Une semaine sans télé

Une semaine sans télé
Chez les Cloutier-St-Pierre, comme dans bien des maisons, la télévision reste souvent ouverte même si personne ne l’écoute vraiment.

Chez les Cloutier-St-Pierre, comme dans bien des maisons, la télévision reste souvent ouverte même si personne ne l’écoute vraiment. Que s’est-il passé lorsque la famille l’a fermée?

Stéphanie a été mise au repos durant sa grossesse en raison d’un risque d’accouchement prématuré. Pas évident pour cette maman qui a aussi des jumeaux de 2 ans. Elle a donc commencé à ouvrir le petit écran pour avoir un peu de répit. Après la naissance d’Élodie, maintenant âgée de 5 mois, elle a continué de laisser la télévision allumée une grande partie de la journée. « Je l’ouvrais après le petit-déjeuner et elle restait ouverte jusqu’au dîner. Bien sûr, les enfants ne restaient pas assis devant tout ce temps-là, nuance Stéphanie. Mais ils la réclamaient de plus en plus et je n’aimais pas ça. » Sa famille a donc fermé le téléviseur pendant une semaine.

Les jumeaux, Émeraude et Édouard, ont protesté, surtout au début. Ils profitaient des moments où Stéphanie allaitait ou effectuait des tâches ménagères pour se chicaner et faire des mauvais coups. « J’ai adopté différents trucs, note-t-elle. Quand je préparais le repas, par exemple, je sortais leurs aliments en plastique pour qu’ils “cuisinent” eux aussi. J’ai aussi repensé mon horaire pour faire certaines tâches ou me reposer pendant qu’ils faisaient la sieste. »

Se retrouver en famille

L’absence de télévision a eu des avantages pour la famille. « Quand les enfants demandaient leurs émissions, nous leur proposions un jeu ou une activité à l’extérieur, explique Patrick, leur papa. Nous avons passé plus de temps en famille. » Les parents ont aussi remarqué que les jumeaux se sont endormis beaucoup plus facilement lors des siestes.

Quand la télévision reste allumée, même si votre enfant ne la regarde pas, il est moins porté à parler et à jouer avec les autres.

De plus, le couple a eu l’impression que le langage de leur fille Émeraude, âgée de 2 ans, s’est amélioré. Un hasard? Peut-être pas. Des recherches ont conclu que les enfants exposés à la télévision ouverte en bruit de fond ont un langage moins développé que les autres. Ce phénomène s’expliquerait par le fait que les enfants et leurs parents se parlent moins quand la télé est ouverte. L’écran crée aussi une sorte de distraction qui nuirait au développement intellectuel des tout-petits parce que cela diminue les interactions avec leur entourage. Quand la télé est allumée, même s’ils ne l’écoutent pas, les enfants auraient moins envie de jouer avec d’autres.

Par ailleurs, garder la télévision ouverte durant les repas a aussi des effets négatifs. « Les enfants sont davantage intéressés par l’écran que par leur assiette », ont noté les parents. Et cette situation n’est pas souhaitable. « Devant un écran, on a tendance à ne pas écouter notre faim et on mange plus qu’on en a besoin, explique la nutritionniste Stéphanie Côté. De plus, cela empêche d’avoir des conversations autour de la table. » C’est pourquoi il est recommandé de fermer la télé et de prendre les repas en famille. Cela aide à resserrer les liens et favorise l’estime de soi.

De bonnes habitudes avec la télé

Ne jamais laisser votre enfant écouter la télé, c’est peut-être irréaliste pour vous. Mais vous gagnerez à limiter les heures d’écoute et à regarder les émissions avec lui pour en parler ensemble et enrichir son expérience. La Direction de la santé publique de Montréal recommande aussi de tenir votre enfant loin des émissions violentes. Quand elles sont visionnées tôt dans la vie, ces émissions peuvent nuire plus tard à l’attention, à la concentration et à la réussite scolaire de votre enfant.

Pas pour les enfants!
Il est préférable de garder les enfants loin des bulletins de nouvelles. Le contenu est souvent violent. « Les enfants sont préoccupés par les nouvelles où ils reconnaissent leur propre milieu, souligne André H. Caron. Si un enlèvement a lieu dans un parc, par exemple, ils s’inquiètent parce qu’eux-mêmes jouent dans un parc. » Si votre enfant est témoin d’un événement malheureux à la télévision, vous aurez avantage à en parler avec lui. Vous pouvez commencer par lui demander ce qu’il a compris. « Souvent, l’enfant s’imagine les choses différemment de la réalité, note-t-il. En parler permet d’expliquer les choses et de rassurer l’enfant. »

Il est aussi préférable de favoriser le contenu éducatif, comme le font Stéphanie et Patrick. « J’ai l’impression que les jumeaux apprennent des choses avec les émissions éducatives. Lorsqu’un personnage de la télévision leur demande de montrer une forme, ils le font, dit Stéphanie. Mais d’un autre côté, nous leur lisons des livres sur les formes. Ont-ils vraiment appris ça à la télé? » Des études ont confirmé que lire des livres aux enfants est plus instructif qu’une émission éducative. « Chez les enfants de 4 ans ou 5 ans, les émissions éducatives peuvent renforcer certains apprentissages, mais on ne peut pas s’y fier uniquement », précise André H. Caron, directeur du Groupe de recherche sur les jeunes et les médias. Votre tout-petit ne deviendra donc pas bilingue grâce à Dora l’exploratrice. Mais regarder cette émission peut l’aider s’il apprend l’anglais ailleurs dans sa vie. Linda Pagani, professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, rapporte une expérience intéressante qui démontre l’importance de l’interaction avec un adulte en chair et en os. « Dans un local, une personne enseignait le mandarin à des enfants. Dans une autre, les tout-petits regardaient la scène à la télévision. Résultat : le premier groupe a davantage appris que le second. Notre cerveau est fait pour apprendre au contact d’êtres humains », insiste-t-elle.

Le bilan de la semaine

Au terme de l’expérience, la famille Cloutier-St-Pierre a décidé de changer ses habitudes d’utilisation de la télé. « Quand j’allaite, je ne peux pas réagir rapidement, car la petite régurgite au moindre mouvement brusque, explique Stéphanie. La télévision m’aide à garder les jumeaux calmes à côté de moi. » Mais le reste du temps, ils ne l’écouteront plus. Une bonne résolution, selon plusieurs spécialistes. Car la majorité du temps, les enfants doivent être occupés à autre chose qu’à regarder la télévision. Ils doivent pouvoir s’amuser avec leurs jouets, bouger, bricoler, dessiner, jouer avec des amis… et même s’ennuyer.

 

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, avril 2015
Recherche et rédaction : Nathalie Côté
Révision scientifique : Jacques Brodeur, directeur d’Édupax

 Crédit photo : Maxim Morin

Partager