Le goût

Le goût
Il découvre vite les saveurs (sucré, salé, acide, amer et umami) et il a une nette préférence pour le sucré.

Vers la 13e semaine de grossesse, le foetus est capable de reconnaître certaines saveurs grâce au liquide amniotique et perçoit toute la variété de l’alimentation de maman. Il découvre vite les saveurs (sucré, salé, acide, amer et umami) et il a une nette préférence pour le sucré. Dès sa naissance, il pourra montrer des signes de plaisir ou de dégoût. Si le lait maternel a une saveur différente de celle à laquelle il est habitué, par exemple, il pourra grimacer ou même le recracher.

Comment l’accompagner?

Manger le plus varié possible durant votre grossesse. Vous maximiserez ainsi les chances que votre enfant aime une grande variété d’aliments. En effet, les bébés s’adaptent à la diète maternelle. Cela explique pourquoi les bébés indiens ou mexicains, par exemple, sont capables de manger des plats épicés à un très jeune âge. (Dès la grossesse.).


Il est important de familiariser l’enfant à une gamme étendue de saveurs dès le 6e mois. Les préférences alimentaires installées vers 2 ans à 3 ans se retrouvent en grande partie maintenues jusqu’à 20 ans

Lui offrir des jouets qu’il pourra mordiller. Sa bouche est l’endroit le plus sensible et c’est par la bouche qu’il va d’abord découvrir tous les objets qui l’entourent. (De 4 mois à 6 mois.)

Pour rehausser la saveur des légumes sans les dénaturer, vous pouvez faire découvrir à votre enfant des aromates doux (ex. : origan, coriandre, thym, cumin…). Profitez-en : jusqu’à 18 mois environ, l’enfant accepte assez facilement de goûter à tous les aliments qu’on lui propose! (Dès 9 mois.)

Faire goûter à vos plus grands des aliments en leur demandant de fermer les yeux. Ils devront deviner ce que c’est! Vous pouvez aussi les questionner : pourquoi aiment-ils plus la banane que la pomme, les crudités plus que les légumes cuits, etc. (Dès 2 ou 3 ans)

Il ne veut même pas goûter!
Vers 2 ans, lorsqu’ils entrent dans leur phase d’affirmation de soi, certains enfants commencent à refuser de goûter à de nouveaux aliments. Cette opposition atteint un pic vers 3 ou 4 ans. Des études ont démontré que si une partie d’un objet change, l’objet paraît totalement nouveau pour l’enfant. Par exemple, si vous saupoudrez un peu de persil sur ses pommes de terre, il pense que vous lui servez autre chose. Il se montre alors méfiant ou déstabilisé. Vous gagnerez à ne pas le forcer à manger, mais à lui présenter de nouveaux aliments régulièrement. Cela peut prendre jusqu’à 15 expositions à un nouvel aliment avant que votre enfant finisse par l’apprécier.
Il est courant aussi qu’un enfant mange certains aliments au milieu de garde qu’il refuse de manger à la maison. Cela s’explique en partie par l’effet de groupe, le repas pris en commun, mais aussi par le fait qu’il n’est pas en opposition avec ses parents.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, juillet-août 2012
Recherche et rédaction : Marie Charbonniaud

Partager