L'introduction des aliments complémentaires: les aliments riches en protéines

L'introduction des aliments complémentaires: les aliments riches en protéines

Autour de 6 mois, un bébé doit combler des besoins plus grands en énergie et en nutriments. C’est le moment d’introduire dans son régime des aliments « solides » ou complémentaires. On entend par aliments complémentaires des aliments autres que le lait qui sont facilement consommés et digérés par l’enfant, et qui répondent à ses besoins croissants en nutriments.

Il est maintenant recommandé d’introduire en premier les aliments riches en fer (les céréales pour bébé enrichies en fer, la viande et la volaille, le poisson, les oeufs, les légumineuses et le tofu). Santé Canada recommande d’offrir la viande et ses substituts avant les légumes et fruits, car les études ont démontré que les bébés de 6 mois ont des besoins en fer qu’il est nécessaire de combler à cet âge.



Pour commencer

Voici des conseils pour réussir vos purées de poisson, de viande ou de légumineuses.

Le plus important est d’offrir un seul aliment nouveau à la fois, de ne pas le mélanger avec d’autres, et de choisir des aliments nutritifs et variés. Un bébé a besoin de plusieurs jours pour aimer un nouvel aliment. Ne le forcez pas à manger, cela nuirait plutôt qu’aider. On vous suggère donc d’attendre au moins 3 jours avant d’intégrer un nouvel aliment dans son menu. Cela dit, il pourrait prendre beaucoup plus de temps avant de développer son goût pour certains aliments. Ce délai contribue par ailleurs à reconnaître plus facilement la cause d’une éventuelle réaction allergique.

Une règle d’or : Le lait continue d’être l’aliment prioritaire pour votre enfant jusqu’à 1 an. Les aliments ne doivent pas gâcher son appétit pour le sein ou le biberon. Il doit boire au moins 750 ml par jour jusqu’à 9 mois, et 600 ml par jour jusqu’à 2 ans. Si vous l’allaitez, offrez-lui toujours le sein avant son repas solide, au moins jusqu’à 7 mois. Par la suite, il peut manger avant de boire s’il conserve un bon appétit.

Attention au four à micro-ondes! Il réchauffe toujours les aliments de façon inégale. Les purées, par exemple, peuvent être froides à certains endroits et brûlantes à d’autres. Prenez donc bien soin de remuer tous les repas chauds de votre enfant et de vérifier leur température sur le dos de votre main ou à l’intérieur de votre poignet avant de les lui servir.

À propos des allergies

Au Canada, les 10 aliments suivants sont considérés comme les allergènes responsables de la majorité des réactions allergiques graves : les arachides, le blé, les fruits de mer (poissons, crustacés et mollusques), les graines de sésame, le lait, les noix, les oeufs, le soya, les sulfites et la moutarde.

Selon les nouvelles recommandations, il n’existe pas de preuve évidente démontrant que l’introduction plus tardive de ces allergènes protégerait un enfant contre les allergies alimentaires plus tard.

Il n’est donc plus recommandé d’attendre pour introduire les aliments dits allergènes, et ce, même pour les enfants à risque d’allergie (qui ont un parent, un frère ou une soeur ayant une allergie alimentaire). Dans ce dernier cas, il est toutefois prudent d’en parler avec un médecin ou un allergologue pour savoir comment réagir devant une éventuelle réaction allergique.

En offrant un seul aliment nouveau à la fois et en attendant 3 jours ou plus avant d’introduire un autre aliment, vous pourrez connaître la cause si votre bébé présente une allergie.

La viande et le poisson

La viande

Quelle quantité de viande ou de poisson offrir?
Commencez par 3 à 5 ml (de ½ à 1 c. à thé). Augmentez progressivement cette quantité en respectant la faim de votre enfant.

Offrez-lui de l’agneau, du poulet, de la dinde, du veau, du boeuf, du porc ou du foie. Servez-lui la viande sous forme de purée lisse jusqu’à ce qu’il ait 9 mois, car il la trouvera difficile à mastiquer. Après, vous pourrez lui servir de la viande hachée finement, puis coupée en petits morceaux.

Évitez les viandes épicées, les saucisses et les charcuteries (jambon, salami). Ces aliments contiennent beaucoup trop de gras, de sel, d’épices, de nitrates et d’autres ingrédients nuisibles à l’enfant.

Le poisson

Vous pouvez aussi lui donner du poisson. C’est une excellente source d’acides gras essentiels.

Proposez-lui du flétan du Pacifique, de la sole, du turbot, du tilapia, du bar rayé, du saumon de l’Alaska, de l’alose savoureuse, du grand corégone, de l’omble de fontaine et d’autres truites (sauf le touladi), de l’éperlan et du poulamon.

Évitez les poissons pouvant contenir des polluants, comme l’espadon, le requin, le thon rouge ou blanc, l’achigan, le brochet, le doré, le maskinongé, le marlin, la lotte et le touladi (truite grise).

Les oeufs

Dans la même période que la viande, vous pouvez proposer du jaune d’œuf à votre enfant. C’est une excellente source de protéines. Et comme le fer est concentré dans le jaune, mieux vaut commencer par cela quand bébé mange de toutes petites quantités. Vous pourrez offrir l’œuf complet lorsque son appétit augmentera.

Pour séparer facilement le jaune du blanc, faites cuire l’oeuf jusqu’à ce qu’il soit dur. Écrasez le jaune à la fourchette de sorte à pouvoir l’intégrer dans ses purées, ou à le mélanger à du lait ou à de l’eau.

Les légumineuses et le tofu

Ce sont tous deux de grandes sources de protéines et ils peuvent donc bien remplacer la viande. On peut les introduire vers le même âge, soit 6 mois.

Vous pouvez proposer des pois chiches, des lentilles et des haricots à votre bébé. Bien cuits, ils sont tout aussi délicieux en purée ou écrasés à la fourchette. Les lentilles rouges ou corail s’écrasent plus facilement en purée. Une portion équivaut à 30 à 60 ml (de 2 à 4 c. à table).

Le tofu soyeux peut aussi être écrasé et introduit dans une purée. Le tofu ordinaire peut être émietté ou coupé en petits dés. Une portion équivaut à environ 30 g (1 once).

Alimentation végétarienne

Il est parfaitement possible d’offrir à un enfant une alimentation végétarienne. Mais il faut être prêt à surveiller de près ses menus afin de combler tous ses besoins nutritifs. Pour y parvenir, les conseils d’une nutritionniste peuvent être utiles.

Si votre enfant est lacto-ovo-végétarien (c’est-à-dire s’il consomme des oeufs et des produits laitiers) ou lactovégétarien (s’il consomme des produits laitiers, mais pas d’oeufs) :

  • introduisez d’abord dans son menu du tofu, des légumineuses ou du jaune d’œuf en purée, tout en continuant à lui offrir du lait (maternel ou de substitution);
  • vous pouvez ensuite intégrer du fromage et l’œuf complet dans son alimentation;
  • les grains entiers, comme le quinoa et l’amarante, augmentent la valeur du menu en protéines et en fer.

Si votre enfant est végétalien (c’est-à-dire s’il a un régime alimentaire qui ne comporte que des aliments provenant du règne végétal, donc excluant les oeufs et les produits laitiers) :

  • encouragez-le à manger régulièrement des légumineuses, du tofu et des noix moulues. Cela l’aidera à consommer assez de calories;
  • continuez à lui offrir un substitut du lait aux repas et aux collations : vers 12 mois, il boira environ 750 ml par jour de boisson enrichie à base de soya;
  • donnez-lui aussi des céréales pour bébé enrichies en fer.
  • Donnez-lui des aliments riches en vitamine C à tous les repas pour améliorer l’absorption du fer contenu dans les aliments d’origine végétale. Le poivron rouge, le brocoli, l’orange, les baies, etc. en contiennent tous.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Stéphanie Côté, M. Sc., nutritionniste
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Février 2015

 

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • COLLECTIF. Jouer à bien manger : nourrir mon enfant de 1 à 2 ans. Éditions du CHU Sainte-Justine, Québec, 2006.
  • DESROSIERS, Hélène et autres. Enquête de nutrition auprès des enfants québécois de 4 ans, Québec, ISQ, 2005. www.stat.gouv.qc.ca
  • DÉVELOPPEMENT DURABLE, ENVIRONNEMENT, FAUNES ET PARC. Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce. Gouvernement du Québec. www.mddep.gouv.qc.ca
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans : guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • FRAPPIER, Renée. Le guide de l’alimentation saine et naturelle. Éditions Maxam, 1987.
  • LAMBERT-LAGACÉ, Louise. Comment nourrir son enfant : du lait maternel au repas complet. Les Éditions de l’Homme, Québec, 2007.
  • LES DIÉTÉTISTES DU CANADA. www.dietitians.ca
  • REGIMBAL, Nathalie et Manon VALADE. Du plaisir à bien manger. 2006. Une nutritionniste offre aux parents et aux cuisinières de CPE 80 recettes gagnantes, testées auprès des principaux concernés. À se procurer dans certains CPE et sur le site Internet : www.duplaisirabienmanger.com
  • SANTÉ CANADA. Le Guide alimentaire canadien (2011) : www.hc-sc.gc.ca (commande possible en ligne ou en composant le 1 800 O-Canada [1 800 622-6232]).
  • SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX. Le festin enchanté de Cru-Cru. Site gouvernemental pour faire aimer les fruits et légumes à nos tout-petits. Offre aussi plein d’idées de recettes amusantes pour les fêtes d’enfants! www.msss.gouv.qc.ca
  • SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX. Le poisson, l’environnement et la santé. Gouvernement du Québec. www.msss.gouv.qc.ca

À lire aussi