La préparation à l'école

La préparation à l'école
Prêt pour l’école? Le défi est de préparer son enfant, mais sans trop en faire!

Les apprentissages nécessaires au développement de votre enfant commencent dès sa naissance. Lorsque vous agitez un hochet au-dessus de la tête de votre bébé, par exemple, vous lui transmettez déjà plein de connaissances : le son, l’espace, le mouvement, les couleurs. De plus, en étant en contact avec vous, votre tout-petit apprend à créer des liens avec les autres.

Les gestes du quotidien constituent donc mille et un apprentissages qui préparent votre enfant à l’école. Tous les parents font des mathématiques et de l’initiation à la lecture sans le réaliser, que ce soit en faisant la cuisine, en lisant une recette ou en mesurant la farine.

Les habiletés à développer

A, B, C... C’est bien assez!
Si votre enfant démontre de l’intérêt pour certaines lettres, vous pouvez l’encourager, mais sans en faire un apprentissage structuré. La notion de plaisir prime durant la petite enfance. Les programmes de maternelle 4 ans et 5 ans indiquent d’ailleurs que les enfants devront connaître les lettres de l’alphabet seulement à la fin de la maternelle 5 ans.

Certaines habiletés influencent fortement la préparation à l’école. C’est ce qu’a fait ressortir une enquête menée auprès de plus de 60 000 enfants québécois. Les chercheurs ont alors mesuré les habiletés des enfants dans cinq domaines : santé physique et bien-être, compétence sociale, maturité affective, développement cognitif et langagier ainsi qu’habiletés de communication et connaissances générales. Ils ont noté que peu d’enfants sont prêts pour l’école dans toutes les sphères de leur développement. Certains enfants s’expriment très bien par exemple, mais auront une maturité affective moins grande.

Voici les habiletés qui aideront votre enfant à se sentir prêt pour son entrée à l’école :

  • Autonomie : Un enfant autonome pourra davantage se débrouiller par lui-même une fois à l’école. Vous pouvez stimuler l’autonomie de votre tout-petit en lui apprenant à enfiler certains vêtements seul et à aller à la toilette sans aide.
  • Socialisation : Un enfant qui est en contact avec d’autres enfants et d’autres adultes apprendra la base des interactions sociales. Par exemple, il développera sa capacité à entrer en relation de façon positive, à attendre son tour et à respecter les règles. Ces habiletés faciliteront ensuite la vie scolaire de votre enfant.
  • Maturité affective : Pour bien fonctionner à l’école, votre enfant doit apprendre à contrôler sa colère, à interagir calmement avec les autres, à se séparer de ses parents pour de courtes périodes et à exprimer ses émotions.
  • Apprentissages cognitifs et langage : Pour l’aider à développer son raisonnement mathématique, faites-lui compter ses petites voitures ou mesurer les ingrédients quand vous cuisinez. Vous pouvez stimuler le langage de votre enfant simplement en parlant avec lui de ce qui fait partie de son quotidien : nommer les parties du corps pendant le bain, pointer des objets ou des couleurs dans un livre.
  • Habiletés de communication et connaissances générales : Vous pouvez aider votre enfant à développer son intérêt pour le monde en regardant avec lui des livres au sujet des animaux, des moyens de transport, des aliments ou de différents pays. En lui posant des questions sur ce que vous lisez, vous lui permettez de réfléchir et de donner son opinion. Il apprend ainsi à mieux communiquer ses idées aux autres.

Priorité au jeu et au plaisir!

L’apprentissage est plus efficace quand il est fait dans une ambiance de plaisir. Il devient alors une source de motivation pour votre enfant. Celui-ci retient ainsi davantage les concepts qui lui serviront pour son entrée à l’école.

Laissez-vous guider par les initiatives et les jeux de votre enfant. Les occasions se présenteront d’elles-mêmes. Il est en effet préférable d’introduire un apprentissage dans un moment où votre enfant souhaite naturellement apprendre.

La 5e année du cerveau : une petite révolution
De l’âge de 4 à 5 ans, le cerveau de l’enfant vit une importante transition. À 4 ans, le lobe frontal (qui organise le comportement et l’attention) connaît une forte poussée de croissance. De 4 à 6 ans, l’enfant perfectionne ces nouvelles compétences.
L’été précédant l’entrée à l’école, on remarque donc souvent que l’enfant a une grande soif d’apprendre et on ne le reconnaît plus. C’est le moment parfait pour ranger ses jouets de bébé et pour sortir les jeux plus intéressants : casse-têtes, blocs et crayons!

Comment ne pas en faire trop

Bien sûr, il est tentant d’apprendre systématiquement à votre enfant les couleurs ou les lettres. Interrogez-vous toutefois sur vos motivations. Est-ce que votre enfant le réclame vraiment ou est-ce vous qui le lui imposez? Certains enfants aiment être poussés, mais ce n’est pas la majorité. Il faut tenir compte des besoins réels de l’enfant et ne pas confondre besoin de stimulation et performance.

Les dangers de la performance

Lorsque l’éducation d’un enfant a été trop axée sur la performance, les conséquences ne tardent pas à se faire sentir. Certains enfants présentent d’ailleurs des signes de stress à un très jeune âge. Par exemple, ils peuvent être plus agités ou se plaindre de maux de tête ou d’un mal de ventre. Une fois à l’école, ils risquent d’être moins intéressés à apprendre, car ils s’ennuient.

Les spécialistes mettent aussi les parents en garde contre leurs attentes démesurées envers les futurs professeurs. L’enseignante ne pourra pas s’occuper de tous les enfants de la classe de la même façon qu’à la maison ou en garderie ni considérer les demandes particulières de chacun des parents.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Novembre 2014

 

Références

  • SIMARD, Micha, Marie-Eve Tremblay, Amélie Lavoie et Nathalie AudeT, Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle, Institut de la statistique du Québec, 2012. www.stat.gouv.qc.ca
  • GOULET, Nathalie et Sylvie LAVOIE. En route pour l’école! Enquête sur la maturité scolaire des enfants montréalais. Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, Rapport régional 2008, 135 p. www.dsp.santemontreal.qc.ca
  • Programme de formation de l’école québécoise : education.gouv.qc.ca

À lire aussi