L'enfant très routinier

L'enfant très routinier
Chez certains enfants, la routine prend une importance démesurée. Comment réagir ?


Les routines sont importantes pour les enfants. Elles les sécurisent et les réconfortent, car elles leur procurent de la stabilité et leur permettent de prévoir ce qui s’en vient. Toutefois, certains tout-petits sont attachés aux routines plus que d’autres, ce qui peut parfois nuire à leurs activités.

Pourquoi certains enfants sont plus routiniers?

Certains enfants acceptent mal que leurs routines soient modifiées d’une quelconque manière (ex. : moment de la journée où elle est effectuée et ordre des étapes). Pour eux, le respect à la lettre des routines est très important. La modification de leur routine peut d’ailleurs provoquer chez eux des réactions excessives : colère, irritabilité, hypersensibilité, anxiété, opposition aux règles et difficulté d’autocontrôle.

Afin de mieux réagir lorsque ces comportements se présentent, il est important de comprendre pourquoi l’enfant trouve aussi difficile de ne pas suivre sa routine habituelle. Si le tout-petit a moins de 3 ans, il est possible qu’il ne soit pas capable de nommer avec des mots les raisons pour lesquelles il a besoin que ses journées soient très prévisibles. Il est donc important d’observer l’enfant dans son quotidien afin d’essayer de mieux le comprendre.

Dans certains cas, un enfant peut s’attacher à sa routine lorsqu’un changement majeur survient dans sa vie (ex. : un déménagement, un changement de groupe ou d’éducatrice à la garderie, des tensions entre les parents, un décès ou la perte d’un animal de compagnie). C’est une manière de réagir qui le rassure en soulignant le côté toujours prévisible de certaines choses. L’enfant peut ainsi sentir qu’il a encore du pouvoir sur certains aspects de sa vie malgré les bouleversements qu’il vit.

Dans ces périodes de grands changements, mieux vaut préserver au maximum les routines de l’enfant afin qu’il se sente à la fois en sécurité et avec un certain contrôle. Il est donc souhaitable de modifier le moins possible ses routines, car elles lui font du bien.

Toutefois, si son comportement plus rigide persiste ou est présent sur une plus longue période, il est possible de modifier de petits éléments des routines de l’enfant afin de favoriser une meilleure capacité à s’adapter au changement. Il s’agit d’ailleurs d’une habileté importante à développer, car elle prépare le tout-petit à la vie en garderie ou à l’école, où des imprévus peuvent souvent survenir.

Que faire avec un tout-petit très routinier?

Si votre enfant a un très grand besoin de respecter à la lettre ses routines, les conseils suivants vous aideront à gérer la situation.

  • Parlez à votre enfant des raisons pour lesquelles il veut respecter autant ses routines. Certains tout-petits ne peuvent cependant pas expliquer pourquoi ils agissent ainsi. Ils savent simplement qu’ils se sentent mieux s’ils font les choses d’une certaine façon. Vous pouvez aider votre enfant en tentant de nommer cette émotion. Par exemple, dites-lui : « Tu te sens bien quand tu sais comment les choses se passent? »
  • Quand c’est possible, préparez votre enfant aux changements en lui en parlant à l’avance. Sans dramatiser les choses, vous pouvez lui dire que vous savez qu’il est contrarié ou inquiet. Reconnaître les émotions de votre enfant peut l’apaiser, car il se sent alors compris.
  • Essayez de ne pas le forcer à modifier des choses s’il n’est pas d’accord. Par contre, si son grand respect des routines lui nuit, envisagez de lui faire vivre des changements de routine minimes et graduels, au moins pour essayer.
  • Sautez à l’occasion une étape de la routine ou inversez l’ordre des étapes pour rendre la routine plus souple. Pour que votre enfant accepte ce changement, faites-en un jeu. Par exemple, le vendredi, vous pouvez mettre dans un sac des images des étapes de sa routine du soir et lui en faire piger une. Ce sera par cette étape que la routine commencera ce soir-là.
  • Aidez votre enfant à se donner de petits défis réalistes. Vous pouvez par exemple lui offrir un choix : préparer son pyjama avant le bain ou encore choisir un livre seul pour la lecture d’avant le dodo au lieu de faire cette étape de routine avec vous à ses côtés. Votre tout-petit peut avoir besoin de quelques jours ou semaines pour apprivoiser ce changement. Faites preuve de patience s’il ne réussit pas du premier coup.
  • Vous pouvez utiliser une minuterie (ex. : sablier, micro-ondes ou minuteur Time Timer) afin de raccourcir peu à peu certains moments de la routine que vous percevez comme étant trop longs. Votre enfant aura ainsi un repère visuel afin de comprendre combien de temps il lui reste pour un jeu ou pour ranger avant le repas, par exemple.

Quand consulter?

Si votre enfant est tellement attaché à sa routine qu’il a des problèmes de sommeil quand sa routine change et qu’il ne fonctionne pas normalement (ex. : il se désorganise, fait des crises, a moins d’appétit), il est recommandé d’aller chercher du soutien professionnel. Vous pouvez aborder cette question avec l’éducatrice de la garderie ou votre médecin de famille. Vous pouvez aussi communiquer avec le CLSC de votre quartier. Ils vous dirigeront vers les ressources appropriées.

 

À retenir

  • Chez certains enfants, déroger à la routine peut occasionner des réactions émotives plus intenses.
  • Un enfant qui vit un changement important dans sa vie peut s’attacher à sa routine, car elle le sécurise et lui donne un certain contrôle.
  • Être attentif à ce qui cause ces réactions vous permet de mieux soutenir votre enfant.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Octobre 2018

 

Photo : iStock.com/shmackyshmack

 

Ressources et références

Pour les parents :

  • DOYON, Nancy et Suzie CHIASSON-RENAUD. Pleurs, crises et opposition chez les tout-petits… et si c’était de l’anxiété? Québec, Éditions Midi trente, 2018, 192 p.

Pour les enfants :

  • DESPUTEAUX, Hélène. Une mauvaise journée. Beloeil, desputeaux + aubin, coll. « Mella », 2008, 12 p. (dès 1 an)
  • JOHN, Jory et Benji DAVIES. Ça suffit, bonne nuit! Markham, Éditions Scholastic, 2015, 32 p. (dès 3 ans)
  • LALLEMAND, Orianne et Eléonore THUILLIER. Bonne nuit, p’tit Loup! Paris, Éditions Auzou, 2014, 32 p. (dès 3 ans)

À lire aussi