Langage, développement social et apprentissage

Langage, développement social et apprentissage
Le langage, ce n’est pas seulement aligner des mots. C’est surtout le désir de communiquer.

« Le langage, ce n’est pas seulement aligner des mots. C’est surtout le désir de communiquer », souligne Isabelle Meilleur, orthophoniste au Centre de réadaptation en déficience physique Le Bouclier. Son évolution affectera donc plusieurs aspects de la vie de votre enfant. Un tout-petit qui maîtrise bien le langage se fait comprendre plus facilement. Cela lui permet d’intervenir autant qu’il veut dans une conversation et de changer de sujet lorsqu’il le souhaite. Le langage permet aussi à votre enfant de mettre des mots sur ses émotions.

En bref, de bonnes capacités à s’exprimer favorisent des relations harmonieuses. « C’est ainsi que les tout-petits qui ont des difficultés sur le plan du langage sont parfois plus timides, puisqu’ils sont conscients de leurs limites », remarque l’orthophoniste.

De plus, en entendant et en utilisant des mots, votre enfant les comprend mieux. Il prend aussi conscience des sons utilisés dans sa langue maternelle. Il s’agit d’une bonne préparation à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture puisque cela lui permettra de faire le lien entre les sons et les lettres plus tard. Il comprendra aussi plus rapidement les phrases d’un texte. « La maîtrise du langage écrit sera plus facile si l’enfant a développé une bonne base de langage parlé avant son entrée à l’école », confirme Isabelle Meilleur.

C’est d’ailleurs ce qu’a constaté Isabelle à propos de sa fille Léa. « Léa a appris à parler très rapidement. Maintenant, à l’école, elle a un très bon vocabulaire. En composition, elle n’a aucune difficulté pour structurer ses phrases ou pour utiliser la ponctuation. Puisqu’elle parle très bien, elle sait comment écrire. »

Les livres pour stimuler le langage

Lorsque vous regardez un livre avec votre enfant, il découvre de nouveaux mots, mais aussi les bases de l’écrit : on lit de gauche à droite, on tourne les pages, les lettres sur la page correspondent à des sons et ont un sens, etc.

Dès la naissance, n’hésitez pas à lui montrer des livres qui comportent des images simples, des couleurs contrastées et dans lesquels il y a peu de texte. Quand vous imitez les sons des animaux et des objets (« Miaou » si vous voyez un chat, « Tchou-Tchou » si vous voyez un train…), cela éveille l’intérêt de votre bébé et l’incite à essayer de les reproduire.

Lorsque votre enfant commence à marcher et à explorer son univers, il apprécie particulièrement les imagiers. Vous pouvez alors prendre le temps de nommer les images et lui demander de vous montrer du doigt des éléments précis : « Montre-moi la vache », « Où est l’auto? », etc.

Au fur et à mesure qu’il grandit, il s’intéresse à des livres qui ont des thématiques particulières, proches de son quotidien, comme le bain, le dodo, l’apprentissage de la propreté, une balade au parc… N’hésitez pas à lui poser des questions sur l’histoire, les personnages, et à le faire réagir à ce qu’il voit et entend. Il enrichit ainsi son vocabulaire et s’exerce à prononcer de nouveaux sons. En d’autres mots, il développe son langage.

Les histoires simples dans lesquelles il y a un début, un milieu et une fin prennent de plus en plus d’importance. Votre enfant commence aussi à s’identifier aux personnages des histoires et apprécie les séries de livres mettant en vedette les mêmes « héros » (ex. : Caillou, Galette, Toupie et Binou…). Les histoires plus longues et plus complexes lui permettent de se familiariser avec la structure narrative de l’histoire. Comme son imaginaire est en plein développement, n’hésitez pas à lui demander d’inventer une suite à l’histoire. Cela l’encouragera à parler et à construire des phrases par lui-même.

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, mai 2014
Recherche et rédaction : Kathleen Couillard
Révision scientifique : Marie-Ève Bergeron-Gaudin, orthophoniste

Partager