La masturbation: comment réagir?

La masturbation: comment réagir?
Par Mireille Dion, Sexologue

 À 2 ans, lorsque Sarah s’assoyait à la table avec les autres amis de la garderie, elle se balançait souvent,  d’avant en arrière, dans un mouvement répétitif. Mathis, lui, mettait sa main dans sa couche au moment de la sieste et Mégane serrait très fort sa doudou entre ses jambes avant de s’endormir.

La masturbation est présente chez beaucoup d’enfants, mais ne s’exprime pas de la même façon pour tous, comme j’ai pu le remarquer lors de mon passage dans une garderie. Alors que les gestes sont évidents chez certains, ils sont plus discrets, voire absents chez d’autres. Dans tous les cas, votre enfant est « normal », qu’il ait des comportements masturbatoires ou non.

Les enfants découvrent leurs organes génitaux vers l’âge de 7 à 10 mois, tout comme ils prennent connaissance de l’ensemble des parties de leur corps. Le toucher ou le frottement des parties plus sensibles comme le pénis ou la vulve les détend ou leur procure un plaisir sensuel. Il n’est pas question ici d’excitation ni d’orgasme comme pour la masturbation chez l’adulte.

Tous les adultes ne sont pas à l’aise avec la masturbation chez l’enfant et la réaction que vous aurez devant ces comportements lui indiquera si ce qu’il fait est bien ou mal. Éviter tout d’abord de le gronder. Expliquez-lui simplement qu’il a le droit de toucher aux parties sexuelles de son corps, mais qu’il y a des moments et des endroits propices pour le faire. Les enfants peuvent comprendre en très bas âge les notions d’intimité et de pudeur. Par exemple, un enfant de 5 ans devrait savoir qu’il ne peut pas se promener nu dans la rue et que la sexualité est quelque chose de privée. Vous pouvez lui enseigner que certains gestes se font dans l’intimité, seul.

Éviter aussi de dire à votre enfant d’aller « dans sa chambre » s’il veut le faire, car si se retrouver à cet endroit est parfois pour lui une punition, il pourrait une fois de plus comprendre que son geste n’est pas acceptable. Il importe aussi de l’aider à distinguer « intimité » et « en cachette »; on a le droit de toucher à ses parties sexuelles et à son corps, mais on ne peut pas le faire devant les autres. Selon son âge et sa compréhension, vous pouvez lui indiquer des endroits (la salle de bain ou sa chambre, par exemple.) ou l’aider à en nommer.

À moins que le comportement soit excessif ou qu’il entraîne une douleur physique, la masturbation chez l’enfant ne devrait pas être une source d’inquiétude. Certains enfants ont plus d’intérêt que d’autres pour leurs organes génitaux, mais la découverte de son corps fait partie des comportements sains du développement de l’enfant.

Chroniques sur le même sujet