Oublier le bonheur d'être parent

Oublier le bonheur d'être parent
Vous avez peut-être, vous aussi, de la difficulté à profiter des bons moments avec votre enfant. Rien d’étonnant : le quotidien est souvent une course contre la montre qui laisse peu de place pour apprécier le bonheur d’être parent

« Quand je joue avec mes enfants, j’arrive rarement à décrocher, se désole Marie-Ève. Je regarde l’heure, je pense à tout ce que j’ai à faire.  » Comme elle, vous avez peut-être, vous aussi, de la difficulté à profiter des bons moments avec votre enfant. Rien d’étonnant : le quotidien est souvent une course contre la montre qui laisse peu de place pour apprécier le bonheur d’être parent.

Bonne nouvelle : vivre le moment présent n’exige pas plus de temps. C’est être attentif à ce qui se passe ici et maintenant et se concentrer sur ce qu’on fait, pas sur autre chose. D’accord, cela demande de la pratique. « Mais c’est bénéfique, car cela permet d’oublier pour un instant nos préoccupations et de renforcer le lien d’attachement avec notre enfant », souligne Geneviève Henry. C’est aussi une bonne attitude à adopter pour réduire le stress.

Se sentir compétent
  • Tous les spécialistes s’entendent, les enfants n’ont pas besoin d’un parent parfait, mais d’un parent adéquat. Un parent avec ses forces et ses faiblesses, donc. « Ce qui compte le plus, c’est l’amour, l’encadrement, la sécurité et la constance dans la discipline et dans les règles », soutient l’ergothérapeute et auteure Francine Ferland.
  • Dans son livre L’estime de soi des parents, le psychoéducateur et orthopédagogue Germain Duclos raconte l’histoire d’une mère qui ne s’attribuait aucune compétence parentale. Il lui a demandé : Votre enfant est-il bien nourri? Habillé convenablement? Lui manifestez-vous votre amour? Lui imposez-vous certaines limites? Lui consacrez-vous du temps? « Cette mère avait répondu positivement à chacune des questions, écrit-il. Elle venait de comprendre qu’elle était compétente en tant que parent sans toutefois être parfaite, comme c’est d’ailleurs le cas pour chacun de nous. »
  • C’est en vous faisant confiance, en vous fiant à votre intuition et en étant à l’écoute des besoins de votre enfant que vous développerez peu à peu votre sentiment de compétence parentale.
Voici ce qui pourrait vous aider à apprécier le moment présent :
  • Vous inspirer de votre enfant. « Quand ils font quelque chose, les tout-petits ne pensent pas à ce qui est arrivé hier ni à ce qu’ils feront demain, dit Francine Ferland, ergothérapeute et auteure. Pour eux, seul le moment présent compte et il monopolise toute leur attention. »
  • Chasser les pensées négatives. Une bonne habitude consiste à prendre conscience de l’objet de vos pensées et, si elles sont négatives, à vous recentrer sur le moment présent. Lorsqu’on a tendance à dramatiser et à s’inquiéter de tout, cela peut finir par nuire à notre santé psychologique.
  • Créer des petits rituels. « Des crêpes le dimanche matin, un pique-nique dans le salon le samedi soir, une histoire avant de dormir, pourquoi ne pas instaurer de petits rituels agréables à vivre en famille? », propose Nicolas Chevrier.

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, avril 2014
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Sylvain Coutu, professeur au département de psychoéducation et de psychologie, UQO

Partager