L'intolérance au gluten

L'intolérance au gluten
Le gluten est souvent pointé du doigt. Comment savoir si votre enfant y est vraiment intolérant ?

L’intolérance au gluten, c’est quoi?

L’intolérance au gluten est aussi appelée maladie cœliaque. C’est une maladie immunitaire de l’intestin causée par une sensibilité permanente au gluten, une protéine qui est présente dans certaines céréales, principalement le blé, le seigle, l’orge, l’épeautre et le kamut.

Lorsqu’une personne atteinte de la maladie cœliaque mange un aliment contenant du gluten, son système immunitaire réagit fortement en provoquant une inflammation intestinale. À la longue, cette inflammation endommage la paroi de son petit intestin. Cela a pour effet de réduire l’absorption dans son organisme de plusieurs nutriments comme les vitamines et minéraux, dont le fer.

La maladie cœliaque touche 1% de la population. Au Québec, cela représente plus de 76 000 personnes, des adultes comme des enfants. Les causes de la maladie ne sont pas bien connues, mais une prédisposition génétique peut contribuer à son apparition. Ainsi, un enfant a plus de risque d’être intolérant au gluten si un de ses parents l’est.

Les symptômes

Chez l’enfant, les symptômes de l’intolérance au gluten peuvent apparaître dès 1 an ou 2 ans. Le tout-petit atteint de la maladie se montre généralement irritable, il peut avoir des ballonnements, des douleurs au ventre et une diarrhée chronique.

Les dommages causés à l’intestin par la maladie cœliaque sont les mêmes, que l’enfant atteint présente peu ou beaucoup de symptômes.

À cause des carences nutritionnelles, l’enfant peut aussi ressentir de la fatigue et avoir un retard de croissance. La présence d’anémie peut également être le signe d’une intolérance au gluten. Les manifestations de la maladie varient d’un enfant à l’autre et peuvent être plus ou moins importantes.

Le diagnostic

Si vous pensez que votre enfant souffre d’intolérance au gluten, il faut consulter un médecin. Il lui prescrira alors des tests sanguins. S’ils sont positifs, un prélèvement de tissus de son intestin sera nécessaire pour établir le diagnostic final.

Il est important de ne pas offrir un régime sans gluten à votre tout-petit sans avoir consulté un médecin. Cela nuit au diagnostic, car le gluten doit être présent dans l’alimentation de l’enfant pour que les tests (prises de sang et biopsie de l’intestin) confirment ou non la maladie.

Comment traiter?

Aucun médicament ne guérit la maladie cœliaque. Le seul traitement possible, c’est le régime sans gluten. Ce changement d’alimentation n’est cependant pas simple à faire puisque le gluten se retrouve dans une variété de produits (ex. : pains, pâtisseries, pâtes, pizzas, sauces et plusieurs aliments transformés). Il est donc conseillé de consulter une nutritionniste pour apprendre ce qu’un enfant intolérant au gluten peut manger et ce qu’il doit éviter.

La maladie cœliaque est plus courante chez les personnes atteintes de diabète de type 1, de problèmes de thyroïde, d’arthrite rhumatoïde juvénile et de maladies auto-immunes du foie.

Si l’enfant a des carences alimentaires, le médecin peut prescrire des suppléments de vitamines et minéraux (souvent du fer) au moment du diagnostic. Mais en général, au bout de quelques mois de régime sans gluten, la paroi de son intestin se rétablit et l’enfant n’a plus besoin des suppléments. Il doit toutefois poursuivre son alimentation sans gluten pour le reste de sa vie.

 

Sensible ou intolérant au gluten?
Certains enfants peuvent avoir une sensibilité au gluten sans être intolérants. C’est-à-dire qu’ils ont des gaz et des maux de ventre après avoir mangé des aliments qui contiennent du gluten, mais qu’ils ne souffrent pas de la maladie cœliaque. Pour eux, une alimentation réduite en gluten peut aider. Mais encore là, avant de conclure à une sensibilité et de couper le gluten, il est recommandé de voir un médecin pour passer les tests nécessaires.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Dre Valérie Marchand, pédiatre-gastroentérologue au CHU Sainte-Justine
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mai 2015

 

 

Références

 

À lire aussi