Trop de cadeaux?

Trop de cadeaux?
Quand on couvre un enfant de cadeaux, il devient rapidement indifférent. « Souvent, il en déballe un, le manipule quelques minutes avant de l’abandonner pour en prendre un autre et ainsi de suite. J’en ai même vu qui n’avaient plus envie de les ouvrir! »…

Vous pensez que votre enfant ne sera heureux que s’il reçoit une avalanche de cadeaux?

Rassurez-vous, l’expérience montre que « bonheur » ne rime pas avec « quantité » et que le cadeau le plus cher n’est pas forcément celui qui fera le plus plaisir.

Quand on couvre un enfant de cadeaux, il devient rapidement indifférent. « Souvent, il en déballe un, le manipule quelques minutes avant de l’abandonner pour en prendre un autre et ainsi de suite. J’en ai même vu qui n’avaient plus envie de les ouvrir! », témoigne Nadia Gagnier. Par ailleurs, la surabondance de cadeaux envoie un mauvais message. L’enfant risque en effet de finir par associer l’amour qui lui est porté au nombre de paquets entassés au pied du sapin.

« C’est aux parents de prendre conscience de l’effet qu’une trop grande générosité peut avoir sur leur enfant, explique Liane Comeau, consultante scientifique en petite enfance. Ils auront donc avantage à parler au reste de la famille pour lui demander qu’elle se limite à un ou deux cadeaux ou à un certain budget. Et si les grands-parents désirent donner plus, pourquoi ne pas leur suggérer de lui offrir des choses “utiles”, comme des vêtements ou des livres? Ils pourraient aussi mettre un peu d’argent dans un Régime enregistré d’épargne-études. »

« Comme Olivier se compare beaucoup à sa grande soeur, nous essayons de leur donner à tous deux le même nombre de cadeaux, mais pas forcément de la même valeur, puisqu’ils n’ont aucune idée du prix des choses. »
Valérie, maman d’Olivier, 4 ans

Gardez aussi en tête qu’il n’est pas nécessaire d’acheter le même nombre de cadeaux pour chaque enfant ni du même montant. Si votre plus jeune adore recevoir beaucoup de petits paquets, mais que l’aîné est plutôt impressionné par leur taille, par exemple, vous pouvez adapter vos achats en conséquence. Enfin, dans le cas de petits d’âges rapprochés, il pourrait être utile de prévoir au moins un jouet en double pour qu’ils aient chacun le leur, afin de limiter les risques de conflit, ajoute la consultante scientifique.

Il veut tous les jouets!
Sa liste au père Noël remplit déjà trois pages? Précisez-lui qu’il devra faire un choix. « Je lui dis : “Tu dois être raisonnable, le père Noël ne peut pas te donner tout ce que tu veux, il doit aussi apporter des jouets aux autres enfants. Pour l’aider, indique-lui en premier les deux ou trois choses que tu aimerais le plus recevoir” », raconte Isabelle, maman de la petite Miranda. C’est une bonne approche, de l’avis des experts que nous avons consultés. Vous pourriez aussi utiliser cette fameuse liste pour suggérer des idées de cadeaux au reste de la famille…

La jalousie n’est pas un cadeau...

« Pour que mon fils comprenne qu’on ne peut pas tout avoir, je lui raconte que le père Noël travaille dans son atelier et qu’il fabrique lui-même les jouets avec l’aide de ses assistants. »
Isabelle, maman de Lucas, 5 ans

Malgré vos efforts, la venue du père Noël suscite des jalousies? « Prenez le temps de lui expliquer que le traiter sur un pied d’égalité avec son frère ou sa soeur ne signifie pas les traiter toujours de la même façon », recommande Liane Comeau. Le moment pourrait aussi être bien choisi pour lui transmettre certaines valeurs, comme le partage de ses cadeaux avec ses frères et soeurs, ses cousins ou ses amis. Vous pourriez aussi lui proposer de donner des jouets qui ne l’intéressent plus à des organismes communautaires. Il découvrira ainsi que chaque personne, à son niveau, peut en aider une autre.

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, décembre 2013
Recherche et rédaction : Marie-Josée Cardinal
Révision scientifique : Diane Dubeau, professeure de psychoéducation et de psychologie, UQO

Partager