Les médicaments en vente libre

Les médicaments en vente libre
Les médicaments en vente libre

Plusieurs médicaments pour enfants sont disponibles en vente libre à la pharmacie. Toutefois, ce n’est pas parce qu’un médicament est disponible sans ordonnance qu’il est sécuritaire pour autant. Mieux vaut donc consulter le pharmacien avant d’acheter un médicament vendu sur les tablettes.

Le pharmacien vous guidera dans le choix du médicament en fonction des symptômes. Il s’assurera aussi qu’il n’existe pas d’interactions entre différents médicaments ou que le même ingrédient (ex. : l’acétaminophène) ne se retrouve pas dans deux médicaments, afin d’éviter une intoxication.

Voici d’autres précautions à prendre.

  • Lisez bien la notice du médicament, incluant les mises en garde et la dose recommandée selon le poids et l’âge de votre enfant.
  • Si votre enfant a des allergies, vérifiez bien la liste des ingrédients.
  • Rangez les médicaments hors de la portée de votre enfant.
  • Méfiez-vous : même les médicaments dits « naturels » peuvent avoir des effets secondaires. Demandez l’avis du pharmacien.

Ne donnez jamais de médicaments pour adultes à votre enfant sans avis médical.

Sous quelle forme?

Pour prévenir les risques d’étouffement, les médicaments doivent être administrés :

  • sous forme liquide : jusqu’à l’âge de 6 ans environ;
  • sous forme de comprimés à croquer (lorsque disponibles) : à partir de 2 ans;
  • sous forme de suppositoires : ils peuvent être utiles si l’enfant refuse d’avaler son médicament ou s’il vomit.
Que faire si votre enfant vomit?
S’il vomit moins de 30 minutes après avoir pris un médicament, on considère que ce dernier n’a pas eu le temps d’être absorbé. À moins qu’il s’agisse d’un médicament très toxique (généralement sur ordonnance), administrez-le de nouveau. En cas de doute, appelez à la pharmacie ou composez le 8-1-1.

Les médicaments en vente libre à privilégier et à éviter

Feu vertFeu jauneFeu rouge

Fièvre et douleur

Acétaminophène
(ex. : Tylenol, Tempra, Panadol)

 

Le médicament à privilégier pour soulager la fièvre ou la douleur des tout-petits.

Ibuprofène
(ex. : Advil, Motrin)

 

Son administration devrait être exceptionnelle en première intention. Surtout utile lorsque l’acétaminophène ne suffit pas. Son action anti-inflammatoire peut être bénéfique dans le cas de la poussée dentaire par exemple. Comme il peut irriter l’estomac, il est préférable de l’administrer après le lait ou la nourriture. Ne donnez pas d’ibuprofène à un petit de moins de 6 mois,

Acide acétylsalicylique
(ex. : Aspirine)

 

Ne jamais administrer aux enfants ou aux adolescents, car il est associé à certaines complications graves (syndrome de Reye).

Alcool à friction

 

Ne doit pas être utilisé pour soulager la fièvre.

Gels analgésiques topiques à base de benzocaïne (ex. : Orajel, Anbesol bébé)

 

Ne doit pas être utilisé pour soulager la douleur des poussées dentaires car ils peuvent engourdir la langue et diminuer la déglutition si avalés.

Congestion et toux

Eau saline
(sous forme de gouttes ou de vaporisateur
ex. : Salinex, hydraSense)

 

Le traitement le plus efficace et le plus sécuritaire pour soulager la congestion nasale.

Antihistaminiques

 

Sur recommandation médicale seulement.

Suppositoires pour soulager la toux et dégager les voies respiratoires

 

Sur recommandation médicale seulement.

Antitussifs, expectorants et décongestionnants contre le rhume et sirop contre la toux

 

Ne jamais administrer aux enfants de moins de 6 ans, car ils peuvent causer des effets secondaires potentiellement graves.

Pommades et onguents à base d’eucalyptus, de menthol ou de camphre (ex. : Vicks)

 

Déconseillés aux enfants ainsi qu’aux femmes enceintes en raison du risque d’absorption par la peau de certains ingrédients actifs.

Produits à base de zinc, de vitamine C ou d’échinacée

 

Déconseillés car il n’est pas prouvé que ces produits sont sécuritaires chez l’enfant.

Diarrhée, vomissement et constipation

Solution de réhydratation
(ex. : Pédialyte, Réhydralyte)

 

Fort utiles pour prévenir et traiter la déshydratation de l’enfant lorsqu’il vomit ou lorsqu’il a la diarrhée. Il ne faut pas utiliser ces préparations plus de 12 heures à 24 heures; l’alimentation solide doit être réintroduite le plus rapidement possible.

Probiotiques
(ex. : Bio-K, Probaclac)

 

Peuvent être utiles pour raccourcir la durée des symptômes de la diarrhée.

Huile minérale
(ou gelée Lansoyl)

 

Parfois utile aux enfants de plus de 18 mois pour soulager la constipation, lorsque les changements apportés à l’alimentation (bonne hydratation, fibres en quantité) ne suffisent pas à rétablir un bon transit intestinal.

Médicaments anti-nausée
(ex. : Gravol)

 

Sur recommandation médicale seulement.

Médicaments anti-diarrhée
(ex. : Imodium, Kaopectate)

 

Sur recommandation médicale seulement.

Suppositoires et laxatifs

 

Sur recommandation médicale seulement.

Peau

Crèmes hydratantes

 

Particulièrement utiles pour traiter des irritations cutanées mineures ou la peau sèche. Choisir de préférence une crème hydratante non parfumée.

Crèmes barrières à base d’oxyde de zinc

 

Fort utiles pour prévenir ou traiter les dermites de couche (érythème fessier).

Crèmes et onguents antibiotiques
(ex. : Polysporin, Baciguent)

 

Peuvent être utilisés pour soigner des blessures mineures, comme des petites coupures, brûlures ou éraflures.

Onguent 0,5% d’hydrocortisone

 

Peuvent être utilisés pour soulager des inflammations mineures de la peau, tel que de l’irritation ou de l’eczéma léger.

Produits anti-verrues

 

Sur recommandation médicale seulement.

Talc (poudre pour bébé)

 

Déconseillé car il peut causer des problèmes respiratoires.



      Adaptation web : Équipe Naître et grandir
      Recherche et rédaction : Jean Turgeon, pédiatre, CHU Sainte-Justine
      Décembre 2012

 

À lire aussi