Les émotions: une clé des habiletés sociales

Les émotions: une clé des habiletés sociales
Si votre enfant a tendance à frapper ou à mordre quand il est contrarié, il est bon de reconnaître son émotion.

Votre enfant a aussi besoin de votre aide pour apprendre à reconnaître ses émotions et à les gérer. « Il est essentiel de nommer les émotions de votre enfant pour qu’il les reconnaisse et apprenne à les exprimer avec des mots », dit Claire Gascon Giard, présidente du Conseil d’administration du Centre de psychoéducation du Québec. Par exemple, vous pouvez lui dire : « Tu es fâché. Tu n’as pas aimé que je te dise d’arrêter de jouer pour prendre ton bain. Tu peux me le dire. »

Si votre enfant a tendance à frapper ou à mordre quand il est contrarié, il est bon de reconnaître son émotion. Vous pouvez y aller avec des mots comme : « Je comprends que tu sois fâché. Mais tu ne frappes pas. Tu le dis avec des mots. »

Vous gagnerez aussi à donner à votre tout-petit des moyens pour bien gérer ses émotions. Quand ses enfants sont contrariés ou excités, Yohann, le papa de Raphaël, de Léane et d’Éloïse, leur suggère de se calmer en respirant profondément. Il leur a montré à écarter doucement leurs mains en inspirant et à les rapprocher doucement en expirant. Et ça marche!

Stéphanie Deslauriers propose de questionner votre enfant sur les émotions des personnages des histoires que vous lui lisez pour lui donner des trucs. Demander par exemple : « Qu’a fait l’ourson pour se consoler? Et toi, qu’est-ce qui te fait du bien quand tu es triste? »

Il faut aussi se rappeler que vous êtes un modèle pour votre enfant. « Si vous êtes en colère, c’est une bonne idée de dire à voix haute que vous êtes fâché, que vous allez prendre de grandes respirations, écouter de la musique ou prendre un bain pour vous calmer », suggère France Capuano.

Plus votre enfant éprouve de la difficulté à comprendre ses émotions, plus il risque d’avoir du mal à les contrôler et d’avoir des problèmes dans ses relations avec les autres.

 

Garçons et filles : y a-t-il des différences?
En général, les filles sont plus habiles à exprimer verbalement leurs émotions que les garçons. Mais est-ce inné ou acquis? Les études démontrent que la plupart des différences psychologiques entre les filles et les garçons viennent de l’éducation et des attitudes sociales. « Les adultes ont une attitude différente envers les deux sexes, constate la psychoéducatrice Stéphanie Deslauriers. Par exemple, on parle davantage aux filles, ce qui favorise l’acquisition de leurs compétences verbales. Tandis qu’avec les garçons, la force physique est valorisée et l’agressivité physique est plus tolérée. » Les filles aussi sont agressives, mais autrement. Dès 4 ans, elles pratiquent davantage une agressivité indirecte (et verbale), comme parler dans le dos ou monter un groupe contre quelqu’un. Quant aux autres habiletés sociales, comme le partage, la coopération et l’empathie, il y aurait peu de différences entre les sexes, selon une étude de l’Université Laval.

 

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, janvier-février 2015
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Sylvain Coutu, professeur au département de psychoéducation et de psychologie, UQO

Crédit photo : Maxim Morin

Partager