Viens jouer avec moi!

Viens jouer avec moi!
Lorsque vous vous amusez avec votre enfant, vous passez du bon temps ensemble en plus de renforcer le lien qui vous unit.

Lorsque vous vous amusez avec votre enfant, vous passez du bon temps ensemble en plus de renforcer le lien qui vous unit. Mais ça ne veut pas dire que vous devez dire oui chaque fois qu’il vous demande de jouer avec lui.

Entre le travail, les repas et les tâches domestiques, les journées ressemblent souvent à une course contre la montre. Mais prendre le temps de s’arrêter quelques minutes pour jouer avec son tout-petit, c’est bon à la fois pour lui et pour le parent! « C’est un moment où ils ont des échanges agréables et se découvrent dans le plaisir, ce qui solidifie leur relation, souligne l’ergothérapeute Josiane Caron Santha. De plus, quand le parent arrive à mettre de côté ses préoccupations et qu’il entre dans l’univers de son enfant, il peut enfin profiter du moment présent. » Sans compter que l’humour et le rire diminuent le stress!

« J’aime jouer avec mes enfants parce que c’est un moment agréable, confirme Stéphane Richard, papa de Loïc, 2 ans, et de Jasmine, 4 mois. Par exemple, mon fils et moi avons beaucoup de plaisir à jouer à cache-cache, aux petites voitures et à faire flotter des bateaux dans le bain. C’est important pour moi de prendre du temps pour jouer avec eux, car je ne les vois pas tant que cela dans une journée. »

DU TEMPS POUR JOUER
Le jeu devrait occuper une grande partie de la journée de votre enfant. Soyez sans crainte, il ne joue jamais trop ! Toutefois, entre les repas, le sommeil, les déplacements et les soins quotidiens, il lui reste parfois peu de temps pour jouer. En fait, cette activité occupe en moyenne 20 % du temps des jeunes enfants. Comme le jeu permet à votre tout-petit de faire de nombreux apprentissages, il est bon d’éviter d’organiser chaque minute de son horaire pour lui laisser un maximum de temps pour jouer.

Qui mène le jeu?

Quand vous jouez avec votre enfant, il faut le laisser diriger le jeu. À lui de décider quelles aventures vivront les animaux de la ferme ou ce que vous construirez ensemble avec les blocs. Vous lui permettez ainsi de gagner de la confiance et de développer son autonomie et sa créativité.

Par ailleurs, s’il rencontre une difficulté en jouant, il vaut mieux ne pas la résoudre à sa place. « L’idéal est de lui poser des questions pour l’encourager à raisonner et à trouver lui-même la solution », indique Rolande Filion. Demander par exemple : « Y aurait-il une autre façon de faire entrer le triangle dans cet espace? Penses-tu que le bonhomme est assez petit pour s’asseoir dans le camion? » C’est ce que fait Jean-Éric Barabé avec son fils Gaël, 4 ans. « Je l’encourage à essayer encore quand il n’y arrive pas du premier coup et je lui donne des pistes sans toutefois lui fournir la réponse. »

Je ne sais pas quoi faire!

« Maman, regarde-moi! » « Papa, viens jouer avec moi! » Derrière ces phrases, il y a un enfant qui veut de l’attention. En jouant régulièrement avec votre enfant, ne serait-ce que 15 minutes par jour, vous allez au-devant de son besoin d’attention. Il aura alors moins tendance à vous demander constamment de jouer avec lui.

Il n’est pas toujours nécessaire de faire rouler des petites voitures sur le plancher pour jouer avec votre enfant. Parfois, vous pouvez vous amuser avec lui tout en faisant certaines de vos tâches. Par exemple, Valérie Dionne prépare le souper ou plie du linge tout en donnant la réplique à son fils qui joue au superhéros. Pour sa part, Véronique Viau, maman de Jessy, 17 mois, le laisse arroser les plantes quand elle s’occupe du jardin et elle sort sa vadrouille jouet quand elle passe le balai. Intégrer le jeu dans les tâches, c’est une autre façon de jouer et de passer du bon temps avec votre tout-petit.

Lorsque votre enfant vous demande de jouer avec lui, il veut avant tout que vous lui donniez de l’attention.

Oui, c’est bénéfique de jouer avec votre enfant, mais à partir de 2 ans, il faut aussi le laisser jouer librement, seul ou avec d’autres enfants. « Dans la vie de tous les jours, les adultes disent toujours aux enfants quoi faire, dit Katherine Frohlich, professeure au Département de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal, qui a mené une étude sur le jeu libre. Il me semble important de leur donner un peu plus de liberté dans le jeu. » En jouant librement, votre enfant décide à quoi il veut jouer et comment il veut jouer, sans avoir à suivre les règles d’un adulte ou d’un jeu structuré. Cela stimule sa créativité et sa capacité à résoudre des problèmes. « C’est aussi l’occasion pour votre enfant de faire ce qu’il aime vraiment et de plonger dans son propre univers », conclut Josiane Caron Santha.

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, décembre 2015
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Sarah Landry, professeure au département de psychopédagogie et d’andragogie de l’Université de Montréal

*En haut : Jessy et Véronique Viau, Sainte-Agathe-des-Monts. | Photo : Maxim Morin

Partager