Mots doux

Mots doux
Les premiers mots d’un enfant font toujours le bonheur des parents… surtout quand il s’agit de « maman » et de « papa »!

Les premiers mots d’un enfant font toujours le bonheur des parents… surtout quand il s’agit de « maman » et de « papa »!

Quelle joie pour Nadège, la maman de Médérik, 22 mois, et de Dérek, 6 mois, d’entendre son plus grand lui dire « maman ». « J’étais contente que ce soit son premier mot parce que j’étais tout le temps avec lui, dit-elle. Mais “papa” a été son deuxième mot! » Avant de dire « maman », Médérik, comme tous les enfants, s’est beaucoup pratiqué. « Autour de 3 mois ou 4 mois, le bébé se met à gazouiller, explique Christine L’Heureux, orthophoniste. Il peut alors dire des voyelles simples comme AAAAAA avec intonation ou pousser des cris parce qu’il découvre sa voix. Autour de 6 mois, le bébé commence à répéter des séries de syllabes comme papapa, mamama, dadada. »

La production de mots arrive quand votre enfant associe le son qu’il fait et le sens du mot. « Cela survient généralement vers l’âge de 1 an », indique l’orthophoniste.

Les premiers mots

Comme les parents disent souvent « maman » et « papa » et que ces mots sont faciles à dire, ce sont souvent les premiers mots de l’enfant. Ces premiers mots servent à nommer des objets utiles ou des personnes importantes pour l’enfant.

Le saviez-vous?
En général, les garçons utilisent plus vite que les filles les mots auto, vroum, tracteur alors que les filles utilisent plus tôt des mots comme doux, beau, aimer, cadeau. Cette variance s’expliquerait entre autres par l’attitude différente des parents envers les deux sexes et par l’intérêt des enfants.

« Il les dit parce qu’ils amènent une réponse ou une réaction, dit l’orthophoniste. L’enfant va aussi dire des mots qu’il entend souvent. » Ainsi les mots lait, allo, bébé, bye, dodo, bain, doudou, toutou, coucou font souvent partie des premiers mots. L’intérêt de votre enfant pour des objets ou des activités va aussi influencer ses premiers mots. Nadège se souvient, par exemple, que Médérik a vite prononcé le mot « musique ». « Je mettais souvent de la musique pour danser avec lui », raconte-t-elle.

Plus votre tout-petit entend des mots, plus il peut en comprendre et en dire. De 18 mois à 24 mois, il commence à dire de petites phrases en associant deux mots ensemble. À presque 2 ans, Médérik sait bien se faire comprendre. « Il fait de belles phrases, dit Nadège. Par exemple, il dit : “Je veux du lait” ou “Je veux un livre.” Autour de lui, ça parle beaucoup, les deux grands garçons de mon conjoint jouent souvent avec lui. Ça l’encourage à parler. »

Pourquoi certains parlent plus tôt que d’autres?
« Les enfants apprennent à parler à leur rythme, rappelle Christine L’Heureux. Mais les stimulations de l’entourage et les intérêts d’un tout-petit peuvent avoir une influence. Un enfant qui a un parent qui parle beaucoup et qui nomme souvent les choses pourrait parler plus rapidement. D’autres enfants sont tellement intéressés et occupés à développer leurs habiletés motrices qu’ils parlent plus tard. Habituellement, vers 3 ans, les compétences se rejoignent. »

 

Naître et grandir

Source : magazine Naître et grandir, janvier-février 2018
Recherche et rédaction : Julie Leduc
Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice

 

Photo : Maxim Morin

Partager