Pas la peine d’en faire trop!

Pas la peine d’en faire trop!

Depuis quelques années, des petits lutins envahissent les maisons à l’approche de Noël. Une fois capturés et adoptés par la famille, ces lutins jouent des tours aux enfants pendant la nuit. Bien sûr, les parents sont derrière ces mises en scènes qui ont pour but d’amuser les enfants. Mais certains se mettent beaucoup de pression pour trouver des mauvais coups originaux et tenter d’en faire plus que d’autres. « Le phénomène des lutins répond au besoin de mettre un peu d’imaginaire et de folie dans notre quotidien, souligne la psychologue Nathalie Parent.

Malheureusement, le marketing s’en est emparé de même que les médias sociaux. Les parents annoncent leurs coups sur Facebook et on a parfois l’impression que la performance est plus importante que le plaisir. C’est à qui aura le plus beau lutin, la meilleure idée ou jouera le meilleur tour. » Pour l’auteure France Paradis, les lutins devraient rester imaginaires. « Les lutins fabriqués en série font disparaître le sens du mystère et du merveilleux », dit-elle. Selon Nathalie Parent, il n’est pas essentiel d’embarquer dans la folie des lutins pour amuser son enfant.

« Les parents ont le choix, soutient-elle. Mais pour nourrir l’imaginaire des enfants, il peut être plus enrichissant d’échanger et d’inventer avec eux des histoires qui appartiennent à notre famille. »

Je n’ai pas le temps de faire une activité par jour!

Malgré votre horaire chargé, il est important d’accorder toute votre attention à votre enfant, ne serait-ce que quelques minutes chaque jour. Tous ces moments mis bout à bout créent des liens d’attachement. Si toute votre attention est dirigée vers votre tout-petit quand vous êtes avec lui, il se sentira aimé même quand vous êtes séparés.

Mon budget est trop serré pour participer

Les visages aimants et souriants de ses parents, c’est ce qu’il y a de plus précieux pour votre tout-petit. Les activités proposées dans ce calendrier de l’avent exigent peu de matériel et ne coûtent presque rien. « Les parents doivent se rappeler que le jouet le plus élaboré ne remplacera jamais l’amour qu’ils manifestent à leur enfant en jouant avec lui », résume Francine Ferland.

Source : magazine Naître et grandir, décembre 2014
Recherche et rédaction : Marie-Josée Cardinal
Révision scientifique : Diane Dubeau, professeure de psychoéducation et de psychologie, UQO

Partager