Purée et alimentation de bébé: du nouveau

Purée et alimentation de bébé: du nouveau
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

On ne nourrit plus nos bébés comme nos parents le faisaient. Et, si votre famille n’est pas complète, peut-être nourrirez-vous votre prochain tout-petit différemment de votre premier. En partie parce que vous avez pris de l’assurance et de l’expérience sans doute, mais aussi parce que les connaissances - et donc les recommandations - ont évolué.

final 300L’édition 2015 du guide pratique Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à 2 ans a mis à jour plusieurs informations concernant l’alimentation des bébés. Certaines pour lesquelles je me suis dit « enfin »… et d’autres pour lesquelles j’ai pensé « eh ben, c’est nouveau ça! ». En voici les grandes lignes.

La texture des purées

C’est le changement le plus surprenant concernant l’alimentation des bébés. Et j’en ai été agréablement surprise. Le calendrier qui propose une progression dans la texture des purées est maintenant « out ». Le Mieux vivre suggère plutôt d’exposer graduellement bébé à différentes textures, selon ses capacités, afin qu’il accepte des textures variées vers l’âge de 1 an. « Selon ses capacités », cela veut aussi dire que les purées n’ont pas besoin d’être parfaitement lisses, même au début. Certains bébés acceptent rapidement des purées plus épaisses, simplement écrasées à la fourchette, voire des aliments mous en morceaux. Est-ce là une influence de l’alimentation autonome du bébé (baby led weaning)? Le Mieux vivre n’en fait pas mention, mais il précise que les textures doivent évoluer à un rythme qui convient à chaque bébé, et il explique - voire rassure - que leur réflexe nauséeux les protège des étouffements.

Ce changement est une bonne décision qui va sans doute sensibiliser les parents à l’importance de ne pas demeurer trop longtemps au même stade d’apprentissage. Les bébés qu’on nourrit trop longtemps aux purées lisses risquent d’avoir de la difficulté à progresser vers les formes normales des aliments. Par ailleurs, avec cette nouvelle recommandation, les purées maison marquent un point de plus aux dépens des purées du commerce. C’était déjà connu, mais ça se confirme, puisqu’il n’y a que les purées maison qui permettent de faire évoluer les textures.

Quels aliments offrir en premier?

Les premiers aliments à offrir à bébé sont ceux riches en fer : les céréales enrichies de fer pour bébé, la viande et la volaille, le poisson, les œufs, les légumineuses et le tofu. Ce changement dans l’introduction des aliments a été mis de l’avant en 2012, mais c’est cette année que le Mieux vivre harmonise ses recommandations avec celles de Santé Canada.

Et qu’est-ce qui vient après les aliments riches en fer? Du nouveau à cet égard aussi : il n’y a plus d’ordre, le calendrier d’introduction des aliments (lesquels, à quel moment et dans quel ordre) est maintenant chose du passé! Lorsque bébé mange des aliments riches en fer tous les jours, vous pouvez donc introduire les autres aliments dans l’ordre qui vous plaît. De même, vous ne retrouverez plus de restrictions concernant les aliments pouvant causer des allergies. Le Mieux vivre s’est enfin ajusté à cet égard aussi puisque depuis plusieurs années, il n’est plus recommandé de retarder l’introduction des aliments dits allergènes.

Quelle quantité?

Décidément, l’édition 2015 tend vers la personnalisation des soins apportés à bébé en remplacement des consignes applicables à tous. Cette tendance se concrétise aussi avec le retrait des tableaux et références aux portions d’aliments en fonction de l’âge. Le guide donne plutôt des indications générales sur les quantités et la fréquence, et insiste sur l’importance de se fier à la faim de bébé.

Mais quand commencer au juste?

Il n’y a rien de nouveau à cet égard, mais il est bon de le répéter puisque des questionnements - pour ne pas dire des rumeurs - semblent encore circuler à  ce sujet : il est toujours conseillé de commencer l’introduction des aliments à 6 mois et non à 4 mois. Il ne faut pas commencer trop tôt puisque les aliments risqueraient de remplacer le lait plutôt que de le compléter. Et pas plus tard que 6 mois parce que bébé pourrait manquer d’éléments nutritifs et éprouver de la difficulté à s’adapter aux aliments.

D’autres changements

L’édition 2015 du Mieux vivre comporte d’autres mises à jour. En rafale :

  • ne plus se soucier de l’eau de cuisson des légumes qui contiennent plus de nitrates (carotte, betterave, navet, épinard);
  • ne pas offrir plus de 750 ml de lait de vache par jour (plutôt que 900 ml);
  • prendre garde aux bouilloires à arrêt automatique puisque l’eau pour les préparations pour nourrissons doit bouillir au moins 1 minute;
  • faire analyser l’eau des puits deux fois par année.

À la lumière de ces changements, la nutritionniste en moi est heureuse de constater une fois de plus que la nutrition est une science qui évolue et qui ne reste pas figée dans le temps. Oui, c’est parfois étourdissant, oui ça peut faire grincer des dents, mais je trouve rassurant de savoir que l’alimentation des tout-petits est entre les mains de chercheurs et de spécialistes qui n’en laisseront pas passer une!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet