Le spasme du sanglot

Le spasme du sanglot
Votre enfant pleure, cesse de respirer et s’évanouit? C’est sans doute le spasme du sanglot.


Symptômes du spasme du sanglot

Votre enfant :

  • est très contrarié;
  • pleure beaucoup;
  • arrête soudainement de respirer;
  • perd connaissance;
  • devient très pâle ou bleuté autour de la bouche.

Votre enfant devrait reprendre connaissance et recommencer à respirer en moins d’une minute.

Demandez une aide médicale d’urgence (9-1-1) ou rendez-vous aux urgences sans tarder, si votre enfant :

  • a moins de 6 mois;
  • présente des symptômes du spasme du sanglot sans qu’un événement particulier semble l’avoir déclenché;
  • prend du temps à reprendre connaissance;
  • a des convulsions;
  • récupère très lentement et est désorienté durant plusieurs minutes après une crise.

Dans ces cas, il faut consulter rapidement afin de déterminer si un problème de santé ne serait pas la cause de la perte de conscience prolongée ou des convulsions de votre enfant.

Qu’est-ce que le spasme du sanglot?

Lors d’une grosse crise de larmes, certains enfants hurlent si fort que leur respiration cesse brusquement. Ils peuvent même perdre connaissance durant quelques secondes. C’est ce que l’on appelle le spasme du sanglot.

Le spasme du sanglot n’est pas une réaction volontaire, mais plutôt un réflexe à un événement déplaisant comme la contrariété, la surprise, la peur ou la douleur. Ce réflexe serait probablement causé par une réponse exagérée du système nerveux autonome, qui contrôle la respiration et le rythme cardiaque de l’enfant.

Ce phénomène touche environ 5 % des tout-petits âgés de 6 mois à 5 ans, mais il est plus fréquent entre 1 an et 3 ans. Toutefois, certains bébés de moins de 6 mois peuvent aussi être touchés par le spasme du sanglot. Lorsqu’il survient avant 6 mois, il est recommandé d’aller rapidement à l’urgence afin de s’assurer qu’il s’agit bien d’un spasme du sanglot et que l’enfant n’a pas d’autres problèmes de santé.

Parmi les enfants qui présentent des épisodes de spasme du sanglot, 20 à 30 % auraient un membre de leur famille qui en aurait aussi déjà eu.

Certains enfants peuvent avoir plusieurs périodes de spasme du sanglot par jour et d’autres n’en auront qu’à l’occasion.

Le spasme du sanglot ne cause pas de problèmes à long terme. Certains tout-petits ayant eu des spasmes du sanglot seront toutefois susceptibles de perdre connaissance plus facilement à l’âge adulte, à cause d’un trouble de régulation du système nerveux autonome qui persiste. Il n’y aurait pas non plus de lien entre les convulsions causées par le spasme du sanglot et l’épilepsie à l’âge adulte.

Quand consulter?

Si votre enfant a une crise de spasme du sanglot qui n’est pas inquiétante (voir Symptômes), mieux vaut en parler à son médecin lors de votre prochaine visite de suivi ou prendre rendez-vous si celle-ci n’est pas prévue bientôt.

Dans certains cas, le médecin évaluera si un manque de fer et la présence d’anémie chez l’enfant peuvent avoir contribué à l’apparition de la crise. Au besoin, il prescrira un supplément de fer à votre tout-petit.

En général, aucun traitement n’est nécessaire pour traiter la crise du spasme du sanglot. Ce trouble disparaît de lui-même vers 4 à 7 ans.

Comment réagir?

Le spasme du sanglot est terrifiant pour les parents. Cependant, cette crise ne cause pas de mal à l’enfant. Voici comment réagir pour assurer la sécurité de votre enfant.

  • Couchez-le sur le côté pour l’empêcher de s’étouffer avec sa salive.
  • Éloignez les objets ou les meubles qui pourraient le blesser.
  • Mettez une débarbouillette froide sur son front pour raccourcir la durée du spasme.
  • Évitez de le secouer, de l’asperger d’eau ou de lui mettre quelque chose dans la bouche.

Certains tout-petits peuvent toutefois dormir quelque temps après la crise. Il faut alors les laisser se reposer. Lorsque tout est terminé, mieux vaut traiter l’enfant comme si rien ne s’était passé. Faites-lui un câlin pour le rassurer, mais ne le punissez pas et ne cédez pas à la demande à l’origine de la crise.

Comment prévenir le spasme du sanglot?

Les cris intenses sont des signes avant-coureurs fréquents. Cependant, vous ne devriez pas lui accorder tout ce qu’il demande ni éliminer les sources de contrariété parce que vous avez peur du spasme du sanglot.

Pour aider votre tout-petit, apprenez-lui à se calmer par lui-même, par exemple :

  • faites un jeu de rôle où vous faites semblant d’être à sa place afin de lui montrer comment réagir lorsqu’il est contrarié. Si votre tout-petit est trop jeune pour comprendre un jeu de rôle, essayez de lui changer les idées en lui proposant autre chose que ce qu’il demande à grands cris;
  • choisissez avec votre enfant un mot spécial (ex. : « calme ») que vous utiliserez lorsqu’une crise est sur le point de survenir pour lui rappeler de se calmer;
  • demandez à votre enfant d’expliquer à son toutou préféré comment garder son calme et invitez-le à s’exercer devant sa peluche;
  • félicitez votre enfant s’il réussit à se calmer lorsqu’il est contrarié.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Dre Anne-Claude Bernard-Bonnin, pédiatre
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juin 2019

 

Photo : iStock.com/FamVeld

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • COLLECTIF. Dictionnaire de pédiatrie Weber. 3e éd., Montréal, Chenelière Éducation, 2015, 1384 p.
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • GOLDMAN, Ran D. « Le spasme du sanglot chez les nourrissons », Canadian Family Physician, vol. 61, no 2, février 2015, p. e79-e80. www.ncbi.nlm.nih.gov
  • VEKEMANS, Gaëlle (Dre). L’ABC de la santé des enfants. 2e éd., Montréal, Les éditions La Presse, 2016, 413 p.

 

Partager

À lire aussi