Mettez votre médecin au chômage

Mettez votre médecin au chômage
Par Dre Taz, Omnipraticienne

Aujourd’hui, je vous offre gracieusement du temps :

  • Deux heures que vous n’aurez pas à attendre dans une clinique sans rendez-vous.
  • Une journée sans solde que vous n’aurez pas à prendre au travail.
  • Une nuit sans sommeil que vous n’aurez pas à subir.

Voici quelques trucs pour éviter que votre enfant n’attrape ENCORE un rhume ou une gastroentérite. Ils sont simples, efficaces, gratuits et sans effets secondaires.

Se laver les mains
Les virus sont très contagieux. Lorsqu’un malade éternue, tousse, ou omet de se laver les mains après un passage aux toilettes, le virus est expulsé dans l’air ou se dépose entre les doigts. C’est par contact avec des parties du corps ou des objets infectés qu’on est à risque d’être malade à son tour.

Le lavage des mains, les vôtres et celles de votre bébé, est donc le meilleur moyen d’éviter de contracter le rhume, la grippe ou une gastro-entérite.

Tousser dans son coude
Voulant bien faire, on enseigne à son enfant (moi la première) à mettre poliment la main devant le visage lorsqu’on tousse ou éternue.

Or, ce sont les formidables éducatrices de la garderie qui ont rectifié le réflexe de mon fils (et le mien!) en lui demandant de mettre plutôt l’intérieur de son coude  (ou le bras) devant sa bouche.

Le risque de disséminer et transmettre les virus est grandement diminué. (Vous aurez peut-être un peu plus de lessive à faire par contre!)

Aller dehors!
Je sens que je vais décevoir plus d’un pantouflard! Un enfant n’attrape pas le rhume parce qu’il fait froid (ou que ses bottes ne sont pas assez chaudes ou que sa tuque est tombée).

Si les virus sont plus fréquents en hiver, c’est entre autres parce qu’ils se transmettent plus facilement à l’intérieur, où l’on se confine volontiers quand il fait -20 °C à l’extérieur.

Avis aux paresseux : trouvez un autre prétexte pour ne pas mettre le nez dehors...

Mais question de probabilité, il se peut que votre enfant attrape tout de même un virus. Voici quelques suggestions avant de soumettre votre enfant au stéthoscope et à l’abaisse-langue :

Soulagez votre enfant
De l’acétaminophène ou des sirops anti-inflammatoires, en suivant scrupuleusement les doses, aideront votre enfant à surmonter la fièvre, les maux de gorge ou les douleurs abdominales.

Hydratez votre enfant
Il est possible qu’il n’ait pas très faim, et ce n’est pas grave. Par contre, assurez-vous qu’il s’hydrate suffisamment pour compenser les pertes hydriques causées par la fièvre ou la diarrhée. En plus, dans le cas d’un rhume, cela aidera à liquéfier ses sécrétions nasales.

Aidez votre enfant à dormir
La garderie, si elle accepte de garder votre enfant malgré qu’il soit malade, n’est pas contre-indiquée. Par contre, veillez à ce qu’il se repose.

Un humidificateur, minutieusement nettoyé, aidera votre enfant à mieux respirer.

Par ailleurs, vous avez sûrement entendu les réserves du corps médical concernant les sirops contre la toux et les enfants. Ça tombe bien, car une étude récente et très bien menée prouve que le miel est plus efficace contre la toux nocturne que n’importe quel sirop antitussif. Évidemment, le miel ne doit jamais être donné à un nourrisson en bas de 1 an, pas plus que du sirop d’ailleurs!

Cela dit, voici les raisons pour lesquelles vous devriez avoir un avis médical (question que je ne manque pas de travail!) :

  • les symptômes sont importants;
  • votre enfant a de la difficulté à respirer (et pas à cause de congestion nasale);
  • votre enfant n’est pas mieux après 10 jours;
  • votre enfant souffre de maladies chroniques qui risquent de s’exacerber, comme l’asthme.

Le temps est si précieux et la médecine parfois si inutile...

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur