Prendre confiance

Prendre confiance
Même s’il est rassurant de penser aux autres papas qui sont déjà passés par là, prendre sa place n’est pas toujours évident.

Même s’il est rassurant de penser aux autres papas qui sont déjà passés par là, prendre sa place n’est pas toujours évident. Je l’ai moi-même cherchée longtemps avant de réaliser que c’est en me faisant confiance que je la trouverais!

Je décide donc de partir à la source : mon père. Un papa qui, avec ses 48 ans d’expérience de paternité, a sûrement quelque chose à dire! Né en 1942, cet ingénieur de carrière a-t-il choisi la paternité comme on la choisit aujourd’hui?

Quand je lui demande s’il était nerveux avant d’avoir un enfant et si la paternité l’inquiétait, il me dit simplement : « L’idée de la paternité a toujours été là. Avoir une famille et des enfants, c’est pour ça qu’on se préparait, qu’on étudiait dans la vie. Il n’y avait pas d’alternative à ce projet. Faire des études devenait le moyen de soutenir la famille financièrement. C’était la base. » Et quelle est la phrase qui résumerait le mieux sa paternité? « Les gens comptent sur toi… Ne les déçois pas! On est dans les années 60! »

Les papas d’aujourd’hui, différents de ceux d’hier?
62 % des papas affirment qu’ils ne sont pas le même genre de papa que leur père était.
Aussi, près des trois quarts (72 %) des papas se disent plus présents auprès de leur enfant que l’était leur propre père.

Mon père m’avoue qu’il n’avait pas de grands doutes sur ses capacités, mais qu’il se posait quand même quelques questions sur la façon de faire quand on devient papa. Toutefois, à ce moment-là, il y avait peu de place pour de grands questionnements existentiels!

Je l’écoute me parler et je me dis… plus ça change, plus c’est pareil. Quand on a un bébé, on est tellement occupé qu’on n’a pas vraiment le temps de se questionner. Finalement, c’est peut-être une bonne chose de ne pas avoir le temps de s’en faire.

Dave, lui, travaille comme journalier dans l’industrie du papier. Il a 27 ans et son premier garçon, Malik, a 4 mois. Après une fausse couche où la maman a failli laisser sa santé, le petit Malik est arrivé avec un grand « ouf! » de soulagement.

Le développement des enfants, un rôle réservé à la maman?
Pas du tout! 99 % des répondants s’entendent pour dire que le père joue un rôle essentiel dans le développement de l’enfant.

Après avoir parlé à mon père, je constate que d’après ce que Dave me laisse entrevoir, les choses ne sont pas si différentes aujourd’hui quant à la confiance. « Même si j’ai toujours voulu être papa, ce rêve est devenu plus concret lorsque j’ai rencontré la bonne personne. Je me mettais quand même une certaine pression. Je me demandais si je serais à la hauteur, si on ne manquerait de rien. Je me suis rassuré en me disant que je n’étais pas le premier à passer par là. Oui, j’étais un peu nerveux, mais je n’ai jamais perdu le sommeil pour cela! », raconte-t-il.

Contents, les papas?


La majorité des papas se disent satisfaits ou très satisfaits à l’égard de leur rôle en tant que père et à l’égard de la qualité de la relation qu’ils ont avec leur enfant

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, juin 2014
Recherche et rédaction : Martin Larocque

Crédit photo : Archives familiales de Martin Larocque

Partager