ABCDE

ABCDE

Profiter des vacances n’a pas besoin de coûter cher. « C’est avant tout un état d’esprit, une question de rythme », résume Manon Lavoie, coach certifiée en créativité et maman de trois jeunes enfants.

Profiter des vacances n’a pas besoin de coûter cher. « C’est avant tout un état d’esprit, une question de rythme », résume Manon Lavoie, coach certifiée en créativité et maman de trois jeunes enfants.

Cependant, il a été prouvé que l’on se divertit et que l’on « décroche » davantage en sortant de notre environnement quotidien, que l’on soit un adulte ou un enfant. « Même si on ne part pas loin, changer d’air est très stimulant et les souvenirs s’ancrent davantage », rappelle Nicole Malenfant, professeure en éducation à l’enfance au Collège Édouard-Montpetit. Alors, si cela vous est possible, partir pour une semaine, une fin de semaine ou même une journée, ça fait du bien!

« Le coût des vacances n’a pas d’importance pour les enfants. Ces derniers se sentent en vacances dès qu’ils ne vont plus à la garderie ou au camp de jour. Il leur suffit de se sentir plus libres, de manger dehors, d’oser des activités à des heures différentes... » , explique Manon Lavoie.


La plupart des municipalités mettent à notre disposition des bibliothèques qui regorgent de trésors gratuits pour l’été : livres, films et documentaires, CD-Rom, activités comme les lectures de contes. C’est l’endroit idéal pour occuper les enfants lors des journées pluvieuses.


Camper en famille est propice à l’exploration de la nature, au jeu libre, au changement de routine (manger dehors, faire un feu de camp, dormir à la belle étoile), au rapprochement familial et à l’activité physique. Que demander de plus? Certains campings permettent aussi que l’on profite de leurs installations simplement pour la journée (plages, structures de jeu).

Le camping fait partie de la vie de mes enfants depuis qu’ils sont tout petits. Les fins de semaine d’été, nous nous promenons d’un camping à l’autre, faisant ainsi le tour de notre région. C’est notre moment de relaxation. Les enfants font du vélo, jouent au parc, se baignent, se font des amis. La soirée finit autour d’un feu. Lorsque les vacances arrivent, nous choisissons un camping familial et sortons de notre région.

Valérie T., maman de deux garçons de 3 ans et 5 ans, Alma


Je ne suis pas une adepte du "vrai" camping, mais j’ai testé le camping dans la cour. On dort mal, mais c’est inoubliable! Nous nous réunissons autour d’un petit feu de camp en regardant la nuit tomber. Nous mangeons des guimauves grillées, puis nous nous berçons dans le hamac. Cela fait partie de nos beaux moments ensemble

Manon Lavoie, maman d’Olivia, 3 ans, Gabriel, 6 ans, et Antoni, 8 ans, Mont-Saint-Hilaire


Dessiner dans le sable avec des branches, sur le trottoir à l’aide de grosses craies, ou encore sur le patio avec de l’eau claire… quoi de plus simple et relaxant?

Les vacances sont la période idéale pour privilégier le dessin libre, note Nicole Malenfant, qui conseille de laisser aller son imagination en utilisant toutes sortes de matériaux.

Le dessin permet de développer le sens artistique de votre enfant et d’affirmer sa personnalité. C’est aussi la voie vers l’écriture.

Manon Lavoie suggère quant à elle un projet simple et peu coûteux. « Dans les boutiques de matériel d’artiste, on trouve de la toile d’artiste, vendue au rouleau. C’est peu coûteux et il est possible de s’en faire découper un petit morceau, comme du tissu. Chacun s’installe ensuite dehors, par terre, avec son morceau de toile et de la peinture acrylique (achetée au magasin à 1 dollar). Puis on s’amuse! On explore en peignant avec des pinceaux, des roches, nos mains, du gazon, un petit tracteur qui laisse des traces... Enfin, on expose les toiles de chacun. On peut aussi faire une banderole, tendue entre deux arbres, représentant un mot géant ou plusieurs dessins », explique-t-elle.


Les joies de l’eau, l’été, sont infinies! Dans le jardin ou dans la baignoire vide, disposer une bassine d’eau mousseuse dans laquelle vous aurez plongé différents objets : cubes, petits arrosoirs, jouets, gobelets, balles. Votre enfant pourra remplir et vider des récipients, patauger à sa guise…

Lui proposer de laver toutes sortes de choses avec une éponge ou un linge : sa dînette, ses jouets en plastique ou les vêtements de sa poupée. Muni de petites chaudières d’eau, votre enfant sera ravi de refaire une beauté à la cour, au trottoir ou à une clôture…

Ces activités, en plus de l’amuser, stimulent sa motricité fine (ex. : insérer l’éponge dans les petits recoins des jouets) et améliorent la coordination de ses mains (tenir le jouet d’une main, l’essuyer de l’autre).

Vous pouvez aussi vous amuser à vous arroser avec des bouteilles à vaporiser ou le jet de l’arrosoir. Ou à sauter dans les flaques d’eau après l’ondée.

Enfin, il est important de penser à l’eau pour s’hydrater! Nicole Malenfant a une façon de la rendre attrayante : « Proposer à votre enfant un grand verre d’eau agrémenté d’une jolie paille, avec des glaçons faits de jus de fruits pur. Ça change et c’est très désaltérant. »

Nous aimons beaucoup observer la pluie tomber, les éclairs fendre le ciel et le tonnerre gronder, quand un orage fait rage. À l’abri, assis confortablement chez nous, devant une porte ouverte, nous mangeons notre collation et profitons de l’occasion pour apprendre aux enfants les petits phénomènes observables associés aux orages…

Isabelle Maltais-Ouellet, maman de Samuel, 2 ans, Antoine, 4 ans, et Rosie, 6 ans, Belœil

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, juin 2012
Recherche et rédaction : Marie Charbonniaud

Crédit photo : A- Josée Bergeron, D- Manon Lavoie, E- Jean-Philippe Gaudet

Partager