Les clés du succès

Les clés du succès
La clé du succès réside, selon John Wright, dans la façon de réagir aux changements. « Faites une analyse la plus objective possible des changements survenus : quels éléments étaient déjà là avant (routine, fatigue, etc.) et qu’est-ce qui a vraiment changé ? »

Communiquer

La clé du succès réside, selon John Wright, dans la façon de réagir aux changements. « Faites une analyse la plus objective possible des changements survenus : quels éléments étaient déjà là avant (routine, fatigue, etc.) et qu’est-ce qui a vraiment changé ? », suggère-t-il.

Des parents témoignent des discussions à propos de leur vie de famille.

Une fois que les nouvelles sources de stress sont cernées, vous pouvez en parler pour trouver des solutions. « Certains vont chercher de l’aide à l’extérieur; d’autres, dans les livres. Le but est de reconnaître les besoins de chacun et d’y répondre, en acceptant que les problèmes ne puissent être réglés en une journée », poursuit John Wright. La conférencière Mireille Dion apporte le même conseil. « Plus les conjoints se parlent et échangent, plus ils sont capables de construire une équipe », explique-t-elle.

Enfin, dans l’ouvrage Questions sexuelles pour couples actuels, la sexologue Geneviève Parent invite les parents à se questionner sur leurs valeurs profondes : l’importance qu’ils accordent à la vie de couple, à la vie de famille, à leurs modèles parentaux. Cela permet d’expliquer des tensions latentes et d’éviter des échecs. « Par exemple, plusieurs cherchent à vivre la vie de famille qu’ils n’ont pas eux-mêmes connue étant jeune. Ils souhaitent avant tout devenir de bons parents, quitte à mettre leur conjoint de côté. Cela ne se fait pas toujours consciemment, mais les impacts d’une telle attitude sont bien réels  », constate-t-elle.

Accepter de se faire aider

Le thérapeute conjugal John Wright, également membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS), reçoit quotidiennement des couples en questionnement sur leur vie intime. Parmi eux, de nombreux parents. « Environ 25 % de mes rencontres concernent des couples venant d’avoir des enfants, ou bien des parents ayant des enfants depuis longtemps, mais souhaitant accorder plus de place à leur couple », explique-t-il.

Y a-t-il un moment idéal, pour consulter? « Il est particulièrement intéressant de s’impliquer dès que les premières tensions apparaissent, avant que les faux plis s’installent. Il est alors très facile de faire des ajustements et d’éviter les gros bobos », poursuit-il.

Parmi les problèmes qu’il rencontre chez les nouveaux parents, certains reviennent souvent. « Il est assez habituel que sept ou huit mois après l’accouchement, le couple vienne me parler de son épuisement, de sa sexualité qui n’a pas recommencé et, parfois, d’une relation extraconjugale. D’autres fois, le couple m’est envoyé par un pédiatre ou un pédopsychologue, qui estime que des réactions extrêmes de l’enfant sont causées par les relations de couple », raconte John Wright.

La consultation conjugale sera, la plupart du temps, d’une grande aide. En tant que personne extérieure et objective, le thérapeute soutient le couple, l’aide à aplanir les divergences et à trouver un équilibre. « La réussite dépend en partie de la capacité des couples à surmonter les difficultés et de ce qu’ils ont vécu avant. Par exemple, certains couples semblent fonctionner parfaitement avant l’arrivée de l’enfant : une bonne complicité, une bonne équipe, une bonne gestion du temps, etc. Mais s’ils n’arrivent pas à surmonter le stress, l’arrivée de bébé peut suffire à faire chuter leur équilibre de vie. Au contraire, d’autres couples surmontent des problèmes importants avant l’arrivée de l’enfant (chômage, maladie, décès d’un parent, etc.). Ils ont donc déjà développé des outils contre le stress et sont moins déstabilisés par l’arrivée de bébé », explique-t-il de façon schématique.

D’autres variables importantes peuvent aider le couple à trouver un équilibre : le sentiment de compétence parentale, la santé de l’enfant, les sources de soutien, les ressources sociales, etc. « L’entourage peut avoir une influence très bénéfique sur le couple. Parfois, se tourner vers une amie qui comprend ce qui se passe dans notre couple, tout simplement, peut désamorcer une tempête », ajoute John Wright.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, mai 2012
Recherche et rédaction : Marie Charbonniaud

Partager