Le syndrome du bébé secoué

Le syndrome du bébé secoué
Syndrome du bébé secoué (SBS) : les symptômes; ce que c’est; que faire à la maison? Comment traiter? Comment prévenir?

Les symptômes

Votre nourrisson présente un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • léthargie;
  • irritabilité;
  • vomissements;
  • convulsions;
  • difficulté à respirer ou arrêt respiratoire;
  • bave en grande quantité et continue;
  • perte de conscience;
  • troubles de la coordination;
  • hémorragie rétinienne (indiquée par une rougeur des yeux).

Un bébé qui a été secoué violemment ne porte pas nécessairement de marques de blessures, et les symptômes de dommages internes ne sont pas nécessairement apparents. Demandez une aide médicale d’urgence (9-1-1) sans tarder.



Qu’est-ce que le syndrome du bébé secoué?

Le syndrome du bébé secoué est une véritable tragédie. Quelques secondes à peine de violence peuvent avoir des conséquences épouvantables et permanentes : si l’enfant ne meurt pas, il conserve des séquelles neurologiques permanentes, et l’adulte responsable est considéré comme un criminel. Le syndrome du bébé secoué est la forme d’abus physique la plus mortelle et la plus débilitante.

Le syndrome du bébé secoué (SBS) désigne des lésions au cerveau qu’on inflige à un enfant lorsqu’on le secoue avec violence. Les lésions caractéristiques de ce syndrome sont une hémorragie intracrânienne et une hémorragie rétinienne, parfois accompagnées de fractures des côtes et de l’extrémité des os longs et d’ecchymoses.

Ces blessures résultent d’un geste très violent. Elles ne peuvent généralement pas être attribuées à une chute ni résulter d’un simple jeu. Elles ont souvent des effets considérables et permanents sur le développement futur de l’enfant : elles entraînent des difficultés d’apprentissage, des troubles cognitifs, des problèmes de diction ou de comportement, la cécité, la surdité, voire la mort (on estime qu’environ 1 bébé secoué sur 4 meurt et qu’au moins la moitié ont des séquelles visuelles ou neurologiques).

Le plus souvent, le drame survient lorsqu’un adulte responsable d’un nourrisson perd patience à cause des pleurs incessants de celui-ci. Selon le Dr Gilles Fortin, pédiatre à l’Hôpital Sainte-Justine, « les parents de très jeunes enfants doivent absolument comprendre qu’ils risquent de perdre leur contrôle et de poser des gestes violents s’ils sont soumis trop longtemps aux pleurs continus d’un bébé... et ça peut arriver à tout le monde, sans exception! ».

Le syndrome du bébé secoué est considéré comme une forme grave et bien définie de violence faite aux enfants. Lorsqu’on soupçonne qu’un enfant a été victime d’un tel acte, on est tenu d’en avertir la Direction ainsi que les autorités policières. Il s’agit d’un acte criminel.

Âge : Les enfants de moins de 12 mois sont les plus vulnérables.

Comment traiter?

L’approche médicale

Des soins intensifs d’urgence peuvent être nécessaires (oxygène, médication, chirurgie, etc.). De plus, l’enfant devra peut-être recourir à des mesures thérapeutiques et éducatives particulières visant à compenser un éventuel handicap moteur, sensoriel ou cognitif.

Conseils pratiques

  • Consultez le médecin aux urgences sans tarder.
  • Racontez tout ce que vous savez au sujet des circonstances de l’événement.

Comment prévenir?

Lorsque bébé pleure :

Pleurer est le seul moyen dont votre bébé dispose pour exprimer sa faim, sa douleur ou son ennui. En apprenant à décoder ses pleurs et à réagir en conséquence, vous lui offrez un sentiment de sécurité dont il a besoin.
  • Vérifiez s’il a faim ou si vous devez changer sa couche.
  • Enveloppez-le dans une couverture.
  • Massez son ventre ou son dos.
  • Marchez avec lui.
  • Donnez-lui un bain tiède.
  • Mettez de la musique douce.
  • Mettez-le dans sa balançoire.
  • Bercez-le dans son berceau.
  • Sortez prendre l’air si quelqu’un d’autre peut vous remplacer auprès de l’enfant.

Si rien ne réussit, mettez soigneusement votre bébé dans son berceau et quittez la chambre jusqu’à ce que vous vous soyez calmé. Ressaisissez-vous avant de le reprendre dans vos bras. Demandez l’aide de votre conjoint ou d’une personne en qui vous avez confiance. Au besoin, appelez Info-Santé (8-1-1).

Contactez un médecin si votre bébé :

  • ne se conduit pas comme d’habitude,
  • ne mange pas, ne dort pas,
  • fait de la fièvre, vomit ou a la diarrhée;
  • pleure peut-être à cause d’une chute ou d’une blessure
  • a des pleurs excessifs qui se poursuivent après l’âge de 3 mois.

Si votre bébé pleure vraiment beaucoup, prenez des dispositions pour le faire garder régulièrement et reposez-vous. Mais ne le laissez jamais avec quelqu’un en qui vous n’avez pas confiance ou qui a des réactions violentes.

Ne secouez jamais un bébé dans un moment de frustration. Les répercussions risquent de durer toute votre vie et toute la sienne!

 

Naitre et grandir.com

      Révision scientifique : Équipe de recherche: Isabelle Marc, MD.
      Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
      Mise à jour : juillet 2011

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • ASSOCIATION MÉDICALE CANADIENNE. Formation médicale continue. « Le syndrome du bébé secoué (SBS) : l’identifier et le prévenir ». www.cma.ca
  • FONDATION MARIE-VINCENT. « Syndrome du bébé secoué ». www.marie-vincent.org
  • KidsHealth. Parents. Medical Problems. « Shaken Baby/Shaken Impact Syndrome ». www.kidshealth.org
  • CHU SAINTE JUSTINE. « Syndrome du bébé secoué (SBS): thermomètre de la colère ». www.chusj.org
  • Revolution Health (Source Healthwise). « Shaken Baby Syndrome ». www.revolutionhealth.com
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. « Déclaration conjointe sur le syndrome du bébé secoué ». www.cps.ca

À lire aussi