Les petits appétits

Les petits appétits
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

« Laura, es-tu certaine que tu n’as plus faim? »

C’est la seule question que je pose à ma fille de 5 ans qui n’a presque rien mangé pour le souper. J’écoute – et j’accepte – la réponse. Ça ne m’empêche pas de me questionner parfois. Comme quand sa boîte à lunch revient de l’école presque intacte. Comme quand elle semble avoir oublié qu’elle avait 2 collations dans son sac à dos. Dans ces occasions, la nutritionniste en moi tente de rassurer la maman que je suis avant tout.

Comme parent, on a tendance à être préoccupé quand nos enfants mangent peu. Certains parents ne diront pas seulement que leur enfant mange peu, mais plutôt qu’il ne mange pas assez. « Pas assez » en référence à quoi? À la quantité qu’on s’attend à ce qu’il mange? En comparaison à d’autres enfants de son âge? En comparaison à ce qu’il mangeait la semaine, le mois ou l’an passé?

C’est vrai, certains enfants mangent beaucoup; d’autres, peu. Certains sont minces sinon « minuscules », d’autres sont plus dodus. Ça, c’est la nature qui le veut. On n’a pas de contrôle. Le contrôle, on l’a sur les aliments qu’on sert à nos enfants. On l’a aussi sur nous, c’est-à-dire sur notre habileté à laisser nos enfants manger à leur faim. Ensuite, si la croissance est normale et que la santé est bonne, on essaie de lâcher prise. On essaie, j’ai bien dit! On peut également se questionner sur certains aspects de son alimentation.

La fréquence

Mange-t-il souvent? Certains parents dont un enfant mange peu auront tendance à lui donner de la nourriture chaque fois qu’il en demande. Ou à lui offrir une collation toutes les heures. Ce n’est toutefois pas la solution à privilégier. Sauf quand il est bébé bien sûr, alors qu’on le nourrit sur demande. À partir de 1 an environ, les enfants peuvent apprendre à manger selon un horaire préétabli. Offrir une collation toutes les heures risque d’entretenir le problème. En mangeant aussi fréquemment, l’enfant n’a certes pas le temps de creuser son appétit et possiblement même pas le temps de ressentir une véritable faim.

Les autres repas

« Mon enfant mange bien à la garderie, mais n’a pas faim au souper. » C’est fréquent, mais ce n’est pas un affront! Il se peut que les enfants mangent davantage au petit-déjeuner, au dîner et aux collations, et qu’ils comblent ainsi la majorité de leurs besoins. Ça justifie le fait qu’on n’évalue pas l’alimentation sur un seul repas – ni même sur une journée – mais sur plusieurs jours.

Les collations

De combien de temps la collation précède-t-elle le repas? Une collation servie moins de 2 heures avant le prochain repas peut jouer sur la faim d’un enfant, surtout si cette collation est rassasiante. Un simple fruit risque moins d’entraver sa faim qu’un muffin et un verre de lait, par exemple. Pour réduire l’interférence des collations, il y a 2 solutions :

1- distancer la collation et le repas, soit en devançant la collation ou en repoussant le repas;

2- réduire la taille de la collation.

Les liquides

Boit-il du jus ou du lait peu avant le repas? Il ne faut pas sous-estimer l’effet des boissons sur la faim. Les jus se digèrent rapidement et, comme l’eau, ils sont évacués rapidement de l’estomac. Bref, même s’ils comblent un creux rapidement, ils ne le font que momentanément. Le lait et les boissons de soya rassasient davantage grâce aux protéines qu’ils renferment. Peu importe la boisson, le fait de boire une grande quantité de liquide peu avant le repas diminuera la faim. J’ai connu une maman dont la petite fille n’avait pas faim à son réveil. Puisqu’elle refusait de manger en se levant, mais acceptait de boire, sa mère lui préparait un grand verre de lait au chocolat. Résultat : la petite n’avait pas faim avant encore au moins 2 heures.

Il y a des jours où je me demande vraiment à quoi Laura carbure. Puis, des matins comme aujourd’hui, où ma petite grande fille mange 2 toasts, une clémentine et boit un verre de lait au petit-déjeuner, elle répond à ma question!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet