Manifestations du stress chez l'enfant

Manifestations du stress chez l'enfant
Par exemple, un enfant qui devient subitement trop calme ou, au contraire, très excité, alors qu’il ne l’est pas habituellement. Vous êtes donc la personne la plus à même de savoir quand votre enfant est stressé.

Il n’existe pas de marqueurs précis du stress chez l’enfant. « Les manifestations du stress étant très différentes d’un enfant à l’autre, ce sont surtout les changements dans l’attitude de l’enfant qui permettent de détecter le stress », explique Pierrich Plusquellec. Par exemple, un enfant qui devient subitement trop calme ou, au contraire, très excité, alors qu’il ne l’est pas habituellement. Vous êtes donc la personne la plus à même de savoir quand votre enfant est stressé.

« Les attitudes qui découlent d’une mobilisation d’énergie excessive peuvent être des symptômes de stress. Cela peut se traduire par une plus grande activité, une opposition excessive ou des troubles du sommeil », explique le spécialiste.

Les troubles de l’appétit en font aussi partie. « Quand on est stressé, notre système digestif s’arrête. On n’aura donc pas faim du tout », précise-t-il. La difficulté de l’enfant d’entrer en contact avec les autres peut aussi être une manifestation du stress. Ainsi, les enfants qui restent à l’écart ou sont renfermés, même très jeunes, ont une plus grande propension à l’anxiété.

« Mon fils de 5 ans fait tourner une mèche de cheveux entre ses doigts (au point d’avoir eu trois fois des trous dans les cheveux), dans les moments où il est plus anxieux. Il a commencé vers 3 ans lorsque ses bons amis ont quitté le milieu de garde pour la maternelle. C’est aussi la période où ses soeurs jumelles sont nées et où il a fait sa rentrée en prématernelle. Son médecin m’a dit de ne pas m’inquiéter et m’a donné quelques trucs : au lieu de lui dire d’arrêter de faire tourner sa mèche, il est préférable que je lui demande de l’aide pour occuper ses mains. Je tente également de deviner ce qui peut le tracasser en jouant seule avec lui et je l’aide à dédramatiser avec un toutou. »
- Julie P., Varennes

Cependant, tous les enfants ne sont pas sensibles à chaque facteur de stress de la même façon. Un enfant peut être plus sensible à la nouveauté, l’autre à l’imprévisibilité, l’autre encore à la menace de l’égo ; tout cela pour une même situation stressante. Un déménagement, par exemple, ne sera pas du tout vécu de la même façon par différents enfants, même au sein d’une même famille.

Stress et eczéma
« Mes enfants font tous de l’eczéma, mais le plus vieux en fait lors de périodes de stress. À ma troisième grossesse, nous attendions des jumeaux. Malheureusement, l’un des bébés est décédé à 6 mois de gestation. Mon grand de 5 ans a donc vécu la grossesse et la perte de sa soeur avec nous. Lorsque son petit frère a dû être hospitalisé à 6 semaines, mon grand a fait une crise d’eczéma comme jamais auparavant. Nous ne comprenions pas pourquoi, jusqu’à ce qu’il nous demande si son frère allait mourir aussi... Nous lui avions dit que sa soeur était très malade et que c’était la cause de son décès. Il avait donc associé la maladie de son frère, quoique bénigne, à son décès potentiel. »
- Véronique F., Burton

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, septembre 2012
Recherche et rédaction : Marie Charbonniaud

Crédit photo : Patrice Durocher

Partager