Introduction

Introduction

Même si les relations entre frères et soeurs sont parfois explosives, elles sont aussi faites de tendresse et d’affection.

Des jeux aux cris et des disputes à la complicité, le quotidien d’une fratrie est rarement un long fleuve tranquille! Même si les relations entre frères et sœurs sont parfois explosives, elles sont aussi faites de tendresse et d’affection. Que faire pour éviter les rivalités et les jalousies afin que vos enfants développent une relation harmonieuse?

Plusieurs facteurs influencent les relations fraternelles, tels le tempérament des enfants, leur sexe, leur rang dans la fratrie et l’écart d’âge. « Le fait qu’un enfant réagisse vis-à-vis de son frère ou de sa soeur est normal et sain, affirme le Dr Michel Maziade, pédopsychiatre et directeur scientifique à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec. Il s’agit d’une étape essentielle dans la construction de son identité qui lui permet d’apprendre à partager le temps et l’affection de ses parents. » Les conflits entre frères et soeurs sont « des occasions d’acquérir des techniques de communication et de s’initier à la notion de compromis pour résoudre les problèmes », confirme la psychologue Nadia Gagnier. C’est un apprentissage qui leur sera très utile plus tard, spécialement en milieu de garde, puis à l’école.

L’harmonie entre frères et soeurs dépend aussi du climat familial.

« En même temps qu’il y a de la rivalité et des disputes, il y a souvent une immense tendresse entre frères et sœurs », ajoute Michèle Lambin, travailleuse sociale à Montréal. Une étude montre d’ailleurs que les enfants de 4 ans à 6 ans passent deux fois plus de temps ensemble qu’avec leurs parents et que seulement 30 % de leurs échanges sont de l’ordre de la rivalité, tandis que 70 % relèvent de l’attachement et de la complicité.

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, mars 2014
Recherche et rédaction : Rémi Maillard
Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice

Crédit photo : Maxim Morin

Partager