L'enfant et la mort d'un animal domestique

L'enfant et la mort d'un animal domestique
Que faut-il faire pour consoler et atténuer la douleur d’un enfant dont l’animal vient de mourir?


Pour de nombreux enfants, un animal de compagnie est un ami, un confident et un véritable membre de la famille. Il est donc normal qu’ils soient très affectés par sa mort, et ce, peu importe qu’il s’agisse d’un chien, d’un chat, d’un hamster ou d’un poisson rouge.

Que comprend un enfant de la mort?

Avant 5 ans, un enfant a une compréhension limitée de la mort. Il a de la difficulté entre autres à comprendre qu’elle est permanente. Ce n’est qu’autour de 9 ans qu’il comprend que la mort est permanente et qu’elle fait partie du cycle de la vie.

Vous pouvez aider votre enfant qui vit la perte d’un animal en l’amenant à comprendre que la mort et le deuil font naturellement partie du cycle de la vie. Pour en savoir plus, consultez notre fiche Aider les enfants à comprendre la mort.

Comment expliquer à un enfant la mort de son animal de compagnie?

Si vous avez un animal de compagnie, il est probable que vous ayez un jour ou l’autre à expliquer à votre enfant comment votre animal est décédé. Qu’il soit mort de vieillesse, à la suite d’un accident ou par euthanasie, il est important de dire la vérité à l’enfant, dans des mots simples.

Lors d’une mort naturelle, en plus du lien avec le cycle de vie, vous pouvez lui expliquer le privilège que son animal et lui ont eu de vivre ensemble.

Lors d’un accident, votre enfant peut chercher à comprendre les circonstances du décès. Il souhaitera probablement savoir qui a trouvé l’animal et à quel endroit il était. Il est important de rassurer votre enfant sur le fait qu’il n’est pas responsable de la mort.

Lors d’une euthanasie, expliquez à votre enfant qu’elle a pour but de faire cesser les souffrances de son animal malade. Dites-lui que le liquide injecté par le vétérinaire fait cesser les battements du coeur de l’animal. Rassurez votre enfant en lui indiquant que cela se produit rapidement et que l’animal ne ressent rien. Il est possible d’inviter votre enfant à assister aux procédures d’euthanasie dès qu’il est en mesure de dire s’il souhaite ou non être présent.

En tout temps, il est important de mettre en place un rituel pour dire au revoir à l’animal, qu’il soit encore vivant ou mort.

Quelles sont les réactions possibles de l’enfant?

L’enfant qui perd son animal de compagnie peut ressentir des émotions semblables à celles de l’enfant qui vit le deuil d’une personne. La tristesse, la colère, la culpabilité et l’ennui sont des réactions fréquentes. Il peut aussi réagir par des malaises physiques, de l’insomnie, un manque d’appétit ou l’impression d’entendre ou de voir l’animal. Ces réactions sont normales et disparaissent habituellement au fil des jours.

Durée du deuil

Il n’est pas rare qu’un enfant soit profondément attristé par la perte de son animal durant 6 à 8 semaines. L’enfant a besoin de temps pour faire l’expérience de toutes ses émotions et pour s’adapter à la perte de son animal. Le deuil est un processus permettant de nombreux apprentissages qui lui seront utiles toute sa vie.

Si votre enfant est encore très triste 8 semaines après le décès, consultez son médecin. N’hésitez pas à vérifier auprès de son éducatrice à la garderie ou de son professeur si sa tristesse se manifeste aussi en dehors de la maison.

Comment aider un enfant à faire le deuil de son animal de compagnie?

  • Encouragez votre enfant à exprimer ce qu’il ressent. Pour l’aider, n’hésitez pas à lui faire part de vos émotions à l’égard du décès de votre animal.
  • Reconnaissez la peine de votre enfant, peu importe le type d’animal. Il n’est pas utile de dire des choses comme : « Ce n’était qu’un poisson rouge. » Si votre enfant pense que vous sous-estimez l’intensité de sa perte, cela ne fera que la rendre plus difficile à surmonter.
  • Répondez de manière honnête aux questions de votre enfant. Si vous n’avez pas la réponse à l’une de ses questions, dites-le-lui. Des livres traitant de la mort d’un animal domestique peuvent vous aider. Plusieurs bibliothèques en proposent dans la section pour enfants.
  • Rassurez votre enfant en lui disant qu’il n’est pas responsable de la mort de son animal.
  • Discutez en famille de la mort de votre animal. C’est alors l’occasion, pour chacun, de partager ses souvenirs en lien avec l’animal décédé. Cela peut aider votre enfant à se sentir mieux.
  • Organisez une petite cérémonie d’adieu à votre animal domestique. Cela peut être réconfortant pour votre enfant.
  • Invitez votre enfant à placer une photographie de l’animal dans sa chambre ou encore à le dessiner. Il s’agit d’une façon de lui rendre hommage, d’évoquer des souvenirs et de préserver un lien avec l’animal décédé.
  • Évitez d’utiliser des expressions comme « s’endormir », « partir », « s’en aller » ou « vivre au ciel » pour parler de la mort de votre animal. Si vous dites à votre enfant que son chien s’est « endormi », votre tout-petit risque d’avoir peur d’aller au lit, de crainte de mourir lui aussi. Même chose si vous lui dites que son chat « est parti » pour un long voyage ou qu’il « vit au ciel », car votre enfant attendra son retour.
  • Ne tentez pas de distraire votre enfant en lui proposant des activités de loisir pendant la phase intense de son deuil. Il est difficile d’accepter la perte d’un animal qu’on a vraiment aimé.
  • N’essayez pas de faire oublier l’animal décédé en achetant rapidement un nouvel animal de compagnie après le décès. Votre enfant doit faire son deuil avant de créer un lien d’attachement avec un autre animal. Attendez que votre enfant vous le demande ou parlez-en avec lui pour savoir s’il se sent prêt à s’investir de nouveau auprès d’un autre animal.

 

À retenir

  • Avant 5 ans, l’enfant a encore du mal à comprendre que la mort est permanente.
  • Il est important de dire la vérité à l’enfant, peu importe la façon dont l’animal est décédé.
  • L’enfant peut réagir émotivement et physiquement lors de la perte de son animal de compagnie.
  • La mise en place d’une petite cérémonie d’adieu est bénéfique pour le deuil de l’enfant.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Josée Jacques, psychologue spécialisée dans le deuil
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Novembre 2019

 

Photo : iStock.com/Jolka100

 

Ressources et références

  • BOUCHER, Michel. J’aime plus les animaux. Saint-Herblain, Gulf Stream, 2012, 32 p. (dès 3 ans)
  • CHICHESTER CLARK, Emma. Molly au paradis. Paris, Gallimard Jeunesse, 2005, 40 p. (dès 4 ans)
  • LAVERGNE, Annique et Yves DUMONT. Le deuil de mon animal de compagnie. Montréal, Petit Homme, 2018, 63 p. (dès 4 ans)
  • PARTRIDGE, Elizabeth et Lauren CASTILLO. Mistigri, mon ami. Paris, Seuil Jeunesse, 2011, 40 p. (dès 3 ans) (livre épuisé en librairie, mais disponible en bibliothèque)

 

Partager

À lire aussi