Voyager en avion avec son enfant

Voyager en avion avec son enfant
Prêt pour le décollage? Comment soulager les inconforts des tout-petits durant un voyage en avion.

La plupart des bébés âgés de plus de 1 semaine sont aptes à voyager en avion. Pour les très longs voyages, on recommande plutôt l’âge de 3 semaines. Avant l’âge de 2 ans, l’enfant peut voyager assis sur vos genoux. Après 2 ans, il doit avoir son propre siège.

La plupart des inconforts (maux d’oreilles, ballonnements, etc.) ressentis en avion par les enfants sont dus à la diminution de la pression atmosphérique et de l’oxygène dans l’air au fur et à mesure que l’avion monte. Pour compenser ce phénomène, les cabines sont pressurisées artificiellement. La pression atmosphérique et la concentration en oxygène d’un avion sont néanmoins inférieures à celles auxquelles notre organisme est habitué.

Maux d’oreilles

La plupart des enfants n’ont pas peur de voyager en avion. Vous aurez néanmoins avantage à les préparer et à prévoir des jouets, des livres ou des objets familiers pour les sécuriser.

Les fluctuations de pression les plus importantes ont lieu pendant le décollage et à l’atterrissage. C’est à ces moments que votre enfant sera plus vulnérable aux maux d’oreilles. Lors d’un changement de pression atmosphérique, la membrane du tympan peut se bomber ou se rétracter et causer une douleur importante, similaire à celle ressentie lors d’une otite moyenne.

Que faire

  • Pour prévenir cet inconfort, vous pouvez faire téter votre nourrisson (en l’allaitant, en lui donnant le biberon ou une suce) ou si votre enfant est plus vieux, offrez-lui une gomme à mâcher ou un suçon.
  • Si votre enfant continue à se plaindre, vous pouvez lui pincer le nez et lui demander d’expirer doucement en gardant la bouche fermée.
Les enfants ayant des otites à répétition, une rhinite chronique ou une obstruction nasale due à une augmentation de la taille des végétations adénoïdes auront plus de difficulté à équilibrer la pression de leurs oreilles. Un décongestionnant nasal peut être utilisé sur recommandation médicale.

En cas d’otite moyenne aiguë, il est contre-indiqué de voyager en avion à cause du risque de perforation du tympan. Il est recommandé d’attendre 2 semaines après la fin du traitement pour pouvoir prendre l’avion en toute sécurité.

Ballonnements

Une baisse de la pression atmosphérique en cabine peut causer des ballonnements abdominaux ou des enflures à votre enfant, particulièrement sur les longs vols.

Que faire

Pour l’aider à expulser ses gaz et le soulager, vous pouvez aller aux toilettes pour lui masser le ventre ou la région anale ou bien lui insérer un thermomètre rectal.

Contre-indications

Demandez un avis médical avant de prendre l’avion si votre enfant a un problème de santé : épilepsie, hypertension artérielle, diabète, intervention chirurgicale récente, plâtre orthopédique, etc.
  • En cas de problèmes cardiaques ou pulmonaires, vous aurez avantage à être prudent si votre enfant en souffre. Certaines contre-indications médicales à voyager en avion sont liées à la diminution de la concentration en oxygène de l’air.

     

  • En cas d’anémie falciforme, la diminution d’oxygène peut également précipiter les crises. Si votre enfant est susceptible d’être affecté par une baisse de concentration en oxygène dans l’air, vous devez obtenir un avis médical avant de prendre l’avion. Le cas échéant, vous pouvez prendre des dispositions à l’avance avec les compagnies aériennes, afin d’obtenir des bonbonnes d’oxygène à bord.
  • En cas d’allergies alimentaires chez votre enfant, vous aurez besoin d’une lettre du médecin vous autorisant à voyager avec du matériel médical, surtout lorsque ce matériel comprend des aiguilles, incluant les auto-injecteurs de type EpiPen®.
  • En cas de troubles anxieux ou de troubles de comportements avec hyperactivité, votre enfant pourrait mal réagir à certaines contraintes d’un vol aérien. S’il prend déjà des médicaments pour contrôler ses symptômes, il devra poursuivre sa médication durant le vol.
La qualité de l’air dans les avions est excellente. Les filtres utilisés suppriment jusqu’à 99,9 % des bactéries et des virus. L’air est renouvelé à un rythme de 15 à 20 fois par heure, ce qui est bien au-delà des normes habituelles (5 fois par heure dans la plupart des maisons et 12 fois par heure dans certains édifices à bureaux.) La circulation de l’air se faisant de haut en bas, cela diminue le risque de transmission d’infections. L’air est cependant plus sec et plus irritant pour les voies respiratoires.

 

Naitre et grandir.com

      Source : Magazine Bien grandir, juillet-août 2009
      Rédaction : Dr Jean Turgeon, pédiatre CHU Sainte-Justine
      Adaptation web : Équipe Naître et grandir

À lire aussi