«Je t'aime plus, bon!»

«Je t'aime plus, bon!»
Contrarié, votre enfant vous lance qu’il ne vous aime plus ou qu’il vous déteste… Comment réagir?

Les paroles orageuses du genre : « Je ne t’aime plus! », sont fréquentes chez les tout-petits. Elles sont exprimées sous le coup de la colère ou à la suite d’une frustration. L’enfant riposte sans avoir aucunement l’intention de briser le lien d’amour avec le parent auquel il s’adresse.

Comme parent, ces mots pourront vous blesser, et c’est tout à fait normal. Il n’est pas toujours facile de rester en contrôle de ses émotions dans ces situations. Il est toutefois important de tenter de comprendre l’émotion qui se cache sous les mots de votre enfant plutôt que d’y réagir.

Vous êtes blessé quand votre enfant vous dit qu’il ne vous aime plus? Vous n’êtes pas seul!

Votre tout-petit vit dans le moment présent et exprime maladroitement ses sentiments lorsque ses désirs ne sont pas exaucés. Son égocentrisme l’amène à juger le contexte selon son propre point de vue. C’est pourquoi il trouve maman et papa méchants lorsqu’ils lui refusent un plaisir, et gentils s’ils répondent à ses désirs.

Répondre adéquatement

  • Répondez calmement : « Moi, je t’aime. Mais je ne suis pas d’accord avec ton comportement. » Cela rassurera votre enfant. Au contraire, une phrase agressive du type : « Moi non plus, je ne t’aime plus quand tu me parles ainsi » peut rendre votre enfant anxieux. Il pourrait s’inquiéter de la fragilité de l’amour que vous lui portez. De plus, une riposte agressive risque de provoquer une escalade de rejets réciproques.
  • Évitez de céder aux caprices de votre enfant. Ce dernier ressentirait alors votre vulnérabilité. Il y a fort à parier qu’il utiliserait le chantage de nouveau pour obtenir ce qu’il veut. En maintenant votre refus, vous lui apprenez que vous êtes capable d’établir vos limites, et cela le sécurisera.
Être un bon parent, ce n’est pas rendre votre enfant heureux tout le temps. C’est plutôt l’aider à devenir un adulte sociable, responsable et aimable.
  • Certains enfants vont jusqu’à menacer de partir habiter « chez mamie », armés de leur sac à dos, de leur toutou et de leur tricycle. Vous aurez avantage à couper court à cette stratégie : « Tu es mon enfant. Je t’aime et je te protège. C’est pour cette raison que je ne te laisse pas partir et te mettre en danger. »
  • Lorsque votre enfant dit qu’il ne vous aime plus ou menace de partir, il est important de lui apprendre à exprimer sa déception avec des mots, sans avoir à craindre de perdre votre amour. Dites-lui par exemple : « Je comprends que tu sois fâché. Trouve toutefois une façon de le dire avec les bons mots. »
  • C’est le chagrin, dans certains cas, qui pousse votre enfant à tester votre amour. La naissance d’un petit frère, une séparation ou une dispute avec vous peuvent l’amener à croire qu’il a perdu votre affection. Que sa réaction soit due à la tristesse ou à la colère, vous aurez avantage à maintenir des limites claires et à rassurer votre tout-petit sur l’amour que vous lui portez.
  • Le mieux est de garder son sang-froid, de reconnaître ce que votre enfant ressent et d’utiliser la technique de « l’édredon ». Elle consiste à réagir sans impulsivité, sans renvoyer le coup. Par exemple, répondez : « D’accord, tu es en colère parce que je refuse ce que tu me demandes. Je te dis « non » parce que je t’aime. Tu dois apprendre qu’on ne peut avoir tout ce que l’on veut. Il y a certaines choses que les enfants ne peuvent décider. »

 

Les mots qui font de la peine
« Niaiseuse, idiote, laide ». Les tout-petits ne se rendent pas compte des répercussions de leurs mots sur l’autre. Ils sont centrés sur ce qu’ils ressentent dans le moment présent : une frustration, un besoin d’attention ou l’exploration des réactions.
Vous devez donc accompagner votre enfant pour qu’il devienne sensible aux autres. Il doit comprendre que certains mots font de la peine et peuvent nuire à ses amitiés. Par exemple, si votre enfant vous fait remarquer la différence physique d’une personne, vous pouvez répondre : « C’est vrai, mais je pense que ça lui fait de la peine quand les gens le disent. Tu peux me le dire, juste à moi. » Vous pouvez aussi sensibiliser votre enfant à voir les différences entre les gens comme des traits qui les rendent uniques, tout comme lui.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Décembre 2014

 

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • HALMAS, Claude. Pourquoi l’amour ne suffit pas. Nil Éditions, 2006. 272 p.

À lire aussi