Le petit guide des relations harmonieuses

Le petit guide des relations harmonieuses
Si le grand-parent critique leurs méthodes, leur dicte quoi faire, s’oppose à leurs décisions, il peut ébranler leur sentiment de compétence. C’est ainsi que naissent bien des conflits.

Conseils aux grands-parents

  • Respecter les décisions parentales. Il est tentant de mettre son grain de sel dans l’éducation et les soins des petits-enfants. Mais mieux vaut tenir sa langue. « Les nouveaux parents sont en apprentissage et ont encore peu confiance en leurs capacités, explique la psychologue Nathalie Parent. Si le grand-parent critique leurs méthodes, leur dicte quoi faire, s’oppose à leurs décisions, il peut ébranler leur sentiment de compétence. C’est ainsi que naissent bien des conflits. » Pour préserver de bonnes relations, il est préférable de garder votre opinion pour vous et de respecter le besoin d’autonomie des parents. N’oubliez pas que c’est à eux d’élever leurs enfants et d’en prendre soin. Complimenter les parents (ex. : « Je trouve que vous avez le tour avec votre bébé ») est un bon moyen de soigner la relation. Et s’ils sollicitent votre avis, il est bon d’être nuancé et de laisser place à l’ouverture : « Peut-être que… Tu pourrais essayer telle chose, mais c’est toi qui sais. » Il faut aussi réaliser que les façons de faire ont changé. Ce que l’on recommandait il y a 30 ans n’est peut-être plus ce qui se fait de nos jours.
« Tu vois, maman, maintenant que mes grands-parents sont ici, on est une vraie famille. »
-Gabriel Levasseur, 5 ans
  • Gâter les enfants… juste un peu. Normal que les grands-parents soient un peu moins stricts sur certains points, mais dans la limite du raisonnable. Par exemple, oui aux friandises, mais à l’occasion seulement et en petite quantité. La clé, c’est de respecter les mêmes principes de base que les parents. « Sinon, l’enfant peut développer un sentiment d’insécurité et chercher à tirer avantage des contradictions des adultes », met en garde Francine Ferland.
  • Être présent sans envahir. Même si vous aimeriez voir vos petits-enfants très souvent, il est sage de garder une certaine réserve. Passer presque tous les jours ou insister pour que la petite famille vienne souper tous les dimanches risque d’indisposer certains parents. « Ceux-ci auront de la difficulté à instaurer leur fonctionnement familial et à se créer une intimité, explique Francine Ferland. Ils se sentiront envahis et auront envie de prendre leurs distances. » Même chose si vous avez tendance à imposer votre aide, par exemple si vous « ordonnez » aux parents de sortir pendant que vous vous occupez de leur bébé. Le mieux, c’est de proposer, mais de laisser aux parents la liberté d’accepter ou non.

Conseils aux parents

« Chaque fois que mes enfants font des progrès ou accomplissent quelque chose de nouveau, j’appelle mes parents pour le leur raconter. »
-Geneviève, maman de William et Mathis, 3 ans, et de Loïc, 1 an
  • Préciser vos grands principes d’éducation. Vous aurez avantage à communiquer aux grands-parents les règles auxquelles vous tenez (discipline, routine, alimentation, etc.) et à expliquer pourquoi. Ainsi, tout le monde saura à quoi s’attendre. Si un grand-parent passe outre, exposez-lui les conséquences sur votre enfant : il fait des crises quand il se couche trop tard, il est excité quand il mange trop de bonbons, etc. Cela dit, vous gagnerez à démontrer une certaine souplesse. « Votre enfant est capable de comprendre qu’il peut y avoir des exceptions chez grand-maman et que les habitudes de vie peuvent être différentes », estime Francine Ferland.
  • Doser vos demandes d’aide. « Même si mes parents et mes beaux-parents sont toujours partants pour garder, je fais attention à ne pas exagérer, affirme Marie-Ève. Ils ont leur vie eux aussi. Alors, je fais aussi appel à mes soeurs. » C’est une bonne idée de diversifier son réseau de soutien, selon Francine Ferland. « Les grands-parents n’ont pas à être constamment au service de leurs enfants », insiste-t-elle.
  • Favoriser les liens. Les parents ont un rôle à jouer pour renforcer le lien entre petits-enfants et grands-parents, selon Nathalie Parent. « La présence des grands-parents apporte tellement aux enfants qu’il est bon de souvent leur parler d’eux en bien. Les parents devraient aussi favoriser les visites », conseille-t-elle.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, décembre 2012 - janvier 2013
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand

Partager