Introduction

Introduction
Comment peut-on trouver l’équilibre et mieux planifier notre quotidien? Voici quelques pistes.

L’argent peut vite devenir une source de stress dans la famille. Comment peut-on trouver l’équilibre et mieux planifier notre quotidien? Voici quelques pistes.

Un souper au restaurant par-ci, une sortie au cinéma par-là… Amélie et Simon ont toujours aimé se payer de petits plaisirs et profiter de la vie sans trop se soucier de l’argent. Ils arrivaient à payer chaque mois leur loyer et leurs factures… même si c’était parfois après l’échéance. L’équilibre était fragile, mais tenait.

Lorsqu’Amélie est tombée enceinte, elle et Simon étaient très excités à l’idée d’avoir un enfant. Ils ont commencé à magasiner les meubles et les accessoires nécessaires à la venue du bébé. Peu de temps après, la banque les a appelés pour leur dire que leur chèque de loyer était sans provision. Heureusement, les parents de Simon ont pu leur prêter l’argent nécessaire. Ils ont alors décidé d’essayer de réduire un peu leurs dépenses, sans voir que leur situation financière présentait des signes d’endettement.

Environ quatre semaines avant sa date prévue d’accouchement, Amélie a arrêté de travailler pour prendre soin d’elle et finaliser les derniers préparatifs. Quelle n’a pas été sa surprise de voir son nouveau chèque de paie! Au lieu de 577 $ par semaine, elle n’avait maintenant plus que 317 $. Elle n’avait pas réalisé que ses revenus diminueraient à ce point pendant son congé de maternité!

Calculer votre revenue pendant le congé parental
Le taux de base servant au calcul des prestations s’établit habituellement à 55 % de votre rémunération hebdomadaire moyenne assurable, jusqu’à concurrence de 911 $. Cela signifie que vous pouvez recevoir un montant maximal de 501 $ par semaine. Si votre revenu familial net ne dépasse pas 25 921 $ et si vous recevez la prestation fiscale canadienne pour enfants, vous avez aussi droit au supplément au revenu familial de l’assurance emploi, qui peut augmenter le taux de vos prestations jusqu’à concurrence de 80 % de votre rémunération assurable moyenne.

Dans son guide Un bébé à bas prix… pour parents avertis, l’ACEF (Association coopérative d’économie familiale) de l’Est de Montréal calcule qu’il en coûtera au minimum 1 500 $ pour l’arrivée de bébé si tous les articles nécessaires sont achetés neufs. À cela s’ajoutent, entre autres, les couches lavables (300 $) ou jetables (720 $ par an), les préparations pour nourrissons et les biberons (120 $/mois minimum) s’il y a lieu, les jouets, les vêtements, ainsi que les articles d’hygiène et de santé.

Certaines municipalités subventionnent l’achat de couches lavables. Renseignez-vous!

L’ACEF de l’Est de Montréal encourage les parents à utiliser leur réseau d’entraide (famille, collègues, organismes) de même que les bazars et les friperies pour se procurer tout ce dont ils ont besoin. La plupart des articles pour bébés peuvent être achetés de seconde main ou prêtés par des proches. Assurez-vous toutefois que tout ce que vous achetez d’occasion respecte les normes de sécurité actuelles.

Le troc existe encore !
Vous avez des talents de couturière ou de bricoleur? Vous pourriez les échanger contre d’autres services. Un peu partout au Québec, il existe des Systèmes d’échange local (SEL), qui regroupent des personnes souhaitant échanger des compétences, des savoir-faire et des produits avec les autres membres de leur SEL. Plus simplement, pourquoi ne pas offrir de garder les enfants de vos amis? Ils pourront garder les vôtres à leur tour quand vous aurez besoin d’une gardienne.

Principaux signes de l’endettement :
  • paiement des comptes courants après l’échéance;
  • chèques sans provision;
  • faire les paiements minimums sur une autre carte de crédit;
  • appels d’agences de recouvrement;
  • emprunt d ’argent à des amis ou à des proches;
  • coupures de services (téléphone, électricité, Internet, etc.);
  • réduction des dépenses courantes (ex. : loisirs, vêtements et nourriture);
  • parfois, besoin de se trouver un deuxième emploi ou de travailler plus d’heures.

Quelques trucs pour mieux vivre le congé parental

  • Dès l’annonce de la grossesse, mettre de l’argent de côté à chaque paie pour créer un fonds d’urgence.
  • Vous pourriez aussi couper quelques dépenses non nécessaires et mettre cet argent dans un compte à rendement élevé. La somme accumulée pourra être utilisée lors de votre congé parental.
  • Connaître votre environnement et ses ressources pourrait vous faire économiser (aide aux familles, organismes communautaires, services gratuits ou à faibles coûts, friperies, etc.).
  • Ajuster votre budget en prévision des baisses de revenus dus au retrait préventif ou au congé parental.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, octobre 2013
Recherche et rédaction : Solène Bourque

Partager