Un souffle au coeur: un conte pour la Saint-Valentin

Un souffle au coeur: un conte pour la Saint-Valentin
Par Dre Taz, Omnipraticienne

En souvenir du Dr Benko et son épouse la Dre Benkova

 Il était une fois, il y a très très longtemps, une petite fille et sa maman qui se rendirent à un rendez-vous de routine chez le pédiatre. C’était le 14 février. Le pédiatre était grand, barbu, et au bout de ses longues jambes maigrichonnes, il portait des chaussettes dans des sandales, malgré la neige qui tombait à gros flocons dehors.

Après avoir minutieusement examiné la petite fille et posé toutes sortes de questions, il déclara avec son accent yougoslave:  « Voooootttttrrrre fille a soufffffle dans coeurrrrr ». La petite fille, terrifiée, ne comprit rien du reste. Mais pendant de nombreuses années, elle utilisa cet argument pour excuser ses piètres performances en athlétisme. « Z’ai un trou dans le coeur et z’arrive pas à courir vite », disait-elle.

Cinquante pour cent des enfants présenteront un souffle cardiaque à un moment ou un autre. Mais ça ne veut pas dire que c’est une histoire qui finira mal : voici une petite mise au point.

Lors de l’auscultation au stéthoscope, le coeur d’un enfant sonne normalement comme le galop d’un cheval, en 2 temps rapprochés très nets : to-tooo, to-tooo, to-tooo. C’est le bruit des valves qui se ferment. Parfois, on entend le passage du sang entre 2 battements: to-shhh-too, to-shhh-too. Comme l’eau qui sort d’un tuyau d’arrosage de façon pulsatile ou le vent d’une fenêtre mal fermée.

Bref, un souffle est un bruit. Les causes de ces bruits sont aussi nombreuses que variables dans leur « sévérité ».

À la naissance, l’auscultation est particulièrement importante. Avant que le nouveau-né quitte l’hôpital, on s’assure qu’on n’entend pas de souffle, sinon on peut craindre que l’enfant souffre d’une malformation qui pourrait engendrer des complications.

L’enfant d’âge préscolaire peut développer un souffle au coeur bénin, c’est-à-dire sans anomalie de la structure cardiaque. Il n’y a pas de symptôme associé, comme des difficultés respiratoires, des retards de croissance ou de la fatigue inexpliquée. Ce type de souffle est sans conséquence et disparaîtra éventuellement.

Parfois, les enfants présentent un souffle dans des circonstances particulières. Un bébé anémique aura un souffle cardiaque parce que le sang circule plus vite pour compenser sa moins grande capacité à fournir de l’oxygène. Il faut alors chercher la raison de l’anémie.

Une simple fièvre peut faire battre le coeur plus fort et plus vite, et faire ressortir le bruit de friction du sang dans les vaisseaux de coeur.

Et puis, il ne faut pas oublier que les médecins sont des humains, parfois durs d’oreille ou victimes d’hallucinations, avec ou sans expérience, avec des doutes ou non. Parfois, un enfant peut pleurer ou s’agiter lors d’un examen médical, rendant l’auscultation périlleuse et peu fiable. Il ne faut pas s’étonner qu’un souffle cardiaque soit soudainement découvert, d’où l’importance de rendez-vous médicaux réguliers.

L’âge d’apparition, l’histoire familiale, les symptômes connexes (des douleurs thoraciques, des évanouissements, des lèvres qui bleuissent, etc.), le type de bruit cardiaque (il y a des « shhhhh » plus inquiétants que d’autres) sont autant d’indices qui nous orientent vers un diagnostic plus grave, avec des malformations importantes et des syndromes sous-jacents. Mais c’est une minorité d’enfants  ayant un souffle cardiaque qui ont besoin d’un électrocardiogramme, d’une échographie ou d’une visite chez le cardiologue.

Ce ne sont pas toutes les maladies cardiaques qui présentent des souffles et ce ne sont pas tous les souffles qui sont le signe d’une maladie cardiaque. Donc, lorsqu’on trouvera un souffle cardiaque à votre enfant, pas de panique, laissez votre coeur repartir, et posez toutes les questions que vous voulez.

La petite fille grandit normalement et vit encore aujourd’hui. Elle put faire tout ce qu’elle voulut malgré son « souffle au cœur » : plein de bêtises, du patin, du parachute, tomber amoureuse, devenir docteure, et même écrire des chroniques sur Internet.  Elle dut cependant s’avouer qu’elle était nulle en athlétisme parce que… elle était nulle en athlétisme.

A-t-on déjà diagnostiqué un souffle à votre enfant?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur