-famille. En est-on satisfait ou frustré? Permet-il de concilier travail et vie de famille? Que peut-on faire pour améliorer notre situation? Est-on capable de gérer le stress que représenterait un changement professionnel?

Il est important de rester réaliste, lorsqu’on imagine son plan de vie idéal. Trop souvent, on fait son bilan en fonction de la famille idéale qu’on nous sert à la télé ou au cinéma : des parents au travail parfait, une organisation parfaite, des relations familiales parfaites. Mais ce n’est pas ça, la vraie vie. Famille monoparentale, famille recomposée, période de tumultes; tout cela, c’est aussi la famille! Il faut amorcer sa réflexion à partir de ce que l’on est.

Quelques questions à se poser lorsqu’on réfléchit à la conciliation travail-famille :
  • Mon emploi me permet-il de concilier les deux? Ai-je un horaire flexible? Un patron accommodant? L’organisation du travail est-elle souple?
  • Suis-je en assez bonne santé pour remplir, en même temps, mes obligations familiales et professionnelles? Suis-je fragile sur le plan émotif? Qu’en est-il de ma capacité de travail? De mon besoin de sommeil? D’éventuels problèmes liés à la fatigue ou à la dépression?
  • Puis-je compter sur mon entourage pour m’aider si le besoin se fait sentir? Puis-je faire appel à ma famille, à mes amis ou à un groupe communautaire?
Si les réponses sont plutôt non, voici d’autres pistes de réflexion pour vous aider à envisager des solutions :
  • Suis-je prêt à changer d’emploi pour mieux concilier travail et famille? Me serait-il possible de faire de la pige, de travailler à temps partiel, de lancer ma propre entreprise?
  • Suis-je capable de gérer le stress que provoqueraient ces changements professionnels?
  • Suis-je à l’aise avec l’idée de rester à la maison toute la journée et tous les jours avec mon enfant?

 Source : Y a-t-il un parent dans la salle? Réflexions pas banales et solutions originales pour une conciliation travail-famille optimale.

Modifier ses habitudes de travail

Pour éviter le stress, mieux planifier votre travail, votre temps de travail et votre transport. Par exemple : établir des objectifs et des dates réalistes, des priorités, un ordre du jour.

  • Restreindre le travail rapporté à la maison.
  • Réduire le nombre de voyages à l’extérieur.
  • Refuser de faire des heures supplémentaires, si les attentes de travail ne sont pas raisonnables.
  • Séparer de façon claire et non négociable le temps consacré aux activités familiales de celui consacré au bureau (à l’heure du souper, les fins de semaine, etc.).

L’emploi du temps familial

Extrait de la conférence «Retrouver son sentiment de compétence parentale» par France Paradis.

Pourquoi est-il si difficile de s’organiser, tandis que nos aïeux y arrivaient, avec 10 enfants, sans téléphone ni électricité, le garde-manger à moitié vide, des vêtements à coudre, le champ à labourer, etc.? Pourquoi a-t-on l’impression d’être si épuisés même avec des garderies à temps plein, des électroménagers performants et des épiceries qui fournissent tout? Parce qu’on veut tout. On veut un équilibre parfait entre famille et travail, et être heureux dans l’un comme dans l’autre. On s’en met souvent beaucoup trop sur les épaules.

Un exemple concret? Il vous arrive peut-être de lancer une brassée de lavage à 22 h pour que Fiston puisse remettre son chandail préféré le lendemain. Ou de faire la queue dès 7 h pour inscrire Fillette à la danse aquatique. En y réfléchissant bien, Fiston n’aura pas de moins bonnes notes à l’école parce que son col est taché. Et Fillette ne sera pas plus malheureuse si, le dimanche matin, elle fait sauter des crêpes avec vous, plutôt que de courir à la piscine.

Dans cette quête d’équilibre, il ne faut pas négliger de se réserver du temps pour soi et son couple même si cela signifie parfois être un peu égoïste! Comme parent, on doit demeurer un phare pour ses enfants, on doit continuer à briller et à rayonner. Cela passe par la santé physique et mentale de même que l’équilibre psychologique et émotionnel. C’est une responsabilité qu’il ne faut pas négliger, car les enfants apprennent beaucoup par l’exemple.

La solution? En enlever. S’interroger sur ses vrais besoins et sur l’importance de certaines choses, en comparaison aux désagréments qu’elles occasionnent pour toute la famille. Est-ce que l’on peut se permettre de mobiliser toute la famille, tous les dimanches après-midi, pour aller voir fiston jouer au hockey? Ne devrait-on pas opter pour des activités en famille moins prenantes où tout le monde pourrait y trouver son compte? D’ailleurs, l’essentiel de la vie familiale n’est-il pas de passer du temps ensemble?

Pour s’aider dans cette démarche, gardez en tête les vrais besoins des tout-petits : l’amour, les soins, la santé, la bonne nourriture. Tout le reste peut être considéré comme de faux besoins. Vêtements à la mode, jouets sophistiqués, activités multiples : tout ça ne justifie peut-être pas de courir toute la fin de semaine. De même, ce n’est pas un drame de priver l’enfant d’activité parascolaire pendant 1 an, si cela se justifie par l’arrivée d’un bébé ou la perte d’un emploi. L’essentiel de la vie familiale n’est-il pas de passer du temps ensemble?

Quand vous avez l’impression de manquer de temps, vous pouvez faire un petit exercice simple : sur les 24 heures d’une journée, retrancher votre besoin de sommeil, votre temps de travail, puis le temps minimal pour la cuisine et les courses. Voir ensuite le temps qu’il vous reste pour jouer avec vos enfants. Même s’il ne reste que 15 minutes à la fin de cet exercice, ne vous découragez pas. Décider plutôt que ce seront 15 minutes de bonheur, inaltérables, consacrées à dire à son enfant combien on l’aime, à parler de ce qu’il aime et à jouer.

 

Naitre et grandir.com

      Source : Magazine Bien grandir, mars 2009 et décembre 2011-janvier 2012
      Rédaction : Marie Charbonniaud
      Adaptation web : Équipe Naître et grandir

 

Références

  • Réseau pour un Québec Famille : www.quebecfamille.org
  • GATECEL, Anne et Carole RENUCCI. Amour, enfant, boulot…comment sortir la tête de l’eau. Albin Michel, 2000.
  • BARRETTE, Jacques. Conciliation travail-famille : qu’en savons-nous vraiment? L’Institut Vanier de la famille, 2009. www.vifamily.ca
  • HUOT, Martyne. Y a-t-il un parent dans la salle? Réflexions pas banales et solutions originales pour une conciliation travail-famille optimale. Les Éditions Transcontinental, 2006.

À lire aussi