Les poux

Les poux
Peigne fin ou insecticide? Comment venir à bout des poux?


Comment savoir si votre enfant a des poux?

Votre enfant pourrait avoir des poux s’il se gratte beaucoup la tête, particulièrement derrière les oreilles et au niveau de la nuque. Ce n’est toutefois pas parce qu’il se gratte la tête que sa chevelure est infestée par des poux.

Même s’il se gratte beaucoup la tête, vous devez examiner la chevelure de votre enfant et trouver des insectes vivants pour déterminer qu’il a vraiment des poux. De même, trouver des oeufs (lentes) dans ses cheveux ne signifie pas que votre enfant a des poux vivants.

Sensibilité aux poux
Certains enfants sont plus sensibles que d’autres aux poux, quelques-uns peuvent ressentir de fortes démangeaisons et d’autres aucune. Lors d’une première infestation (habituellement avec moins de 10 poux vivants), les démangeaisons peuvent prendre de quatre à six semaines avant de se manifester.

Quand consulter?

Les poux et les lentes ne transmettent aucune maladie à l’humain. Cependant, votre enfant peut irriter la peau de son cuir chevelu en se grattant et causer des plaies qui risquent de s’infecter.

Consultez le médecin si :

  • le cuir chevelu de votre enfant a des plaies qui semblent infectées.

Consultez un professionnel de la santé (infirmière scolaire, pharmacien ou médecin) si :

  • la tête de votre enfant semble infestée par des poux et vous avez besoin de choisir un traitement recommandé;
  • le traitement appliqué contre les poux ne semble pas efficace;
  • le traitement appliqué cause des démangeaisons intenses.

Qu’est-ce qu’un pou de tête?

Le pou de tête qui attaque les humains est un petit insecte (Pediculus humanus capitis) à 6 pattes. Il ne peut ni voler ni sauter, mais il peut ramper très rapidement. Il mesure de 2 mm à 4 mm.

Le pou est un parasite qui n’arrive à vivre que dans une chevelure humaine, tout près du cuir chevelu ou sur les cils. Ce sont les endroits où il peut le mieux assurer sa survie et sa reproduction. Il s’y tient au chaud et s’alimente en suçant de très petites quantités de sang du cuir chevelu.

Le pou ne peut survivre plus de 2 ou 3 jours ailleurs que sur une tête humaine. Malheureusement, quand il en trouve une, il s’y accroche solidement, et la femelle y pond ses oeufs, appelés lentes. Au cours de sa vie (qui dure de 3 à 4 semaines), elle peut en produire 5 ou 6 par jour. En cas d’infestation (« pédiculose », le terme médical), la chevelure d’un enfant peut contenir de 10 à 20 poux adultes, parfois moins.

Contrairement à la croyance populaire, le fait d’avoir des poux ne signifie pas que l’on manque d’hygiène. Le pou est simplement un parasite tenace et particulièrement bien adapté aux humains depuis le début de l’humanité. Il s’installe autant sur une tête propre que dans une chevelure négligée. Il ne fait aucune distinction entre les personnes ni entre les classes sociales.

Âge : Tout le monde peut avoir des poux, mais les enfants de 3 à 11 ans sont particulièrement touchés, avec un pic autour de 8 et 9 ans. Les poux sont rares chez les enfants de 2 ans et moins.
Durée de l’infestation : Lorsque l’on prend les mesures adéquates, l’infestation peut être maîtrisée après deux semaines. Une nouvelle infestation est toujours possible si l’enfant est en contact étroit avec un ami ou un autre membre de la famille infesté.
Période de contagion : Elle dure tant qu’il y a des poux vivants ou des lentes viables sur la tête de l’enfant.
Mode de transmission : Le plus souvent, les poux passent d’une tête à l’autre par contact direct de chevelure à chevelure. Plus rarement, ils profitent d’un échange de chapeau, de foulard ou de bandeau de tête. Ils peuvent aussi parfois, mais rarement, se transmettre par des objets personnels, comme un peigne, une brosse, une serviette, une taie d’oreiller, etc.
Quarantaine : La Société canadienne de pédiatrie et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) estiment que les enfants qui ont des poux de tête devraient se faire traiter et continuer d’aller à la garderie ou à l’école. Si votre enfant est infesté, avisez-en la garderie ou l’école. Dites à votre enfant d’éviter de coller sa tête contre celle des autres. Au Québec, au début de l’année scolaire, le MSSS et les écoles primaires fournissent de l’information au sujet du diagnostic et du traitement.

Comment examiner la chevelure de votre enfant?

Pour examiner la tête de votre enfant, vous avez besoin d’un peigne à dents très fines séparées à moins de 0,3 mm (peigne fin). Ce type de peigne est vendu en pharmacie. Certains fabricants de produits contre les poux en fournissent dans l’emballage, mais leur qualité n’est pas toujours optimale. Pour obtenir de meilleurs résultats, passer le peigne fin mèche par mèche dans la chevelure mouillée de l’enfant à partir du cuir chevelu jusqu’à l’extrémité des cheveux.

Il est recommandé de placer de la lumière au-dessus de la tête de l’enfant pour mieux voir la présence d’un pou. On peut aussi utiliser une loupe.

Traitez seulement les personnes qui ont des poux ou des lentes vivantes.

À quelle fréquence faire cet examen?

Examinez la chevelure de votre enfant tous les jours :

  • s’il a des démangeaisons suspectes au cuir chevelu;
  • si vous savez qu’il y a des poux dans son entourage.

Examinez les cheveux de votre enfant une fois par semaine, en particulier à l’automne, durant l’hiver et au retour des vacances :

  • même s’il n’a pas de démangeaisons;
  • s’il fréquente un service de garde ou une école primaire.

Lentes mortes ou vivantes?

Lentes vivantes

Lentes mortes

– Oeufs de couleur blanc grisâtre qui ressemblent à des pellicules gonflées.
– Se trouvent le plus souvent à moins de 6 mm du cuir chevelu.
– Blanches et desséchées.
– Se trouvent à plus de 6 mm du cuir chevelu.

Quels traitements utiliser contre les poux?

Si vous trouvez des poux ou des lentes vivantes, vous devez faire un traitement. Le traitement classique contre les poux de tête consiste à les éliminer à l’aide d’un insecticide topique (pédiculicide). Le MSSS recommande les produits ci-dessous que l’on trouve en vente libre dans les pharmacies. D’autres traitements y sont aussi vendus, mais leur efficacité n’a pas été démontrée.

Produits pouvant être utilisés durant la grossesse et l’allaitement
Les produits Kwellada-P® 1 %, Nix® 1 %, Pronto® ou R&C® peuvent être utilisés chez les femmes enceintes et celles qui allaitent. Il est toutefois suggéré de consulter un médecin avant d’utiliser ces produits durant la grossesse.

Comment savoir si le traitement a fonctionné?

Si vous apercevez des poux vivants 17 jours après les deux ou trois applications recommandées (selon le produit utilisé), il s’agit probablement d’un échec. Vous devez recommencer le traitement avec un produit de composition différente :

  • si vous avez utilisé adéquatement Kwellada-P® 1 %, Nix® 1 %, Pronto® ou R&C®, il est probable que les poux soient résistants à ces produits. Vous pouvez alors utiliser soit NYDA®, Zap® ou Resultz® recommandés précédemment;
  • si vous avez utilisé Zap® ou Resultz®, vous pouvez utiliser soit NYDA®, Kwellada-P® 1 %, Nix® 1 %, Pronto® ou R&C® recommandés précédemment;
  • si vous avez utilisé NYDA®, vous pouvez utiliser tous les autres produits recommandés précédemment.

Si l’échec persiste après deux cycles complets de traitement avec deux produits différents, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé (infirmière scolaire, pharmacien ou médecin). Le professionnel révisera avec vous les possibles causes de l’échec avant de proposer un nouveau cycle de traitement ou encore de faire le traitement mécanique (enlever manuellement les poux à l’aide d’un peigne fin sur des cheveux mouillés). Des traitements répétés sans supervision professionnelle pourraient exposer votre enfant aux effets indésirables des produits utilisés.

Besoin d’une prescription?
Avec la loi 41, les pharmaciens peuvent prescrire un médicament si aucun diagnostic médical n’est requis, comme dans le cas d’une infestation de poux. Grâce à cette prescription, certains traitements contre les poux peuvent être remboursés en partie par la RAMQ ou les assurances privées, selon les conditions de couverture.

Traitements contre les poux à éviter

Il n’est pas recommandé d’utiliser des traitements (ex. : « recettes maison », préparations commerciales, substances ou huiles « naturelles », insecticides pour animaux, recours à un séchoir à cheveux, sacs de plastique) qui ne figurent pas dans la liste de produits précédemment mentionnés. Leur prétendue absence de toxicité a été mise en doute et leurs effets indésirables ne sont pas négligeables et peuvent être dangereux, comme dans le cas des sacs de plastique sur la tête d’un enfant.

 

Les traitements contre les poux sont-ils dangereux?
Tous les insecticides sont toxiques, et ceux qui sont employés pour combattre les poux de tête ne font pas exception. Qu’ils soient en vente libre ou délivrés sur ordonnance, ils peuvent causer des effets indésirables importants. C’est pourquoi certains traitements ne sont pas autorisés au Canada. C’est le cas du shampoing au lindane qui n’est plus recommandé et qui a été retiré du marché en raison de son effet neurotoxique et des échecs attribués à la résistance. Tous les produits recommandés par les autorités de santé publique ont été évalués, et les avis sont révisés continuellement.
Les traitements contre les poux sont-ils efficaces?
Les autorités médicales de plusieurs pays ont rapporté des cas de résistance aux pyréthrines, à la perméthrine et au lindane. Au Canada, une étude a rapporté la présence de résistance aux pyréthrines ou aux pyréthroïdes chez 97 % des poux de tête recueillis chez 92 sujets infestés. Une étude réalisée à Montréal en 2013-2014 par l’INSPQ a démontré également la présence de ce type de résistance sur un total de 120 poux provenant de 16 têtes d’enfants infestées. De nombreux rapports d’échecs concernant les traitements contre les poux laissent entrevoir l’émergence et la progression de la résistance. La stratégie de contrôle préconisée par l’INSPQ et le MSSS tient compte de cette nouvelle situation. Concernant les produits contre les poux à base de substances naturelles (NYDA®, Zap® et Resultz®), aucun cas de résistance n’a été rapporté.
Le peigne fin fait partie de la thérapie d’élimination des poux. Son utilisation améliorerait l’efficacité du traitement et contribuerait à arrêter ou à retarder le développement d’une résistance des poux aux traitements contre les poux.
Sont-ils nécessaires?
Des études indiquent que l’on pourrait se débarrasser des poux de tête sans utiliser d’insecticides. On pourrait plutôt se servir du peigne fin sur des cheveux mouillés suivant une procédure recommandée (séances tous les 3 ou 4 jours jusqu’à ce qu’en 3 séances de suite on ne trouve plus de poux ni de lentes vivantes). Le Dr Martin Dawes, expert en traitement des poux de tête et attaché au service de médecine familiale de l’Université McGill à Montréal, estime que cette approche pourrait être aussi efficace que l’emploi de pédiculicides. Mais, pour l’instant, les autorités médicales canadiennes et québécoises réservent ce type de traitement à des cas particuliers. En général, l’utilisation de pédiculicides demeure le premier traitement à utiliser.

Comment enlever les lentes?

Chaque lente est solidement attachée à un cheveu, tout près du cuir chevelu, ou à un cil. Si elle est fécondée et si elle peut vivre, elle éclot 7 à 12 jours plus tard. Elle libère une nymphe, qui deviendra un pou adulte en 12 à 15 jours. Les poux qui survivent cherchent rapidement une autre tête humaine où s’installer et se multiplier à leur tour.

Les objets personnels

Il y a peu de risque que des poux se transmettent par les objets personnels. Si toutefois vous recevez un avis du service de garde ou de l’école, vous pouvez traiter les objets utilisés régulièrement à cet endroit par votre enfant (literie, peignes, brosses, chapeaux, etc.) selon une des méthodes suivantes :

  • Faites tremper les objets dans un shampoing contre les poux non dilué ou dans l’eau chaude (65 °C [149 °F]) de 5 à 10 minutes.
  • Mettez les vêtements dans la sécheuse à haute température pendant 20 minutes.
  • Mettez les objets dans un sac de plastique très bien fermé pendant 10 jours.

Ne vaporisez pas d’insecticide dans la maison, sur les meubles ou les articles, et ne demandez pas à un exterminateur de le faire. C’est inutile et dangereux pour la santé. Un bon coup d’aspirateur, notamment sur les tapis et les fauteuils, suffit.

Comment prévenir l’apparition de poux?

Il n’existe pas de traitement reconnu pour empêcher l’apparition de poux. Certaines mesures peuvent toutefois diminuer le risque que votre enfant soit infesté.

Les produits proposés en prévention, tels que l’huile essentielle de lavande, sont à oublier. Leur efficacité réelle n’a jamais été démontrée par des études sérieuses. Par ailleurs, l’huile essentielle de lavande est absorbée dans l’organisme par le cuir chevelu et peut provoquer une sensibilité accrue à la lumière et une pigmentation de la peau. Une étude a aussi rapporté des perturbations hormonales liées à ce produit chez les garçons prépubères.

Réduire les effets négatifs des poux sur l’enfant

Lorsqu’un enfant a des poux, les gens de son entourage peuvent réagir négativement. Ces réactions sont plus dommageables pour l’enfant que les poux eux-mêmes. En effet, des études ont rapporté que les enfants pris avec des poux sont parfois confrontés à la honte ainsi qu’à des attitudes de rejet et de discrimination ayant un impact sur leur estime de soi. L’empathie est la clé pour lutter contre la stigmatisation causée par les poux de tête.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Dr Julio C. Soto, médecin spécialiste en santé publique et en médecine préventive
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Septembre 2019

 

Photos : GettyImages/KevinDyer, iStock.com/arlindo71 et GettyImages/hirun

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • AMERICAN ACADEMY OF FAMILY PHYSICIANS. Head Lice – What They Are and How to Eliminate Them. 2017. familydoctor.org
  • KIDSHEALTH. Head Lice. 2019. kidshealth.org
  • MARCOUX, Danielle et autres. « Pyrethroid pediculicide resistance of head lice in Canada evaluated by serial invasive signal amplification reaction », Journal of Cutaneous Medicine and Surgery, vol. 14, no 3, mai 2010, p. 115-118.
  • MAYO CLINIC. Head lice. 2018. www.mayoclinic.org
  • MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC. Dépliant Poux... Poux... Poux... Tout savoir sur les poux de tête. 2019. publications.msss.gouv.qc.ca
  • MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC. « Pédiculose (du cuir chevelu) ». Prévention et contrôle des infections dans les services de garde et écoles du Québec : guide d’intervention édition 2015. 2016, p. 375-379. publications.msss.gouv.qc.ca
  • MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC. La pédiculose du cuir chevelu : lignes directrices pour le contrôle de la pédiculose du cuir chevelu dans les écoles et les services de garde éducatifs à l’enfance. 2016. publications.msss.gouv.qc.ca
  • SANTÉ QUÉBEC. Poux. 2018. www.quebec.ca
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Les infestations par les poux de tête : une mise à jour clinique. 2018. www.cps.ca
  • SOTO, Julio C. et autres. Pédiculose du cuir chevelu dans les écoles primaires du Québec : prévalence de l’infestation, impact des éclosions et détection de résistance des poux aux pyréthrines. Institut national de santé publique du Québec, 2015.

Partager

À lire aussi