0 à 12 mois: un cerveau très actif

0 à 12 mois: un cerveau très actif
Votre bébé ne marche pas encore, mais dans son cerveau, il y a beaucoup d’action. À chaque stimulation qu’il reçoit, les connexions entre ses neurones se renforcent.

Votre bébé ne marche pas encore, mais dans son cerveau, il y a beaucoup d’action. À chaque stimulation qu’il reçoit, les connexions entre ses neurones se renforcent.

Les différentes régions du cerveau ne se développent pas toutes au même rythme. À la naissance, certaines sont déjà plus avancées que d’autres. C’est le cas, entre autres, des régions du cerveau dédiées aux cinq sens. C’est normal, car ce sont celles dont le bébé a le plus besoin au début.

« Toutes les stimulations du bébé passent par les sens, indique Sarah Lippé, professeure à l’Université de Montréal et chercheuse sur les mécanismes cérébraux de l’apprentissage de l’enfant. Par exemple, quand vous chantez souvent pour votre enfant en le prenant dans vos bras, ses récepteurs sensoriels envoient de l’information au cerveau. Ce dernier renforce alors les connexions entre ses neurones. Lorsque plusieurs sens sont stimulés en même temps, le cerveau reçoit de l’information par plusieurs portes d’entrée. »

Les routines de tous les jours (changement de couche, boire, bain…) sont autant d’occasions de stimuler tous les sens de votre bébé et de faire travailler son cerveau. Même chose lorsque vous lui parlez, le câlinez, le bercez, le regardez dans les yeux, l’amenez en promenade, etc. Interagir avec votre enfant est essentiel à la bonne santé de son cerveau.

À son retour du travail, Charles, papa de Léonie, 6 mois, a un petit rituel : il dispose des toutous, des jouets et des coussins sur une couverture et il s’amuse avec sa fille. Il lui fait des coucous et des chatouilles, la fait jouer sur le ventre, la lève doucement dans les airs, lui fait toucher différentes textures. « Quand Léonie voit son père arriver, elle est tellement contente, raconte Emma, sa maman. Elle sourit, elle agite les bras et les jambes, elle pousse de petits cris… Elle sait ce qui s’en vient! »

Des progrès dans toutes les sphères

 Un milieu de vie stimulant et chaleureux aide le bébé à se sentir en confiance, à bien grandir, à développer ses capacités intellectuelles et à faire des apprentissages. C’est en constatant les progrès de votre enfant dans différents domaines que vous saurez que son cerveau se développe bien.

« Les premiers sourires arrivent vers 2 mois, donne en exemple Miriam Beauchamp, directrice du Laboratoire de neuropsychologie développementale ABCs de l’Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine. L’enfant de cet âge peut aussi imiter certaines actions de ses parents, comme tirer la langue. Et vers 3 mois, il les regarde dans les yeux. » Vers 4 mois à 7 mois, il comprend qu’un objet existe toujours même s’il ne le voit plus.

C’est aussi la période durant laquelle l’enfant expérimente les sons. À 6 mois, la petite Léonie gazouille beaucoup. « Depuis quelques jours, elle fait des sons plus aigus et plus variés aussi, raconte Emma, sa maman. Elle fait aussi des bruits de poisson avec sa bouche, comme si elle essayait de parler. » Cette exploration des sons contribue au développement de son langage.

La coordination œil-main de la petite fille s’est aussi beaucoup améliorée récemment. « Elle regarde les boutons ou les moustaches de ses toutous et elle est maintenant capable de les toucher », dit Emma. Cela signifie que le cerveau de Léonie lui permet à présent de faire des gestes plus précis, car il utilise l’information visuelle (ex. : les moustaches d’un toutou) pour guider la main de Léonie vers l’objet qui l’intéresse.

Entre 0 et 12 mois, il y a aussi une grande évolution dans les régions du cerveau reliées au développement moteur. C’est ainsi qu’un bébé, qui bougeait de façon désordonnée à sa naissance, pourra faire ses premiers pas une douzaine de mois plus tard!

Consoler bébé quand il pleure

Du côté du contrôle des émotions, les progrès sont plus lents. « Au début, les zones du cerveau qui produisent les émotions fonctionnent, explique Sarah Lippé. Toutefois, les zones qui gèrent les émotions sont peu développées et mal connectées aux autres régions du cerveau. » C’est pour cette raison qu’un bébé pleure si souvent. Pour un bébé, pleurer n’est pas un caprice, mais plutôt son seul moyen de faire savoir que quelque chose ne va pas.

C’est pourquoi il est important de consoler un bébé qui pleure. Lorsque vous le rassurez, vous aidez son cerveau à bien se développer. En effet, cela permet aux neurones du cerveau qui aident à gérer le stress et les émotions fortes de se renforcer. Quand vous réconfortez votre bébé en pleurs, son cerveau produit aussi de l’ocytocine, une hormone qui a un effet apaisant.

 

Bébé secoué, cerveau en danger

Le syndrome du bébé secoué survient lorsqu’une personne secoue très fort un bébé. La tête du bébé se balance dans tous les sens, ce qui fait bouger son cerveau à l’intérieur du crâne. Comme le cerveau est mou et fragile, il peut saigner et enfler.

Secouer un bébé est un geste très dangereux. Un bébé sur cinq qui a été secoué en meurt. D’autres ont des séquelles permanentes : perte de la vue, paralysie, épilepsie, déficits cognitifs, retards de développement, problèmes de comportement, etc. Si vous sentez que vous allez perdre le contrôle parce que votre bébé pleure beaucoup, déposez-le doucement dans son lit et éloignez-vous.

Il n’est pas grave de laisser votre bébé pleurer dans sa bassinette le temps que vous retrouviez votre calme. Votre bébé y sera plus en sécurité. Si possible, demandez à une autre personne de vous remplacer ou appelez quelqu’un pour parler de vos émotions. Attendez d’être calme avant de reprendre votre enfant.

 

Photos : Maxim Morin

 

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, septembre 2018
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand
Révision scientifique : Dre Tuong-Vi Nguyen, professeure adjointe, Département de psychiatrie, Faculté de médecine, Université McGill

Partager