«Qu’est-ce qu’il y a pour dessert?»

«Qu’est-ce qu’il y a pour dessert?»
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

iStock_000041068248_Full« Qu’est-ce qu’il y a pour dessert? » C’est la première question que ma fille pose en commençant le repas. Avez-vous aussi des petits amateurs – ou obsédés – du dessert autour de votre table?

Parfois, j’ai envie de répondre : « Hé, ma chérie, il y a autre chose que le dessert dans la vie! » Cependant, je préfère mettre en application certains principes qui parlent d’eux-mêmes. En voici les grandes lignes.

Quoi offrir en guise de dessert?

En général, il devrait s’agir d’aliments nourrissants. On pense alors tous au yogourt et aux fruits. Mais, attention! Il ne faut pas que ça devienne plate. Bien sûr, les fruits et le yogourt ne sont pas nécessairement plates. C’est plutôt le fait de les retrouver trop souvent au menu qui peut être ennuyeux. Le plus important est donc de varier.

Voici des exemples où le yogourt et les fruits sont à l’honneur, tout en étant des desserts spéciaux aux yeux des enfants.

  • Un parfait : Dans un verre, déposez d’abord de petits fruits, ajoutez du yogourt, puis garnissez d’une petite poignée de céréales granola ou autre.
  • Du yogourt glacé maison : À l’aide d’un pied mélangeur ou d’un mélangeur électrique, réduisez en purée la même quantité de fruits congelés et de yogourt nature.
  • Un yop maison ou un smoothie : Passez des fruits, du yogourt et un peu de lait au mélangeur. Les possibilités de saveurs sont alors infinies. Pour augmenter la note sur le « spécial-o-mètre », vous pouvez utiliser un beau verre avec une paille ou même réutiliser une bouteille de yogourt à boire du commerce.

Une fois par semaine, prenez le temps de cuisiner des desserts maison, comme des carrés aux dattes, des minimuffins, des barres tendres, des galettes, du pouding, du tapioca, etc. De plus, tous ces aliments se congèlent, à l’exception des desserts au lait. Faites alors des réserves quand c’est possible.
Les desserts moins nourrissants font aussi partie de la vie à l’occasion. Quelques fois par semaine, la crème glacée, le gâteau ou les biscuits sont tout à fait acceptables et ne ruinent pas vos efforts pour que vos enfants soient en santé. Au contraire, vos enfants comprennent alors qu’il n’y a pas d’aliments interdits, ce qui est un point très positif pour qu’ils développent une relation saine avec la nourriture. C’est donc bon pour leur santé mentale!

Quelle quantité?

UNE portion. Le dessert fait partie du repas, mais on ne se nourrit pas seulement de dessert. Les enfants doivent apprendre à gérer eux-mêmes leur faim et la quantité d’aliments qu’ils mangent au repas s’ils désirent se garder une petite place pour le dessert. Pour leur apprendre, vous devrez parfois réchauffer leur assiette principale après le dessert s’ils ont encore faim…

À quelle condition?

Aucune! Si le dessert est prévu au menu, les enfants y ont droit, qu’ils aient vidé leur assiette ou non. Pour éviter qu’ils voient le plat principal comme une épreuve à terminer, le dessert ne doit pas être une « récompense ». Pour que les enfants aient du plaisir à manger de tout, notre manière d’offrir le dessert ne doit pas laisser place à une autre interprétation.

Est-ce que le dessert représente un enjeu important chez vous? Comment gérez-vous la situation?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet