Avec papa ou maman

Avec papa ou maman
Le premier Noël après une séparation est souvent un moment délicat, à la fois pour les enfants et pour les parents. Décider avec qui l’enfant passera les 24 et 25 décembre représente en effet une source fréquente de conflit entre ex-conjoints.

Le premier Noël après une séparation est souvent un moment délicat, à la fois pour les enfants et pour les parents. Décider avec qui l’enfant passera les 24 et 25 décembre représente en effet une source fréquente de conflit entre ex-conjoints. Pour Claudette Guilmaine, travailleuse sociale et médiatrice familiale, il importe de faire preuve de souplesse et d’imagination. « Pourquoi ne pas célébrer Noël à plusieurs reprises, quitte à bousculer un peu les traditions? On peut très bien faire la fête un ou deux jours plus tôt ou plus tard, les petits ne verront aucune différence. Pour eux, l’important est de s’amuser et de recevoir des cadeaux! »

Si vous êtes séparés et que vous habitez dans des villes éloignées l’une de l’autre, l’idéal est de vous entendre pour que votre enfant passe Noël chez un parent et le jour de l’An chez l’autre. Dans ce cas, dites-lui le plus tôt possible comment se dérouleront les événements afin de le sécuriser. « Vous pouvez aussi afficher un calendrier sur lequel vous dessinerez un papa ou une maman en fonction de l’entente passée avec votre ex-conjoint, suggère Nadia Gagnier. Ces repères visuels lui permettront de voir où il se trouvera les jours suivants, ce qui le rassurera. »

Il est toutefois préférable de ne pas lui dire que vous êtes triste à l’idée de ne pas passer le jour de Noël en sa compagnie, car il pourrait se sentir coupable de vous abandonner.

« Ce que je préfère à Noël, c’est les cadeaux et puis manger des biscuits que maman fabrique. »
Miranda, 5 ans

Enfin, surtout s’il y a un nouveau conjoint à la maison, n’hésitez pas à répéter à votre enfant que même si vous êtes séparé de son autre parent, cela ne change rien à l’amour que vous ressentez pour lui.

Fêter avec l’ex?

Soucieux de faire plaisir à leur enfant, certains parents choisissent de se retrouver durant le temps des Fêtes. Ce n’est pas forcément une bonne idée, met en garde Claudette Guilmaine : « Si vous n’êtes pas prêt(e), sur le plan émotionnel, à revoir votre ex-conjoint(e), ne vous forcez pas. Un échec risquerait en effet d’avoir des conséquences fâcheuses pour votre enfant. »

Si vous décidez malgré tout de vous réunir pour Noël, il est important de bien expliquer à votre enfant que vous êtes restés amis, mais que cette rencontre est exceptionnelle, ajoute la travailleuse sociale. Pas la peine de lui donner le faux espoir d’une réconciliation, surtout si votre séparation est récente. En revanche, elle souligne que si vous parvenez à vous entendre pour lui offrir un cadeau commun, il sera aux anges.

Vous avez décidé de passer Noël chacun de votre côté? Selon Claudette Guilmaine, un bon moyen de préserver la magie du temps des Fêtes consiste à instaurer un rituel qui vous soit propre. « Une rupture est l’occasion d’inventer quelque chose de nouveau. Demandez-vous : “Quelle activité est-ce que j’aimerais faire avec les enfants?” Par exemple, ça peut être partir se promener dans les bois ou glisser sur la neige, puis finir la journée par une fondue au chocolat. Faites-vous plaisir, ne vous sacrifiez pas, sinon

la fête risque d’être gâchée. »

Réinventer de nouveaux plaisirs, découvrir de nouvelles activités, ne pas rester chez soi à ruminer : ces conseils sont également valables pour le père ou la mère qui se retrouve pour la première fois sans ses enfants à Noël ou au jour de l’An, note Nadia Gagnier.

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, décembre 2013
Recherche et rédaction : Marie-Josée Cardinal
Révision scientifique : Diane Dubeau, professeure de psychoéducation et de psychologie, UQO

Partager