Est-ce moi qui le stresse?

Est-ce moi qui le stresse?
si vous vivez une période stressante au travail et que vous revenez chaque soir de mauvaise humeur à la maison, que vous vous énervez rapidement et manquez de patience avec votre enfant, il est possible que vous lui transmettiez une partie de votre stress.

Il arrive que nous soyons, involontairement bien sûr, la source du stress de notre enfant. Pierrich Plusquellec suggère alors aux parents de s’interroger sur leur propre comportement. « Est-ce que votre enfant sent que vous êtes imprévisible? Si c’est le cas, il est facile d’y remédier, en lui annonçant les événements qui vont arriver, qu’il s’agisse de son bain dans 5 minutes ou d’un voyage en auto, et en respectant ses routines », indique le chercheur.

« Si votre enfant est stressé parce qu’il n’a aucun contrôle sur vous et sur sa vie, vous pouvez lui en donner un peu. Il pourrait choisir le menu une fois par semaine, choisir sa tenue, ou choisir une période de jeu avec vous, etc. Enfin, s’il sent que son égo est menacé, vous gagnerez à vous remettre en question et à donner à votre enfant des occasions d’augmenter son estime de soi. Dire que vous l’aimez, le valoriser, passer du temps de qualité avec lui, en font partie », poursuit-il.

Ainsi, si vous vivez une période stressante au travail et que vous revenez chaque soir de mauvaise humeur à la maison, que vous vous énervez rapidement et manquez de patience avec votre enfant, il est possible que vous lui transmettiez une partie de votre stress. En reconnaissant votre propre stress, vous serez mieux en mesure d’aider votre enfant à atténuer le sien, puisque vous saurez quels éléments du CINÉ sont en cause (contrôle faible, nouveauté, imprévisibilité, égo menacé).

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, septembre 2012
Recherche et rédaction : Marie Charbonniaud

Partager