Personnalité en construction

Personnalité en construction
Le tempérament de votre tout-petit est présent dès sa naissance, mais son caractère et sa personnalité se développent avec le temps.
Le tempérament de votre tout-petit est présent dès sa naissance, mais son caractère et sa personnalité se développent avec le temps.

Le caractère se décrit généralement par la manière d’être et de se comporter. « Le caractère se forme à la fois à partir du tempérament de l’enfant et de ses expériences de vie, explique Ginette Dionne, professeure titulaire à l’École de psychologie de l’Université Laval. Le tempérament et le caractère forment un tout très rapidement. Il devient alors difficile de séparer ce qui est héréditaire et ce qui provient des expériences et des relations avec les autres. »

Par exemple, Loïc n’a que 10 mois et il est déjà blagueur. « Il fait semblant de me mordre le nez, car il sait que j’exagère ma réaction pour le faire rire, dit son père, Jean-Sébastien. Il aime s’amuser, tout comme sa mère et moi. » De son côté, Eugénie, 2 ans, est têtue comme sa mère Valérie et son grand-père. « Quand elle veut quelque chose, elle essaie de l’obtenir par tous les moyens », décrit Valérie. Des traits de famille ou un comportement appris? Sûrement un peu des deux!

L’influence du milieu

L’environnement dans lequel un enfant grandit joue un rôle important dans le développement de son caractère et de sa personnalité. Les jumeaux identiques en sont un bon exemple. Ceux-ci naissent avec un tempérament semblable puisqu’ils partagent le même bagage génétique. La plupart du temps, ils sont aussi élevés ensemble. Ils devraient donc avoir le même caractère. Pourtant, non. Chacun a le sien. Et c’est à cause de leurs différentes expériences de vie. « Même s’ils ne s’en rendent pas toujours compte, les parents agissent différemment avec chacun de leurs enfants, souligne Ginette Dionne. De plus, les jumeaux n’ont pas toujours les mêmes amis ni les mêmes professeurs. Ils ne font pas nécessairement les mêmes activités. Bref, ils vivent des choses différentes. C’est toute cette variété d’expériences vécues qui les amène peu à peu à construire leur propre personnalité. »

Et il n’y a pas que la famille et l’entourage immédiat qui forment le caractère et la personnalité d’un enfant. La société aussi. Par exemple, les stéréotypes sexuels peuvent encourager les filles et les garçons à se comporter selon les caractéristiques associées à leur sexe. Il est prouvé également que les stéréotypes déterminent une partie de l’attitude des parents envers leurs enfants. En fait, tout ce que votre enfant voit, entend et vit a une influence sur la construction de sa personnalité.

La personnalité se construit jusqu’au début de l’âge adulte.

Enfin, même si ce n’est pas toujours évident, mieux vaut éviter de donner à un enfant des caractéristiques négatives. Par exemple, éviter de dire : « Tu es tannant », « Tu es menteur » ou « Tu es difficile. » C’est comme lui coller une étiquette qui l’enferme dans un rôle précis. « À force d’entendre qu’il est comme ceci ou comme cela, l’enfant finit par le croire, dit Catherine Ruth Solomon Scherzer. Vous lui dites qu’il est tannant? Il sera tannant. »

LE RANG DE NAISSANCE A-T-IL UN IMPACT?

Contrairement à ce qu’on entend souvent, le rang d’un enfant dans la famille n’influence pas beaucoup sa personnalité. Les plus vieux de la famille ne sont pas tous responsables et organisés. Et les petits derniers ne sont pas tous des charmeurs qui n’aiment pas les responsabilités! Le rang de naissance est un des éléments impliqués dans le développement de la personnalité, mais son influence n’est pas très grande selon une récente étude américaine. Menée auprès de 377 000 jeunes, elle a révélé que les aînés sont légèrement plus sérieux, plus agréables, plus directifs et moins anxieux que les autres enfants de la famille. Mais ces différences sont si petites qu’elles n’ont pratiquement pas d’effet dans la vie des gens.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, novembre 2015
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Jean-Pascal Lemelin, professeur au département de psychoéducation de l’Université de Sherbrooke et Dr Bruno Maranda, médecin généticien au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Partager