Plaisir de jouer

Plaisir de jouer
Les jouets et les jeux les plus captivants et qui ont eu beaucoup de succès auprès des enfants des membres de l’équipe Naître et grandir!

À l’occasion de Noël, les membres de l’équipe de Naître et grandir partagent avec vous la musique, les livres et les jeux qui ont eu beaucoup de succès auprès de leurs enfants. Voici leurs coups de coeur avec, en prime, d’amusantes anecdotes et de touchants souvenirs.

Les jouets et les jeux les plus captivants

Chez Laëtitia Parriaux, le jeu d’enfilage Corda doudou, de Djeco, a toujours la cote! « Le jeu comprend quatre animaux en bois aux contours troués et quatre grands lacets de couleur, explique-t-elle. L’enfant doit enfiler un lacet dans les trous, un peu comme s’il faisait de la couture. » Cette activité a beaucoup aidé son fils Arthur, 4 ans, à développer sa motricité fine. « Il passait beaucoup de temps là-dessus, raconte-t-elle. Même ma fille Constance, qui a 7 ans, en fait de temps en temps. Ça exerce la patience et ça détend. Et moi aussi, parfois, j’en fais un! »

 À 3 ans, Édouard, le fils d’Alexandre Gosselin, avait une grande passion : embarquer sur son Big wheel Buzz Lightyear pour faire des courses avec son ami de la garderie. « Ils avaient chacun leur petit tricycle et ils se faisaient des trajets dehors. Édouard pédalait, mais il utilisait aussi ses pieds pour avancer et pour freiner. Il jouait tellement avec qu’il en trouait ses souliers! »

Steve Fontaine est content d’avoir découvert que le jeu Veritech, avec lequel il a beaucoup joué dans son enfance, existe encore. Le jeu consiste à reproduire, à l’aide de 12 tuiles de couleur, le dessin observé dans le livret qui accompagne le jeu. « C’est très utile pour se familiariser avec les formes et les couleurs. Un jeu qui permet aux enfants d’apprendre, c’est ce que j’aime donner. »

Ce sont des balles qui ont remporté beaucoup de succès chez Marilyne Dubois quand ses enfants étaient bébés. « J’avais mis dans un panier différentes sortes de balles : en tissu, en mousse, en plastique et trouées, des balles sensorielles avec des pics ou des billes à l’intérieur. Je m’assoyais par terre avec eux et on s’amusait à toucher les balles, à les faire rouler et à les lancer. Je faisais aussi rouler les balles sous leurs pieds et sur leur ventre pour les chatouiller. »

 Pas besoin de dépenser beaucoup pour amuser un enfant. Viviane, la fille de Geneviève Doray, a joué pendant des années avec un petit ensemble de légumes et de fruits en plastique. « On pouvait les couper en deux avec un couteau jouet et les assembler grâce à des velcros. Cela servait à la fois de jeu d’association, pour trouver l’autre moitié de chaque fruit et légume, et d’exercice de langage. On s’amusait à mélanger les moitiés de fruits (par exemple, un citron et une banane), pour en inventer de nouveaux et leur donner des noms, comme “cibanane” », se souvient Geneviève. Plus tard, Viviane a aussi utilisé cet ensemble pour jouer à la poupée et à l’épicerie. Au final, sa fille a joué avec cet ensemble de différentes façons pendant une dizaine d’années!


 « Mes filles ont eu des jouets variés, dit Pascale Roy, mais rien ne les amusait autant que les petites figurines d’animaux et de personnages quand venait l’heure du bain! » Pascale avait tout simplement regroupé dans un panier plusieurs figurines qui ne servaient plus dans différents jeux, par exemple des figurines de chevaux ou de princesses. « Je sortais le panier quand Élisabeth et Sarah prenaient leur bain et elles jouaient à inventer des aventures aux différents personnages. Il fallait les sortir du bain, parfois après une heure, la peau toute ratatinée! »

Sophie la girafe, un jouet classique qui existe depuis plus de 50 ans, a eu beaucoup de succès auprès de Mahé, la fille aînée de Prisca Simoes. « On avait reçu trois de ces girafes en caoutchouc en cadeau à sa naissance. On en mettait toujours une dans le sac à couches. Au début, elle les prenait pour les mâchouiller et les secouer, mais avec le temps elle les a intégrées dans ses jeux avec des personnages », se souvient Prisca. Encore aujourd’hui, elle y reste attachée. « Il faut dire que pour rire et pour différencier les trois girafes, on les avait nommées Monique, Ginette et Anne-Sophie! »

Jean-Philippe Gaudet a trouvé le jeu parfait pour partager sa passion pour les jeux de société avec ses fils : Mon premier Carcassonne, édité chez Schmidt. « C’est la version pour enfants du jeu Carcassonne auquel je joue beaucoup. Il s’agit d’un jeu de stratégie où il faut créer des labyrinthes avec des tuiles. » Le jeu est classé pour les 4 ans et plus, mais ses garçons ont été capables de commencer à jouer vers 3 ans. « Ils sont de bons adversaires et moi, je ne m’ennuie pas! »

 Chez Julie Fortier, c’est le jeu Choco, de Tactic, qui a initié ses enfants aux jeux de société. Le but est de trouver une cerise ou une arachide cachée sous un morceau de chocolat. Ce jeu permet d’exercer à la fois la mémoire et la concentration. « C’est un jeu simple, dit Julie. Les parties ne durent pas longtemps et il n’y a pas beaucoup de règles. Pour nous, c’était une belle activité calme à faire avec les enfants après le souper. »

Théodore, le fils d’Antoine Bergeron, a reçu à l’âge de 1 an un cadeau que les tout-petits adorent, mais que les parents aiment moins : un établi musical! « Le genre de jouet que les grands-parents offrent à leurs petits-enfants, mais qui est un peu bruyant. C’est un petit atelier en plastique, avec des boutons colorés et des outils, qui fait de la lumière et du bruit, décrit Antoine. Théodore aimait particulièrement frapper avec le marteau sur les clous pour faire jouer la musique. » L’établi est maintenant chez les parents d’Antoine. C’est au tour de ses neveux et de sa fille d’en profiter avec le même bonheur!

 

À retenir

  • Les enfants ne connaissent pas la valeur des cadeaux. D’ailleurs, les jouets simples et peu coûteux sont souvent ceux qui ont le plus de succès!
  • Les tout-petits aiment par-dessus tout passer du temps avec leur famille. Ils se souviendront sûrement plus longtemps des activités que vous avez faites ensemble que des cadeaux qu’ils ont reçus.
  • Si vous avez un petit budget, vous pouvez remplir un bas de Noël de quelques petites surprises emballées séparément. Cela fera durer le plaisir du déballage des cadeaux!

 

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, décembre 2016
Recherche et rédaction : Julie Leduc

 

Photos : Collections personnelles

Partager