Le mal des transports

Le mal des transports
Votre enfant a mal au cœur en auto? Voici comment l’aider à diminuer son inconfort.

Qu’est-ce que le mal des transports ?

Le mal des transports n’est pas une maladie. C’est un malaise qu’une personne ressent quand son cerveau reçoit des messages contradictoires entre ce qu’elle voit et ce que son oreille interne (l’organe de l’équilibre) lui donne comme information.

Dans un véhicule en mouvement (auto, bateau, avion), une personne peut avoir le mal des transports lorsque ses yeux indiquent que son corps ne bouge pas alors que son oreille interne détecte des mouvements.

Avant 2 ans, les bébés sont rarement touchés par le mal des transports.

Tout le monde peut souffrir du mal des transports, mais les enfants sont davantage touchés. Le mal des transports apparaît généralement à partir de 2 ans.

Les symptômes

Lorsqu’il est en auto, votre enfant :

Avec le temps, le cerveau s’habitue à la différence des informations entre la vision et l’oreille interne. L’enfant qui a le mal des transports voit donc généralement ses malaises diminuer vers l’âge de 12 ans. Peu à peu, les symptômes finissent même par disparaître.

Comment réduire le mal des transports ?

Si votre enfant a le mal des transports en auto, vous pouvez prendre quelques précautions pour diminuer ses malaises. Voici comment :

  • Partez à un moment où il n’y a pas trop de circulation afin d’avoir une conduite stable. Les freinages brusques et les accélérations rapides augmentent les malaises. Si c’est possible, prenez un chemin qui ne compte pas trop de virages.
  • Évitez de faire voyager votre tout-petit avec un ventre vide ou trop plein. L’idéal est de privilégier les repas légers et de partir environ 1 heure après que votre enfant a fini de manger.
  • Installez votre enfant au milieu du siège arrière afin qu’il regarde vers l’avant plutôt que vers les vitres de côté de l’auto.
  • Pensez à lui offrir un peu d’eau et des petites collations durant le trajet (ex. : craquelins, céréales sèches, petits morceaux de fruits).
  • Encouragez votre enfant à dormir durant le trajet. Vous pourriez par exemple partir à l’heure de sa sieste. Avoir les yeux fermés aide à diminuer le mal des transports.
  • Ouvrez les fenêtres pour faire circuler l’air frais, si possible climatisez par temps chaud. En hiver, ne chauffez pas trop la voiture.
  • Arrêtez-vous en cours de route pour prendre une petite pause, idéalement toutes les heures.
  • Amusez votre enfant avec des jeux d’observation pour l’encourager à regarder dehors, vers l’avant. Par exemple, le premier qui voit une auto rouge ou un camion blanc.
  • Ne fumez pas dans l’auto.

Des médicaments qui peuvent aider

Des médicaments en vente libre existent pour prévenir le mal des transports. Le plus courant est le Gravol® pour enfants, dont la durée d’action est de 6  à 8 heures. Même s’il est en vente libre, vous devez le demander à votre pharmacien, car ce médicament se trouve derrière son comptoir. Il vous demandera le poids de votre enfant et il pourra ensuite vous indiquer la dose recommandée et le meilleur moment pour l’administrer. Puisque ce médicament peut causer de la somnolence ou de l’agitation, il faut bien évaluer le pour et le contre avant d’en donner à votre enfant.

Attention !
Ne laissez jamais votre enfant seul dans la voiture même s’il s’est endormi et que vous ne voulez pas le réveiller. La température à l’intérieur d’une voiture monte très rapidement. En quelques minutes, cela peut causer un coup de chaleur potentiellement mortel pour votre tout-petit. Ouvrir les vitres n’est pas suffisant pour faire baisser la température.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Dre Julie Morin, pédiatre au CSSS Richelieu-Yamaska et professeure d’enseignement clinique à l’Université de Sherbrooke
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Juillet 2015

 

Photo : iStock.com/romrodinka

À lire aussi