Le mal de ventre

Le mal de ventre
Que cache son mal de ventre? Voici ce que pourrait avoir votre enfant et les moyens de le soulager.

Les enfants se plaignent souvent d’avoir mal au ventre. C’est d’ailleurs une raison fréquente de consultation médicale. Voici les différentes causes qui peuvent être à l’origine d’un mal de ventre, les symptômes à surveiller et les moyens de soulager votre enfant.



Les causes médicales du mal de ventre

Causes
Symptômes
Traitements

Constipation

Votre tout-petit va moins souvent à la toilette, ses selles sont dures et sèches. Il a mal au ventre et parfois mal à l’anus lorsqu’il fait caca. La constipation est une cause fréquente des maux de ventre chez l’enfant.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur la constipation.

  • Faites boire beaucoup votre enfant, en lui donnant surtout de l’eau pour favoriser sa digestion et l’aider à aller à la toilette.
  • Offrez-lui des aliments riches en fibres, comme des fruits, des légumes, des céréales et du pain de grains entiers. Un mélange d’une quantité égale de jus de pruneau et d’eau peut également l’aider (ne lui offrez pas plus de 125 ml de jus par jour).
  • Pour diminuer la douleur, déposez un sac chaud sur son ventre.
  • Consultez un médecin si votre enfant est constipé depuis plus d’une semaine, s’il y a du sang dans ses selles, s’il a très mal au ventre et s’il vomit.

Gastroentérite

Votre enfant se plaint soudainement d’un mal de ventre. Il a aussi mal au cœur, il vomit et il souffre de diarrhée. Cette inflammation du système digestif est plus souvent causée par un virus et dure de 3 à 5 jours.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur la gastroentérite.

  • Assurez-vous que votre enfant ne se déshydrate pas. S’il vomit beaucoup ou a de fortes diarrhées, offrez-lui des solutions d’hydratation du commerce. Faites-lui en boire de petites doses à intervalles rapprochés. Certains probiotiques peuvent aussi réduire la durée de la diarrhée et rétablir l’équilibre de la flore intestinale.
  • Consultez un médecin si votre enfant vomit plus que 6 ou 7 fois par jour, s’il a une forte fièvre, s’il souffre toujours de diarrhée après 7 jours et s’il montre des signes de déshydratation (diminution des urines, bouche sèche, salive épaisse).

Infection urinaire

Votre enfant a souvent envie de pipi. Il a mal au ventre ou des brûlements au moment d’uriner. Il peut faire de la fièvre et avoir du sang dans son urine.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur l’infection urinaire.

  • Consultez un médecin. Cette infection se traite à l’aide d’antibiotiques.

Intolérance au lactose

Votre enfant a des ballonnements, des gaz et des selles molles. Ses maux de ventre augmentent après avoir bu du lait ou avoir mangé des produits laitiers. L’intolérance au lactose touche rarement les enfants de moins de 3 ans et devient un peu plus courante à partir de 5 ans. Les communautés noires, asiatiques et latino-américaines sont plus touchées.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur l’intolérance au lactose.

  • Avant d’adopter un régime sans lactose, consultez un médecin. S’il diagnostique cette intolérance, le médecin pourra proposer à votre enfant des changements dans son alimentation et des comprimés de lactase. Votre tout-petit pourrait aussi avoir à passer des tests.
  • Si les produits laitiers doivent être évités, des suppléments de calcium et de vitamine D pourraient être recommandés.

Appendicite

Votre enfant est soudainement pris d’un gros mal de ventre. Au début, il ne peut pas dire précisément où il a mal, puis la douleur augmente dans le bas du ventre à droite. Il a de la difficulté à sauter sur une jambe. Il peut aussi faire de la fièvre et avoir des vomissements.

  • Allez vite à l’urgence. L’appendicite doit être traitée rapidement par une intervention chirurgicale.

Maladie cœliaque

Votre enfant se plaint régulièrement de maux de ventre. Il peut avoir des ballonnements, de la diarrhée et un retard de croissance.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur la maladie coeliaque.

  • Le seul traitement possible est le régime sans gluten. Avant de l’adopter, consultez un médecin. Il pourra dépister la maladie par des prises de sang et devra confirmer le diagnostic par une biopsie de l’intestin.

Les tout-petits ont souvent de la difficulté à décrire leur douleur et à dire où ils ont mal. En cas de doute, appelez Info-Santé (811) ou consultez un médecin.

Les autres causes du mal de ventre

Les enfants peuvent aussi ressentir des douleurs réelles au ventre qui ne cachent toutefois pas de maladie. C’est ce que les médecins appellent des douleurs abdominales fonctionnelles. Par exemple, certains enfants, dont l’intestin est plus sensible, sont plus incommodés par les gaz ou les ballonnements. Ces douleurs fonctionnelles peuvent être provoquées ou empirées par certaines émotions.

Il est donc possible que le mal de ventre exprime un stress ou une anxiété. Les douleurs fonctionnelles sont moins fréquentes chez les enfants de moins de 5 ans. Si un enfant se plaint d’avoir mal au ventre chaque fois qu’il vit une nouvelle situation (ex. : nouvelle éducatrice ou garderie, entrée à l’école, déménagement), il est important de prendre le temps de l’écouter. Comme son malaise physique peut être le reflet de son insécurité, parler de ses craintes peut le rassurer et l’aider à faire face à la nouveauté.

Certains enfants peuvent aussi faire semblant d’avoir mal au ventre pour obtenir de l’attention ou éviter de faire une tâche désagréable.

Devant les plaintes répétées de leur enfant, les parents peuvent avoir tendance à ignorer sa douleur ou à s’impatienter. Il est toutefois important de décoder le message que l’enfant envoie lorsqu’il dit qu’il a mal au ventre, car plus il est jeune, plus il s’exprime avec son corps. Une fois que les parents auront compris pourquoi il a mal au ventre, ils pourront l’aider à exprimer ouvertement ce qu’il ressent.

Comment réagir lorsque le mal de ventre n’est pas causé par un problème de santé physique

Qu’il s’agisse d’un mal physique, d’un malaise psychologique ou d’un moyen d’obtenir de l’attention ou d’éviter une situation désagréable, il est bon que votre enfant apprenne à nommer ce qu’il ressent et ce dont il a vraiment besoin afin que vous puissiez bien y répondre.
  • Prenez le temps d’écouter calmement la plainte de votre enfant. Posez-lui ensuite des questions pour mieux comprendre : « Montre-moi où tu as mal. As-tu très mal ou un peu mal? Est-ce que tu sais pourquoi tu as mal? » Votre écoute et vos questions montrent à votre enfant que vous vous intéressez à lui et qu’il est important pour vous.
  • Pour aider votre enfant à exprimer ce qu’il ressent, suggérez-lui quelques pistes : « Tu as peut-être mal au ventre parce que tu es inquiet de... » ou « Tu as mal parce que je te demande de nettoyer ton dégât. Je pense que tu voudrais te reposer pour ne pas avoir à le faire. »
  • Si les malaises de votre enfant expriment une anxiété, il a besoin d’être rassuré. Commencez alors par reconnaître sa crainte. Par la suite, aidez-le à se préparer aux situations nouvelles qui peuvent l’inquiéter : « Je pense que tu as mal au ventre parce que tu penses beaucoup à... On va en parler ensemble. »
  • Si vous êtes convaincu qu’il s’agit d’une stratégie pour attirer votre attention, offrez à votre enfant des solutions de rechange pour répondre à son besoin. Dites-lui par exemple : « Je pense que tu me dis que tu as mal au ventre pour que je m’occupe de toi. Tu n’as pas besoin d’être malade pour que je te donne des câlins. Lorsque tu as envie que je te prenne dans mes bras, tu n’as qu’à me le dire et je vais être très content de te faire un câlin. »
  • Après avoir parlé avec votre enfant des causes possibles de son mal de ventre, essayez la méthode du remède « miracle » s’il est encore tout petit. Demandez-lui par exemple : « Quel moyen veux-tu utiliser pour enlever ton bobo, ta douleur? Un verre d’eau? Un baiser magique? »

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Dre Valérie Marchand, pédiatre-gastroentérologue, CHU Sainte-Justine
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Octobre 2016

 

Photo : iStock.com/saiyood

À lire aussi