Une journée sans allergènes

Une journée sans allergènes
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

Je me suis lancé un défi : cuisiner les repas et les collations d’une journée entière sans allergènes. Enfin, pas tous les allergènes. « Seulement » sans oeufs, sans lait, sans noix et sans arachides. Pourquoi me donner ce trouble, étant donné que personne à la maison n’est allergique? J’ai simplement voulu me mettre dans la peau d’une maman d’un enfant allergique. Comme un acteur qui souhaite mieux comprendre un personnage. Et c’est confirmé; je préfère ne pas avoir le rôle.

Étape préalable à mon expérience : visiter le site Web de l’Association québécoise des allergies alimentaires (AQAA) pour me rafraîchir la mémoire. J’ai étudié les allergies alimentaires au bac, mais c’est déjà bien loin derrière moi. J’ai besoin de ces ressources qui expliquent les allergies et qui aident à les gérer.

Je savais au moins une chose : cuisiner sans oeufs, sans lait, sans noix ni arachides, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît. Il ne suffit pas de remplacer le lait par une boisson de soya enrichie, de retirer les noix et arachides des recettes et d’éviter de mettre la quiche ou l’omelette au menu. Oh que non! Il faut aussi traquer tous les aliments qui risquent de contenir des traces de ces allergènes. Et comme si ce n’était pas assez, il faut s’assurer que tous les produits du commerce utilisés sont exempts d’ingrédients problématiques.

Comme aliment, rien de plus simple qu’un oeuf. C’est une autre histoire lorsque l’oeuf se transforme en ingrédient. Il se cache derrière l’albumen, la lécithine et tous les mots commençant par ovo, dont l’ovalbumine, l’ovoglobuline, l’ovomucine, etc. On le retrouve dans la mayonnaise bien sûr, mais possiblement aussi dans des vinaigrettes, des saucisses, des pâtes alimentaires, des soupes, des biscuits, des bretzels, des friandises et plus.

Même chose pour le lait. S’il suffisait de rechercher le mot « lait », la tâche serait plus simple. Au lieu de ça, il faut vérifier si les produits contiennent du beurre, du babeurre, de la caséine, du lactosérum, une saveur de beurre et de nombreux autres ingrédients qu’il serait trop long d’énumérer. Même trouver un pain tranché qui convient nécessite un examen des étiquettes.

Je me suis dit qu’en cuisinant autant que possible, j’aurais un meilleur contrôle sur les aliments et ingrédients. Pour les repas principaux, je peux me débrouiller. Mais qu’est-ce qu’on mange pour dessert et pour collation? Des fruits, pour être certains. Durant une journée, ça va, mais tous les jours d’une vie, ça ne va plus. Et c’est là qu’on se tourne vers des livres de recettes spécialisés. Voici celui que j’ai adopté.

« Les gourmandises de Vera - Croquer sucré sans danger » de Vera Zakher.

Je suis reconnaissante de ne pas avoir à gérer des allergies alimentaires au quotidien. Mais les gâteaux, muffins, poudings, barres granola, biscuits, pancakes et gaufres sans oeufs, sans lait, sans noix ni arachides piquent assez ma curiosité pour que j’aie envie de les essayer quand même.

Et vous? Vivez-vous avec des allergies alimentaires à la maison? Comment vous en sortez-vous?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet