Des racines et des valeurs

Des racines et des valeurs
Les grands-parents transmettent également à votre tout-petit l’histoire et les traditions familiales, ce qui permet d’ancrer l’enfant dans ses racines et de façonner son identité.

Les grands-parents transmettent également à votre tout-petit l’histoire et les traditions familiales, ce qui permet d’ancrer l’enfant dans ses racines et de façonner son identité. À leur contact, il apprend, par exemple, que maman n’aimait pas le brocoli quand elle était petite ou que papa était parfois très tannant! Il réalise alors que vous, ses parents, avez aussi été des enfants. Il apprend, incrédule, que papi et mamie n’avaient pas d’ordinateur ni de jeux vidéo dans leur jeunesse. Ou qu’il tient ses cheveux bouclés de son arrière-grand-père.

C’est aussi souvent autour des grands-parents que se réunissent les oncles et les tantes, les cousins et les cousines. Votre tout-petit découvre qu’il fait partie d’une lignée. « Il réalise d’où il vient et ce qui l’a précédé, dit Francine Ferland. Il s’approprie le passé et peut à son tour se projeter dans l’avenir. » C’est pourquoi, lors d’une séparation, il est important que l’enfant puisse continuer à voir ses grands-parents, des deux côtés.

« Un grand-parent, ça mange de la réglisse, ça fait du camping et ça donne plein de bisous! »
-Thomas Bordeleau, 3 ans

Les grands-parents sont des témoins privilégiés des petits et grands événements de la vie de leurs petits-enfants. Ainsi, France a remis à chacun des siens un album renfermant des photos des anniversaires, des sorties familiales, des événements marquants. De nouvelles photos s’ajoutent sans cesse. Les enfants les regardent, parlent de ce qui s’est passé, se souviennent. Ces albums sont en quelque sorte la mémoire de leur petite enfance.

Des relations protégées par la loi
Au Québec, le Code civil précise que les parents ne peuvent, sans motif grave, faire obstacle aux relations personnelles des enfants avec leurs grands-parents. Ainsi, même en cas de divorce des parents, de décès d’un des parents ou de grave dispute, les grands-parents conservent le droit de voir leurs petits-enfants, qu’ils soient biologiques ou adoptés. S’il leur est difficile ou impossible de les voir à cause du refus des parents, ils peuvent présenter une demande à la Cour supérieure du Québec pour obtenir des droits d’accès. Pour rendre sa décision, le juge tiendra compte de l’intérêt des petits-enfants en priorité. Selon les circonstances, il peut accorder des droits d’accès ou limiter les contacts à des conversations téléphoniques, des lettres et des rencontres familiales. Il peut même décider d’interdire tout contact entre les grands-parents et les petits-enfants si un motif grave le justifie. Pour plus d’information : www.educaloi.qc.ca
« J’aime écouter des films dans la camionnette de pépère Jules et de mémère Ginette. »
-Xavier Renaud, 4 ans

La transmission des valeurs fait aussi partie du rôle des grands-parents. « L’autre jour, ma petite-fille me parlait avec un peu d’envie d’une de ses amies qui vit dans une grande maison avec une piscine, raconte Jocelyne. Nous avons alors discuté de ce qui est le plus important dans la vie pour être heureux et qui ne s’achète pas, comme la famille et l’amour. » Le respect des autres et de la nature, l’importance du travail, l’honnêteté sont d’autres valeurs que cette grand-mère de 62 ans souhaite partager avec ses petits-enfants.

« J’aime parler à mamie et papi dans le téléphone, car leurs bisous sont doux. »
-Raphaël Ernwein, 3 ans

Enfin, à l’heure où de nombreux enfants vivent des séparations et des recompositions familiales, les grands-parents offrent sécurité et stabilité. Une visite chez papi et mamie s’avère parfois un havre de paix et peut contribuer à réduire le stress du jeune enfant, selon Nathalie Parent. Mais pour cela, « le grand-parent doit éviter de prendre parti pour le père ou la mère ou de critiquer l’un d’eux », met en garde la psychologue.

Un don réciproque

Votre tout-petit n’est pas le seul à bénéficier de la relation avec ses grands-parents. Ces derniers reçoivent aussi beaucoup! D’abord, une bonne dose d’amour, de tendresse, de joie et de fierté! « Quand ma petite-fille me dit “Je t’aime mamie”, ce que je ressens est indescriptible », s’émeut Jocelyne. « Les voir grandir, parler, chanter, apprendre, c’est un pur bonheur, renchérit France. Tous leurs progrès m’émerveillent. » Les grands-parents éprouvent également un sentiment de continuité, heureux de voir qu’une petite partie d’eux se prolonge à travers leurs petits-enfants.

Sans compter que des petits-enfants, ça garde jeune et en santé! « Pour suivre l’enfant dans ses jeux, il faut bouger et même se dépasser physiquement, observe Nathalie Parent. Jouer à quatre pattes, lancer un ballon, marcher à côté d’un petit qui roule à bicyclette, c’est bon pour le corps et pour le coeur. » Les stimulations intellectuelles sont un autre bienfait du contact avec des enfants. Répondre à 1000 questions sur autant de sujets force à se remuer les méninges… et à faire des recherches sur internet et dans les livres. Redécouvrir le monde à travers les yeux d’un enfant ouvre aussi de nouveaux horizons.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, décembre 2012 - janvier 2013
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand

Partager