Le «monstre» de la rentrée

Le «monstre» de la rentrée
Par Dre Taz, Omnipraticienne

On ne m’y reprendra plus : cette fois, mon sujet arrive à point (voir ma dernière chronique).

Chaque rentrée, j’accueille dans mon bureau des parents terrorisés par la pédiculose (le « pou », pour les intimes), telle Sigourney Weaver dans Alien. Mais qu’est-ce qui explique cette terreur? Super Docteur (avec collants mauves et cape étoilée) est là pour vous défendre (et vous détendre)!

Parent affolé : Ouahhhhh! On va croire que mon enfant est sale!

Super Docteur, le poing au ciel : Le pou est totalement DÉMOCRATIQUE. Il « attaque » sans égard à l’hygiène, au rang socio-économique ou aux groupes culturels. Cette sociabilité sans critère fait en sorte qu’il raffole de la promiscuité, notamment les écoles!

Parent découragé : Oh nooooon! C’est tellement difficile de s’en débarrasser!

Super Docteur, les deux mains sur les hanches : Il faut se demander ce que signifie « s’en débarrasser ». La présence de lentes (les petits oeufs transparents) n’indique pas nécessairement que votre enfant est infesté. Il peut rester des lentes inactives plusieurs semaines après le traitement, même si ce dernier a été efficace. Les démangeaisons ne veulent rien dire – bien d’autres choses, incluant les traitements, peuvent irriter le cuir chevelu. Il faut VISUALISER UN INSECTE VIVANT pour émettre le diagnostic. Par ailleurs, il est rare que les insecticides ne fonctionnent pas ou que les poux développent une résistance. Il peut y avoir cependant une nouvelle infestation.

Parent colérique : Grrrr! Il va falloir laver toute la maison... et tous ses occupants!

Super Docteur, vous donnant une tape rassurante dans le dos : Le pou ne sait ni sauter, ni voler, ni nager (contrairement à Alien), mais il rampe. Il survit à peine 24 h sur les objets. Vous devez donc traiter tout ce qui touche à la tête de l’enfant en même temps que l’enfant lui-même : literie, serviette, brosse, chapeau, etc. N’oubliez pas les cachettes secrètes : le siège auto et les écouteurs! Il existe plusieurs moyens peu coûteux « d’assassiner » les poux envahissant ces objets : l’asphyxie (un sac en plastique, fermé pendant 10 jours) ou la crémation (10 minutes de sécheuses ou un bain à 65 °C)!

En ce qui concerne les malades, il y a une controverse sur le fait de traiter tous les occupants de la maison, même ceux qui semblent épargnés. Mais ce qui est certain, c’est que TOUTE LA MAISONNÉE (sauf le chien) doit être soumise à un examen minutieux du scalp, et tous les malades doivent être traités en même temps. Des heures de plaisir. (Profitez-en pour réviser les tables de multiplication!).

Parent consterné : Il faudra lui couper les cheveux et le retirer de l’école (à cause des poux, pas à cause de la nouvelle coupe, quoique...).

Super Docteur, le sourire confiant : Aucune de ces mesures n’a démontré une diminution de l’infestation!

Parent méfiant : Les insecticides me semblent dangereux. Y a-t-il d’autres solutions?

Super Docteur, l’index levé : Évidemment, ces produits présentent une certaine toxicité. Il ne faut donc jamais répéter un traitement et il faut respecter les posologies. Certaines études avancent que le nettoyage « mécanique » seul, comme un peigne dans une chevelure enduite d’un corps gras, serait suffisant. Mais au Canada, on recommande encore cette dernière en complémentarité aux insecticides. De modestes études ont analysé l’efficacité de l’huile d’olive : 1 l d’huile pendant 2 heures semblait prometteur... mais difficile à concrétiser!

En espérant que Super Docteur est parvenu à vous rassurer (pour plus d’information, consultez la rubrique pédiculose sur notre site.)

Sachez de toute façon que, même si le pou est une bête horrible, il est complètement inoffensif! Sinon, il y a toujours la fameuse formule magique : « Bijou, caillou, chou, genou, hibou et... pou! ».

Mais peut-être êtes-vous un Super Parent Antipou? Quels sont vos trucs?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Toutes les chroniques de l'auteur