Mettre de l'argent de côté

Mettre de l'argent de côté
Maintenant qu’ils font un budget et parviennent à le respecter presque tous les mois, Amélie et Simon constatent que leur situation financière s’améliore.
Maintenant qu’ils font un budget et parviennent à le respecter presque tous les mois, Amélie et Simon constatent que leur situation financière s’améliore. Ils ont même pris la décision de cotiser à un Régime enregistré d’épargne-études (REEE) pour Étienne dès qu’ils auront remboursé leurs dettes et qu’Amélie aura trouvé un emploi. Le REEE permet d’accumuler de l’argent, à l’abri de l’impôt, pour les études postsecondaires que fera l’enfant.

Contrairement à la cotisation à un REER, le REEE ne donnera pas de réduction d’impôt à Amélie et Simon. Ils pourront néanmoins bénéficier des subventions offertes par les gouvernements fédéral et provincial (Subvention canadienne pour l’épargne-études, Incitatif québécois pour l’épargne-études, Bon d’études canadien). Comme ces subventions sont calculées en fonction du montant investi et du revenu familial, le REEE est particulièrement intéressant pour les familles à faible ou moyen revenu.

Il est important de planifier autant les dépenses courantes que celles qui surviennent seulement une fois par an, comme l’achat des habits de neige ou le paiement du permis de conduire.

Avant de cotiser à un REEE en particulier, il est important de bien vous informer à propos des programmes d’études admissibles, des frais de gestion et du montant minimum à verser. Pouvez-vous transférer les montants à un autre bénéficiaire? Faut-il obligatoirement que ce soit à un de vos enfants? Qu’arrive-t-il si votre enfant ne fait pas d’études postsecondaires? Pouvez-vous transférer les sommes investies dans un REER? Avant de signer un engagement à long terme, informez-vous bien des conséquences si vous arrêtez d’y contribuer. Mieux vaut pouvoir décider de faire une cotisation quand on a l’argent plutôt que de devoir assumer un paiement mensuel ou annuel sous peine de perdre nos avoirs.

Confiants, Amélie et Simon songent déjà à la possibilité d’avoir un deuxième enfant. Leur conseillère budgétaire à l’ACEF leur a dit qu’ils en « avaient les moyens », à condition de bien budgéter le congé parental.

Soutien financier pour votre famille
Au fédéral :
  • Prestation fiscale canadienne pour enfants (Un supplément est prévu pour les familles à faible revenu et pour les familles ayant un enfant handicapé.)
  • Prestation universelle pour la garde d’enfants
  • Prestation fiscale pour le revenu de travail
  • Crédit d’impôt pour enfant de moins de 18 ans

Au provincial :

  • Soutien aux enfants (Un supplément est prévu pour les familles ayant un enfant handicapé.)
  • Prime au travail
  • Allocation logement (pour les familles à faible revenu)
  • Prestation spéciale d’allaitement ou de soutien à l’achat de préparations pour nourrissons (pour les familles à faible revenu)
 

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, octobre 2013
Recherche et rédaction : Solène Bourque

Partager