L'apprentissage de l'humour

L'apprentissage de l'humour

Déjà, tout petit, l’enfant fait preuve d’humour. On peut l’aider à développer ce précieux atout.

Rire, sourire et faire preuve de sens de l’humour sont des comportements que l’on peut observer dès les premières années de vie de l’enfant.

Rire et sourire

  • Vers 6 semaines, bébé commence à sourire en vous voyant. Avant, il souriait « aux anges » quand il était sur le point de s’endormir après la tétée. C’était un sourire physiologique de bien-être. Maintenant, il manifeste le plaisir qu’il a de vous voir, d’être avec vous.
  • Vers 4 mois, bébé réagit en riant lorsque vous le chatouillez légèrement. Des mimiques (clins d’oeil) et des bruits inattendus de votre part le font également rire.
  • Vers 8 ou 9 mois, le jeu de « coucou » est irrésistible. Pourquoi rit-il quand on dit « coucou » au moment de réapparaître? C’est que cela confirme ce qu’il pensait : vous êtes toujours là, même lorsqu’il ne vous voit plus. Il commence à comprendre que les objets et les gens existent toujours, même s’ils ne sont pas visibles.
  • Vers 1 an, il rit devant un comportement inattendu de votre part : si vous mettez son chapeau sur votre tête ou si vous marchez à quatre pattes à ses côtés.
  • Vers 2 ans et demi ou 3 ans, les mots pipi et caca le font s’esclaffer.

Le sens de l’humour

Pour savoir s’il est au 2e stade, montrez-lui l’image d’un chien et dites, en souriant : « Regarde, le beau chat! » S’il sourit aussi, c’est qu’il a compris que c’est un jeu. Il vous regarde étonné : il doit encore apprendre le nom des choses.
  • À partir de 18 mois, l’enfant commence à jouer à faire semblant. Par exemple, il nourrit sa poupée avec une pleine cuillère de soupe imaginaire! Il découvre ensuite le plaisir d’utiliser les objets de façon inusitée ou inattendue. C’est la naissance du sens de l’humour : la télécommande du téléviseur devient un téléphone, la poignée de la corde à danser se transforme en micro, etc. Pour trouver amusant ce changement de fonction, l’enfant doit connaître la fonction première des objets.
  • À partir de 2 ans, il comprend et utilise de plus en plus de mots. Il s’amuse aussi à donner des noms inusités aux objets. Ceci représente le 2e stade de l’humour. De la même manière, imaginez que les animaux échangent leurs cris. « Tu sais quoi? Mon chien miaule! »
  • Vers 3 ½ ans, il est généralement prêt à jouer à : Ce serait drôle si… Dans ce jeu, on relie deux choses ou concepts qui ne vont pas ensemble pour obtenir une situation amusante. Par exemple : « Ce serait drôle si : les chiens pouvaient parler ou si on était petits comme des souris. » On peut aussi lui proposer d’inventer des mets inusités tels que : « des biscuits au poulet ou une soupe à la crème glacée ». L’enfant imagine ces situations ou ces plats dans sa tête et en voit le côté farfelu.
À quoi sert le sens de l’humour?
  • L’humour aide à prendre la vie du bon côté et à dédramatiser, en dépit des difficultés. Ainsi, au lieu de se fâcher et de réagir de façon agressive, l’enfant apprend à rire de certaines situations.
  • Rire aide à réduire le stress et certaines peurs. Au lieu de se fâcher, un jeune enfant qui a du mal à enfiler ses bottes pourra dire, en plaisantant : « Maman, mes pieds ont trop grandi pendant la nuit! » Le rire provoqué par son commentaire diminuera la tension d’un cran. De même, la frayeur ressentie lorsque le tonnerre gronde, par exemple, peut diminuer si l’enfant se représente un gros bonhomme, assis sur les nuages, s’amusant à jouer du tambour.
  • Cultiver le sens de l’humour de votre enfant, c’est lui donner un atout qui l’accompagnera tout au long de sa vie.

Lorsqu’il vous arrive des pépins (bibelot cassé, gâteau brulé, recette manquée…), abordez la situation avec humour et soyez capable d’en rire. Ainsi, votre enfant comprendra que tout le monde connaît des échecs. Votre réaction l’aidera à prendre avec humour ses propres insuccès.

La créativité

Chez l’enfant, l’humour est associé à la créativité qui permet, en combinant de façon novatrice des idées ou des objets, d’envisager une situation de différentes façons ou de trouver plusieurs solutions à un problème.

Des études ont souligné l’impact potentiel de la créativité, manifestée dans le jeu, sur la capacité future de la personne à résoudre les problèmes de façon originale.

La créativité permet de porter un regard différent sur les événements, donc de développer une souplesse d’esprit. Plus l’enfant est créatif, plus il fait preuve d’imagination et d’ingéniosité dans sa façon d’aborder les situations, de résoudre les difficultés. Il peut faire les choses autrement lorsque la manière habituelle ne fonctionne pas. Sa créativité l’aide à faire face aux imprévus de la vie et à s’adapter aux différentes situations.

Considérant l’impact de la créativité sur le développement de la capacité d’adaptation de votre enfant, ne freinez pas son imagination en lui disant que ses idées sont farfelues. Au contraire, favorisez et valorisez ses élans créateurs.

Quelques suggestions pour encourager la créativité

  • Quand votre enfant a environ 20 ou 22 mois, regardez un livre avec lui, en faisant semblant que les objets qui y sont représentés sont réels : sentir la rose, flatter le chat, manger la pomme, éteindre la chandelle, etc.
  • Sollicitez la créativité de votre enfant en lui demandant de trouver les usages d’un même objet, par exemple « Que peux-tu faire avec un bol? » Les réponses peuvent être fort variées : un chapeau, un tambour, un siège, etc.
  • Quand votre enfant reconnaît bien chaque personne dans votre album de photos, amusez-vous à changer le nom des personnes sur certaines photos. En regardant une photo de grand-papa, dites-lui : « Regarde, Grand-maman avait mis une moustache pour la photo. »

 

Naitre et grandir.com

      Adaptation web : Équipe Naître et grandir
      Recherche et rédaction : Francine Ferland, ergothérapeute
      Mise à jour : Novembre 2011

 

Référence

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • FERLAND, Francine. Raconte-moi une histoire. Pourquoi? Laquelle? Comment? Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2008, 168 pages.

À lire aussi