5 questions sur les routines

5 questions sur les routines

1. C’est difficile de démarrer la routine du soir. Comment aider mon enfant?

Quand un enfant doit arrêter une activité qu’il aime pour se préparer à aller dormir, c’est normal qu’il soit frustré et qu’il résiste. « La clé pour que ça se passe mieux, c’est souvent de le prévenir quelques minutes à l’avance », indique Sarah Barbeau, psychoéducatrice. Pour cela, il vaut mieux utiliser un sablier ou une minuterie, pour rendre le temps plus concret pour votre tout-petit.

Pour que votre enfant collabore, vous pouvez aussi:

  • Lui offrir des choix simples. Par exemple: « Quel jouet veux-tu apporter dans ton bain? », « J’éteins la musique ou c’est toi qui l’éteins? », « Je choisis l’histoire ou c’est toi qui choisis? »
  • Afficher des images de chaque étape de sa routine. Cela peut aider votre enfant à se responsabiliser. En les voyant, il sait ce qu’il doit faire sans que vous ayez à lui répéter.
  • Rendre la routine amusante. C’est ce que fait Caroline quand sa fille Lélia, 3 ans, ne veut pas prendre son bain. « J’utilise une poupée et je la fais parler comme si elle l’invitait à jouer dans l’eau. »

D’autres idées: sauter comme un kangourou pour aller à la salle de bain, ranger les jouets en chantant, disposer le pyjama de votre tout-petit par terre en formant un bonhomme, etc.

2. Les routines peuvent-elles empêcher mon enfant de s’adapter aux imprévus?

La plupart des enfants aiment les routines parce qu’elles les sécurisent.

Il ne faut pas trop s’inquiéter à ce sujet, selon Nicole Malenfant, enseignante en éducation à l’enfance au Cégep Édouard-Montpetit. Oui, les routines apportent une stabilité dans le quotidien d’un enfant, mais il est normal qu’il y ait parfois des imprévus. Par exemple: un parent revient plus tard de travailler et l’étape du bain saute. Ou encore, l’enfant arrive à la garderie un matin et son éducatrice est remplacée pour la journée, car elle est malade. Même si ça peut être déstabilisant au début, la plupart des tout-petits apprennent naturellement à s’adapter à ces imprévus.

Les fins de semaine peuvent d’ailleurs être utiles pour habituer un enfant aux changements. « C’est plus relaxe la fin de semaine, dit Patrick, le papa de David-Michaël, 5 ans. Mon fils se couche et se lève plus tard. Rien ne presse. Notre seule routine, c’est d’aller voir les grands jouer au hockey à l’aréna près de chez nous! » De son côté, Justine, 5 ans, a le droit de regarder la télévision les matins de fins de semaine. Jamais la semaine. « Et ça ne la déstabilise pas, assure sa maman, Stéphanie. Elle comprend que les choses ne sont pas toujours pareilles. »

3. Mon enfant aime trop la routine. Est-ce inquiétant?

 Certains tout-petits ont un tempérament plus anxieux et réagissent fortement dès que leur routine change un peu. « Quand c’est possible, préparez votre enfant aux changements en lui en parlant à l’avance, conseille la psychologue Nathalie Parent. Sans dramatiser les choses, vous pouvez lui dire que vous savez qu’il n’est pas content ou qu’il est inquiet. Reconnaître les émotions de votre enfant peut l’apaiser, car il se sent alors compris. »

Pour aider votre enfant à s’habituer au changement, vous pouvez sauter une étape de sa routine à l’occasion ou en inverser l’ordre. « Une bonne façon de lui donner envie d’embarquer, c’est d’en faire un jeu, dit la psychoéducatrice Sarah Barbeau. Par exemple, le vendredi, vous pouvez mettre dans un sac des images des étapes de sa routine du soir et lui en faire piger une. Ce sera par celle-là que la routine commencera ce soir-là. C’est amusant et ça permet de rendre la routine plus souple. »

Si cependant votre enfant est tellement attaché à sa routine qu’il a des problèmes de sommeil quand sa routine change et qu’il ne fonctionne pas normalement (ex.: il se désorganise, fait des crises, a moins d’appétit), il est recommandé de consulter.

4. Comment revenir à la routine après des vacances?

Ça fait du bien de décrocher de la routine… mais le retour à la normale est parfois difficile! Quand la routine reprend, un enfant peut réagir fortement. Il peut s’opposer aux règles, avoir de la difficulté à s’endormir, être plus irritable et même régresser sur certains aspects de son développement (ex.: il recommence à faire pipi au lit).

« Pour rendre le retour plus facile, vous pouvez essayer de garder un certain équilibre pendant le congé, propose Nathalie Parent. Par exemple, vous pouvez mettre votre enfant au lit un peu plus tard que d’habitude sans cependant le coucher trop tard. » Vous pouvez aussi maintenir une partie de la routine. Votre enfant verra que certaines choses ne changent pas et vous n’aurez pas à tout recommencer après le congé.

Une autre stratégie efficace pour reprendre la routine en douceur, c’est de s’y prendre quelques jours avant la fin des vacances. Par exemple, commencez petit à petit à coucher votre enfant plus tôt le soir et à le réveiller plus tôt le matin; recommencez à lui faire prendre son bain et à mettre son pyjama à l’heure habituelle; préparez ses vêtements la veille, etc. « C’est bien aussi de le prévenir qu’il retournera bientôt à la garderie ou à l’école et de parler avec lui du déroulement de ses journées après les vacances », ajoute la psychologue.

5. Est-ce que mon ex et moi devons avoir les mêmes routines?

« Les routines chez des parents séparés ne peuvent pas être identiques, mais elles doivent idéalement se ressembler, estime Nicole Malenfant. C’est important, en particulier, avant 4 ans, car les jeunes enfants ont un grand besoin de stabilité et de points de repère. Plus leur environnement est prévisible, plus ils se sentent en sécurité. » Vous gagnerez donc à trouver un terrain d’entente avec votre ex-partenaire sur la question des routines.

 

Photos: Maxim Morin

 

Naitre et grandir.com

Source: magazine Naître et grandir, octobre 2018
Recherche et rédaction: Nathalie Vallerand
Révision scientifique: Solène Bourque, psychoéducatrice