Introduction

Introduction
La première année est celle où le développement de l’enfant est le plus rapide sur tous les plans. Jamais, dans sa vie, l’humain ne connaît autant de changements.

La première année est celle où le développement de l’enfant est le plus rapide sur tous les plans. Jamais, dans sa vie, l’humain ne connaît autant de changements.

Dans l’atelier d’éveil « Petit Explorateur », au Centre périnatal le Berceau à Beloeil, les mamans n’en reviennent tout simplement pas des bonds de géant que font leurs bébés, tous âgés de 3 mois à 8 mois.

« On couche son bébé le soir et, le lendemain matin, on constate qu’il se tient debout aux barreaux du lit, avec un grand sourire, nous faisant ainsi réaliser qu’il faut abaisser le matelas! », commente Ève Toutant, maman de Ian, 8 mois.

Gonfler ses poumons pour la première fois demande au nouveau-né une respiration de 10 à 15 fois supérieure à une respiration normale. Elle est assez puissante pour expulser tout le liquide vers le sang et déplisser les milliers d’alvéoles qui tapissent la paroi des poumons.

Même chose pour Stéphanie, sa voisine d’atelier, maman d’une petite Raphaële de 6 mois. « La nouveauté de ces derniers jours, c’est qu’elle se met à quatre pattes. Mais ensuite, plus rien. On dirait qu’elle ne sait pas encore à quoi cette position va lui servir! En attendant, elle rampe, surtout à reculons », explique la maman de Beloeil.

L’animatrice, Linda Lortie, ne se lasse pas d’assister à tous ces changements. Une matinée par semaine, un mois durant, elle propose aux parents et à leurs bébés des jeux de motricité, des activités de découvertes sensorielles, des comptines... « C’est beau d’assister à leur évolution d’une semaine à l’autre, à leur socialisation, de voir leur façon de se déplacer qui change », remarque-t-elle.

  • L’estomac du nouveau-né est minuscule : sa capacité est d’environ 30 ml à 35 ml. Elle double la première semaine avec la montée de lait et, dès la fin du premier mois, elle a déjà triplé.
  • La tête du nouveau-né est lourde et longue (elle représente ¼ de sa taille, contre un ⅛ chez l’adulte). Elle abrite en effet un cerveau énorme : à la naissance, il fait 10 % de son poids total, et à 12 mois, il sera 2 fois ½ plus grand. Le nouveau-né brûle même 80 % de ses calories pour alimenter son cerveau! Pas étonnant qu’il ait un rapport si urgent à la nourriture.
 

« Du début de la grossesse jusqu’à 1 an, tous les éléments se mettent en place : sur le plan moteur, cognitif, prélangagier, social et affectif », explique l’ergothérapeute Patrick Major. Au cours de cette magnifique épopée, rien n’arrive au hasard. Les morceaux du casse-tête se mettent en place l’un après l’autre. « L’enfant ne pourra pas pleinement franchir une étape tant que celle d’avant n’est pas complètement consolidée », ajoute Patrick Major.

Cela n’empêche pas chaque enfant de cheminer à sa façon, à l’intérieur de certaines étapes-clés. « Plus qu’un avancement par plateau, le développement est une sorte de spirale », ajoute l’ergothérapeute. Ainsi, si les grandes étapes-clés (comme s’asseoir, se tenir debout, marcher) ont besoin d’être totalement consolidées pour laisser place au développement d’une nouvelle habileté plus avancée, cela n’empêche pas l’enfant de continuer à se servir de ses premiers acquis (par exemple, continuer à marcher à quatre pattes même en sachant marcher). Certains enfants sautent aussi certaines étapes, comme ramper ou avancer à quatre pattes. « Il se peut qu’ils prennent plaisir à consolider ces habiletés plus tard, en faisant des courses à quatre pattes vers 18 mois! », ajoute Patrick Major.

Au cours des 9 mois passés dans le ventre de maman, votre bébé voit son poids multiplié par 3 milliards!

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, avril 2012
Recherche et rédaction : Marie Charbonniaud

Partager